Poses = problèmes de GPS !

Retour de 24 heures difficiles à Poses Léry, pour l’avant dernière manche du Défi Nord Predators…

La journée du samedi avait été chargée puisque le matin j’avais rejoins Nicolas Houpin (team Smith) pour installer l’attelage RDSO sur la 207 SW. S’ensuivit une après midi dans la famille de ma douce, ponctuée d’énormes averses laissant craindre le pire pour le dimanche… Heureusement le temps était revenu au beau pour charger la voiture. Pour ça, on me connait, je fais rarement dans la demi mesure… Nous sommes donc partis de Yerres le samedi soir vers 21h30 avec Stéphane. La route était assez dégagée mais nous avons commis une première erreur de navigation (le iPhone ne captant rien dans un tunnel de plus de 10 km de long…). Pour corriger cette erreur, nous entreprîmes une périlleuse traversée de Saint-Germain-en-Laye. Quelques péages inutiles et autant de kilomètres superflus plus loin, nous nous retrouvions à nouveau sur l’A13, ouf ! Arrivés à la sortie 19, bifurcation puis suivi SCRUPULEUX des indications données par Coco. Sauf au moment de trouver le portail vert permettant d’accéder aux chalets : il est où ? 4 kilomètres plus loin nous nous rendons à l’évidence, nous finissons le trajet aussi perdus que lorsque nous l’avons commencé ! Après un demi tour fougueux, nous retrouvons heureusement Coco venu nous signaler la bonne voie. Nous n’avons plus le temps de faire quoi que ce soit, nous sortons simplement ce qui craint le plus et savourons une bière bien méritée (merci à Coco, Cédric, ??? et ??? pour l’accueil !) avant de gagner les couchettes.

Le lendemain pas le temps de traînasser, d’ailleurs je me lève dès que je commence à ressentir le froid ! Stéphane est déjà complètement congelé et me regarde émerger avec son air de victime revancharde… Nous filons à la voiture pour préparer le bateau et le matériel. Nous ne voyons personne alors nous y allons tranquillement. Quand tout est prêt je descend à la mise à l’eau et comprends qu’en fait tout le monde est déjà prêt à en découdre… Et comle de bonheur nous avons raté le café (en fait on n’a simplement pas été prévenus qu’il y en avait un… Sympa…). Ça commence bien… Déçus, nous écoutons le briefing d’une oreille puis prenons place dans le Jé Boat. J’avais obtenu quelques informations sur ce plan d’eau (merci à Florent D, ainsi qu’à Fred et David) alors je vais essayer de les suivre. Premier hic, l’eau transparente annoncée est en fait on ne peut plus chargée… On m’avait conseillé de suivre les couloirs d’herbiers et de « zoner » jusqu’à trouver un herbier regroupant les poissons, c’est mal parti car je ne vois rien. Je vais donc pêcher en aveugle… Pour changer. Une partie des compétiteurs part vers la droite, je décide de rester à gauche (il parait que c’est tendance depuis le 6 mai 2012…). Ryusuke est aussi dans le coin, je ne dois pas trop me planter. Les lancer s’enchaînent… Sans touche. Je perçois nettement les herbiers. Partout des herbiers, de différentes natures, plus ou moins denses… J’alterne la lame (V.F. Vib et Tiemco), le shad à palette (Fat RVS 4 et 5 pouces montés sur Sworming Hornet 7 à 21 grammes), le shad monté en texan ainsi que le spinner. Je prends une touche timide avec un Fat RVS 5 pouces monté en texan, j’inspecte le leurre et constate que l’assaillant avait une gueule large d’environ 2 cm… Non keeper! Je prospecte une zone conseillée par mes informateurs, on peut même dire que je la retourne. Mais rien ! Je file derrière les îles, rien. Je m’essaye à faire des dérives jusqu’à arriver sur la berge des îles battue par le vent, rien… Je prends une seconde touche très timide, j’essaye de me replacer pour faire la même dérive ; mais sans sondeur et GPS c’est impossible. Dépité, je rentre à fond (les deux moteurs électriques en 5ème…) vers la mise à l’eau. Coco et Cédric y sont avec le Cabril, ils sont restés sur cette zone et ont un poisson au vivier, plus, malheureusement, trois poissons décrochés. Je reste une demi heure à tourner dans cette zone, mais rien.

Je décide donc de sortir, imitant ainsi quelques autres bateaux… Au final je suis capot ! Les équipages étant partis sur la droite reviennent et visiblement beaucoup ont le quota. Ryusuke arrive, il est capot également. Visiblement les poissons étaient sur la berge au vent, mais plutôt sur la droite (ou le centre). Notre choix d’aller à gauche n’a pas du tout été payant. Allez hop, encore une erreur de navigation (à croire que c’était la thématique de mon weekend…) !!!

Les statistiques de la manche : 31 brochets maillés ont été capturés par les 20 équipages présents. 14 équipes ont fait du poisson.

A noter que Stéphane qui a passé la journée avec moi a capturé un brochet de 80-85 cm… Avec un leurre fait maison (qui avait déjà fait monter un brochet à Moisson, que nous avions pêché ensemble hors compétition) qui avait été atrocement baptisé par son chat quelques jours (ou nuits !) avant… Son poisson ne comptant pas, il n’a même pas voulu le faire prendre en photo (en fait il ne m’en a pas laissé le temps…). Homme de l’ombre il est, homme de l’ombre il restera ! Et pour la petite histoire, si ce poisson avait été compté, il aurait été le big fish du jour… Vous pouvez d’ailleurs lire son report !

Conclusion : nous avons été perdus pendant tout le weekend… Il va vraiment falloir qu’un sponsor ait pitié de l’équipage Culture Fish en nous fournissant un sondeur GPS !!! …

Heureusement le retour dans le 91 s’est bien déroulé car pour une fois nous ne nous sommes pas perdus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :