Retour Lot septembre 2012 (one month later…)

Cela fait déjà un mois… Nous étions alors aux Rencontres BBF 2012, dans le Lot.

J’ai sagement attendu avant de publier ce report, simplement afin de bien faire la distinction entre la pêche et l’Association BBF et éviter ainsi de faire comme pas mal d’autres membres dont les reportages laissent supposer que les Rencontres, ça n’est que de la pêche… Car les Rencontres, c’est avant tout un moment où l’on rencontre d’autres passionnés du black-bass. Et, accessoirement, on y pêche un peu. En fait les années précédentes, je pêchais environ 1 heure sur tout le weekend, trop affairé à l’organisation… Mais cette année, libéré de ce dur labeur (merci encore à Greg, Laetitia et Etienne qui ont été les principaux acteurs de la réussite de ce weekend !), j’ai pu pêcher une journée, celle du vendredi. Nous étions donc sur le Jé Boat avec l’ami Coco, ce qui est assez rare donc appréciable !

La matinée, nous avons cherché le black-bass. Les eaux étaient légèrement chargées et nous n’avons pas réussi à faire de beaux poissons. Je prends tout de même une grosse claque au spinner (un brochet je pense) et je vois un black-bass de plus de 50 cm prendre mon spinner chartreuse juste au bateau. Poisson non piqué, zut zut zut !

La pause repas nous permet de retrouver les autres pêcheurs, ça n’a été facile pour personne. On entend parler de quelques black-bass mais rien de rare, ainsi que de quelques brochets ratés. Il n’en faut pas plus pour nous motiver à chercher le bec l’après midi… Je suis malheureusement parti avec 5 combos uniquement (LOL), je ne peux donc pas vraiment pêcher le brochet comme je l’aimerai. N’ayant pas réussi au spinner le matibn, nous décidons de prospecter assez rapidement les berges au crank moyennement plongeant en casting, ma Powell Max 684 CB (en gros, c’est une ML-M) équipée d’un Shimano Curado 51E rempli de Sakura Aya 26 centièmes. J’ai ajouté un bas de ligne de 40 Lbs (pas très gros mais je n’ai pas plus gros de toute façon). J’utilise un Diving Pepper (Tiemco, discontinued…), tandis que Coco a monté un CB200 (de mémoire). Je nous place à environ 20 mètres de la rive et nous la remontons, en peignant la zone. Je suis confiant car il y a visiblement pas mal de petites branches immergées et mon crank me permet de les toucher assez régulièrement. Très rapidement, je ferre un premier poisson de 60 qui vient assez vite au bateau :

Rapidement remis à l’eau :

Nous reprenons la pêche et au premier lancer (10 mètres plus loin), je prends une petite châtaigne que je ferre immédiatement… Je ramène le poisson un peu vite car il a mordu plus près de la berge, j’ai juste le temps de le voir passer sous le bateau (poisson de 70 environ) et il se décroche… Zut… Mais bon début. 10 minutes après, une autre touche survient mais je ne parviens pas à piquer le poisson.

Notre prospection continue, et sur une baie très légèrement marquée, je ne sens plus mon leurre taper les branches. Soucieux que mon poisson nageur ait un comportement « erratique », je fais simplement une pause d’une seconde afin de casser la monotonie de sa nage… Je reprends la récupération et ainsi de suite. Au Quatrième lancer de ce petit manège, je sens un mou caractéristique alors que je reprends la récupération. Je ferre le plus amplement possible et c’est pendu ! Et très lourd… Je pense immédiatement à un silure. Un peu colère, je tire assez fort et un brochet très correct apparaît en surface. Du coup je me prépare à calmer le jeu mais il est si proche de l’épuisette que Coco a rapidement sortie que je tente un petit coup de forcing… Mais il passe à côté puis sonde sous le bateau. Nous avons juste eu le temps de constater qu’il était assez mal piqué, alors nous décidons de ne pas traîner. Après avoir sondé, le poisson remonte quasiment à la même place puis part en surface vers la bordure (et les arbres immergés). Je le bride sur le côté afin de simplement le faire changer de trajectoire et il se retrouve tout seul dans le filet. Honnêtement moins de 2 minutes. Il commence alors à se débattre comme un damné et se décroche dans l’épuisette. Le crank est d’ailleurs coincé dans les mailles, nous décidons de l’enlever afin de ne pas risquer de nous le coller dans les pattes. L’hameçon avant est ouvert tandis que l’arrière est écrasé. Le poisson se refait tranquillement la fraise le temps que nous virions le leurre… J’essaye de le prendre mais il continue à gesticuler. Je le prends fermement et le sors. Mick Weill est juste à côté avec son Triton, ainsi que les FTF boys avec leur récente Souther. Mick m’a tendu une toise, je pose le poisson dessus (en faisant ça je le maintiens extrêmement mal…) et il commence son manège. Je ne peux pas le retenir, il termine à l’eau tandis que je pisse le sang. Le poisson m’a même laissé un souvenir : une dent est restée plantée dans mon pouce. Nous avons juste eu le temps de voir qu’il faisait environ le mètre. La seule photo du poisson est issue des images filmées par David au téléphone (merci !) :

Vous pourrez d’ailleurs visionner la scène dans le Culture Fish à venir (numéro 16).

Commence alors l’atelier désinfection et pansements… Je saigne abondamment de la paume et du pouce, la main gonfle rapidement et je ne peux même plus pêcher. Coco continue la prospection mais le coeur y est moins. Nous nous posons finalement avec Stéphane Blaszak et Hélène Massias au bord du Lot, et discutons tranquillement. Thomas Parodi nous rejoint, Julien et Elouan Bunel ne sont pas loin… Bien entourés et dérivant tranquillement, il nous manque juste une boisson pour parfaire cet instant !

Le reste du weekend sera studieux et consacré à l’Association. Après des discussions mouvementées, je peux d’ailleurs ainsi annoncer mon retour comme membre actif (mais je n’ai pas souhaité être au Bureau). Je me chargerai de certains dossiers ainsi que des Bulletins de liaison. D’importantes restructurations sont prévues au sein de BBF afin d’obtenir un meilleur fonctionnement. J’espère que toutes les personnes qui semblaient motivées vont concrétiser cette envie commune de faire avancer encore plus loin l’Association fondée par l’ami Franck.

J’ajoute tout de même un mot concernant un fait inadmissible survenu le dimanche après midi : le vol d’un moulinet apporté par l’ami Daniel (pour le vendre). Nous ne savons pas qui est responsable mais une chose est sûre : c’est minable !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :