La crue et ses déboires…

La crue : quel dilemme ! … Comment aborder la pêche à ce moment particulier ? Difficile à dire…

Parfois la pêche va se révéler très bonne… En pêchant assez simplement les zones de calmes, à répertorier soigneusement.

Mais d’autres fois, l’eau est tellement chargée qu’un silure n’y ressent même plus la base de ses moustaches… Les perches et sandres restent calés en bancs serrés dans le moindre amorti. Les poissons sont à touche-touche et assez loin d’avoir l’idée de se nourrir… Ils laissent passer le « sale » moment. C’est le moment des grands rassemblements contre nature (toutes les espèces sont regroupées dans les zones les plus calmes), et par endroits pas forcément celui de la pêche…

Alors quelle est la finalité de ce message ? Et bien ce qui m’étonne le plus dans tout ça, c’est que certains petits malins, pêcheurs « sportifs » cela va de soit, sous couvert de no-kill (et blablabla…), soient extrêmement présents sur les berges et pratiquent une pêche assez « atypique »… J’en discutais avec Fabrice (pico 92) par SMS hier et nous sommes tombés très rapidement d’accord. J’ai vu pratiquer certains en début de crue, et ça ne ressemblait pas vraiment à de la pêche à gratter… Ferrage, relâché, ferrage, etc. Presque du plomb palette ! Avec un shad correctement « armé »… Or un silure grappiné se décroche assez souvent. Et oui, sa peau est bien moins dure que la gueule ! Par contre la trace laissée par la « rencontre » avec le « pêcheur sportif de mes deux » risque de s’infecter, d’affaiblir le silure, voire d’entraîner sa mort…

Le no-kill n’excuse pas tout. Quand le besoin d’image et de gloire pousse certains membres en manque de reconnaissance à des comportements dépassant certaines limites, je pense qu’il faut le dire et essayer de le leurs faire comprendre. Même si je ne suis pas un défenseur assidu de la moustache, je pense qu’il a parfaitement sa place dans certains milieux comme la Seine et qu’il mérite d’être respecté, comme les autres espèces. Je pense aussi que les comportements que je dépeins ici sont inadmissibles. Et finalement peu différents des pêcheurs de nids de black-bass (qui m’ulcèrent carrément !)…

Bref. Le but de mon message n’est pas d’empêcher les gens d’aller à la pêche, bien au contraire. Sachez profiter de la bonté du grand fleuve au nom enfin retrouvé, des pêches qui en découlent, mais ne cédez pas à l’odieuse tentation du harponnage…

PS : la meilleure c’est que je vais coller le lien vers ce billet sur FB… Et que certains « pêcheurs » vont « aimer » ce billet, probablement sans même le lire… Un comble !!!🙂

5 Réponses to “La crue et ses déboires…”

  1. Daniel ROCHEREAU Says:

    Nous sommes de plus en plus d’accord !!!!

  2. J’aime😉 !
    Et j’adhère !!
    J’ai un peu les mêmes ici qui en font autant en période de chômage … en novembre, il y a eu du grapinage et du viandage de perchette !!!

  3. No kill ça signifie aussi respect du poisson !

  4. ca craint , déja que je n’aime pas ca quand cela m’arrive sans le faire exprés , mais alors la c’est du grand n’importe quoi ; c’est pas de la peche ca😦

  5. Tout à fait d’accord avec toi ! J’ai déjà vue ça en seine par des « gens du voyage » ça m’a choqué et j’ai vraiment trouvé ça débile !
    certain n’ont aucun respect…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :