Last big mama story…

Vous l’avez vu à travers les numéros 4 et 5 de Culture Fish, j’ai récemment capturé un poisson métré… Je vais vous raconter cette capture, et en profiter pour clarifier certains points, la « découpe » des images entre les deux numéros de Culture Fish pouvant, il faut l’avouer, provoquer des questions ! En effet le montage du numéro 4 était fait de façon à ce que le poisson ne soit pas identifiable, afin de susciter des questions et de donner envie aux internautes de regarder le numéro suivant !

Ce jour là, nous étions donc partis pêcher un secteur à truites. J’en avais touché deux le matin, et nous avions changé de spot pour l’après midi (voir ce report). Arrivés en bas du secteur, une forme claire nous attendait… Stéphane branchait directement la caméra, flairant quelque chose d’intéressant en préparation. Malheureusement uniquement équipé pour la truite, je sentais l’histoire assez mal embarquée. Mais galvanisé par la présence de mon cameraman préféré (en fait c’est le seul que je supporte, et qui me le rend bien…) je m’attaquais au monstre, un peu comme David face à Goliath… J’étais équipé d’une canne à truite (Illex Delivrance 198 UL « Minnow Special »), d’un moulinet Shimano Twinpower C2000S (import Japon) rempli de Polyvilon en 14 centièmes. Le leurre était un Phoxy Minnow 40 S en coloris Aurora Perch. Après deux ou trois lancers d’ajustement de distance (c’est-à-dire pas dans la direction du poisson), je tentais ma chance. Et au premier passage devant sa gueule, cette grosse femelle prodiguait son lent effort, mettant un coup de tête sanctionnant l’imprudent et improbable alevin…

Mon ferrage fût extrêmement discret (en fait il fût inexistant…), se résumant à une mise en tension de la ligne. Le poisson ne réagissant pas dans un premier temps, j’annonçais à Stéphane que j’allai descendre pour tenter de le cueillir rapidement (= sans combat dans l’idéal)… Quelle merveilleuse idée ! …

M’aidant d’une branche (pourrie), je dévalais donc le talus. Bien plus vite que prévu hélas puisque la branche me restant dans les mains, je finissais ma course deux mètres plus bas, étalé dans l’eau, vautré dans une bonne couche de boue. Première frayeur au passage car je n’avais pas trouvé meilleure piste d’atterrissage qu’une vieille souche menaçante…

Le bonhomme dégoulinant mais debout, la seconde frayeur se posait : le poisson était-il toujours là ? Oui… Après évacuation de la branche pourrie (tombée sur le fil), je reprenais plus fermement le contact que je maintenais jusque là tant bien que mal. Et le brochet commençait son manège…

Un peu plus tard, un peu fatigué, le poisson commençait à approcher. Phénomène inexplicable (et bienveillant : ça doit être la bonne étoile de Culture Fish…), le leurre s’était dépiqué (probablement pendant ma chute) de sa lèvre droite ; mais le poisson était maintenu par un lasso fait par le fil autour de sa tête… Les dernières frayeurs « matérielles » s’extirpaient de mon esprit telles des bulles de méthane de la boue (attention c’est presque du Nothomb là…) : le moulinet coincé sous moi (dans la boue) semblant tourner encore (le brochet le prouvait en prenant du fil…), tandis que le iPhone fût sauvé grâce au Phone Pack (HPA) que j’utilisais pour la première fois et que je conseille maintenant vivement à tous !

Encore un peu sonné, j’encaissais deux rushs supplémentaires du poisson avant de pouvoir lui coller la tête dans ma ridicule épuisette à truite…

Le poisson était également fatigué de ce combat, et il fût donc très sage pour la séance de mesure et les photos (la vidéo plus exactement). J’ai également fait bien attention en le manipulant, un poisson de cette taille étant tout de même très fragile (le poids de ses organes internes peut suffire à le flinguer une fois hors de l’eau) : le plus simple étant de le laisser dans l’eau (ce que j’ai fait, sauf à un moment où je l’ai allongé sur mon bras, toujours pour lui éviter un quelconque traumatisme).

Complètement trempé, contusionné mais surtout heureux, je regardais la big mama repartir très sagement. La mesure n’a pas été extrêmement précise mais je peux affirmer que le poisson était métré (les images l’attestent).

C’est donc mon deuxième gros poisson français (oui monsieur !), après un poisson de 1m07 capturé au spinner il y a déjà quelques années.

Je tiens encore à remercier Coco qui m’a rendu mon petit moulinet comme neuf (après un GROS travail dessus…) !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :