Le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway

Autre classique des classiques, que j’ai lu quand j’étais minot : « Le vieil homme et la mer », d’Ernest Hemingway !

C’est certainement l’un des livres qui m’a véritablement « assis » dans ma passion pour la pêche. Pourtant je ne pêche pas l’espadon… Mais l’intensité qui émanait de ce livre avait su me séduire, même si à l’époque je n’en comprenais pas certains sens cachés.

Ce livre retrace la magnifique histoire d’un vieil homme, pêcheur. Faisant face à la mer, seul sur son voilier, il n’a rien capturé depuis de nombreuses semaines, mais il finit par ferrer un poisson. Le poisson. Son poisson. Il s’agit d’un grand espadon, qu’il combattra longuement (3 jours et 2 nuits) avant de triompher, complètement épuisé. Triomphe malheureusement bien éphémère puisque les requins qui ne manquent pas dans les eaux proches de Cuba attaqueront sans relâche le grand poisson, ne laissant au final que la carcasse au vieil homme, comme maigre témoignage de la prise d’une vie…

Cette histoire symbolise parfaitement le difficile combat de l’homme face à la nature, et pour peu que vous vous y penchiez sérieusement, les enseignements sont légions…

« Le vieil homme et la mer », Ernest Hemingway. Edition Gallimard, collection Folio, 1952.

Ce livre fût adapté à trois reprises à l’écran : en 1958, en 1989 (télévision) et en 1999 (animation).

Publicités

4 Réponses to “Le vieil homme et la mer – Ernest Hemingway”

  1. Salut le Jê,
    Un livre que j’ai aussi lu minot et un peu plus vieux, dans mes jeunes années je suis aussi passé à travers beaucoup de chose, quand je l’ai relu plus vieux, on peut faire le rapprochement avec la nature tout comme la vie actuelle, les requins (le profit) et l’homme de base qui se bat pour faire avancer les choses 😉

    Bonne soirée

    Nico

  2. Salut Jé,
    Un grand classique… un des favoris du compère Bruno qui prodigant souvent de bons conseils m’avait prêté l’excellent roman ‘la vie selon gus orviston’ de David James Duncan, qui sur fond de digressions philosophiques a pour personnage principal un moucheur solitaire accompagné de son chien érudit : un bon moment de lecture.
    A+
    Patrice

    • Bonsoir, si je ne trompe pas, ce film adapté du roman La vie selon Gus Orviston et intitulé The river why, est sorti aux Etats-Unis mais il n’a toujours pas été importé en France … Sinon le bouquin est d’enfer ! Il y en a bien d’autres particulièrement chez l’éditeur Gallmeister. Je vous laisse de soin de les découvrier.
      Amicalement,
      Jeanpierrefishing

  3. A lire et à relire… un peu de culture dans la pêche ça ne fait jamais de mal!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :