Les leurres Livingston

Vous avez peut-être entendu parler de cette marque (Livingston) il y a quelques temps (fin février 2014) lorsque Randy Howell (compétiteur professionnel américain de 41 ans) remportait le mythique Bass Master Classic 2014 sur le lac Guntersville (Alabama, USA).

Classic1014-01

Sans rien enlever à son mérite, Randy semble avoir été un peu aidé par son sponsor « leurres durs ». En effet, Randy est sponsorisé par Livingston, une marque qui ne vous disait probablement absolument rien jusque-là. Or il ne s’agit en rien d’un coup de bol puisque cette victoire « Livingston » est depuis suivie par de très nombreux autres beaux résultats… Cela permet de vraiment se poser des questions sur ces leurres, dans un marché que l’on pensait sur le point de saturer et où on avait du mal à imaginer une innovation marquante… Alors, comment ça marche ? Quel est l’élément magique qui rend ces leurres miraculeux ? La réponse est : de l’électronique embarquée !!!

image

A l’intérieur de chaque leurre Livingston, il y a en effet un petit circuit imprimé qui permet au leurre de générer une combinaison caractéristique de sons. Ceux-ci ont la capacité d’attirer les poissons, de provoquer leur agressivité et de déclencher des touches réflexes. Le concept développé par l’inventeur Robert Castaneda est nommé EBS (pour Electronic Baitfish Sound) : le leurre émet le son « naturel » d’un petit poisson en danger. Des billes bruiteuses spécialement étudiées envoient des ondes spécifiques sous l’eau. Dernier point, une LED est installée dans la tête (ou la queue) de la plupart des modèles et ajoute un signal visuel fort. Notons que ces stimuli sont indépendant des mouvements du leurre, ce qui veut dire qu’ils sont actifs même lorsque le leurre est à l’arrêt (avec un jerkbait suspending, par exemple). Il est important d’ajouter que tous ces signaux sont activés uniquement lorsque les leurres sont immergés (en contact avec l’eau qui sert en quelque sorte d’interrupteur).

Un petit mot sur la gamme proposée : pour le moment il y a trois modèles de crank-baits (Dive Master Jr, Dive Master 14 et Dive Master 20), un lipless (Pro Ripper pour lequel j’ai un vrai petit faible…), un stick-bait (Pro Sizzle) et un jerk-bait (Stick Master). Un autre modèle de crank-bait devrait apparaître rapidement, signé par Randy Howell (celui présent dans la première photo de l’article).

Vous pouvez retrouver les leurres Livingston en exclusivité sur le site http://www.nature-lure.com dirigé par Nasser Khanfour. Nasser est distributeur de leurres et de cannes, ainsi que de références « nautisme » (bateaux Charger et SmokerCraft que vous pouvez retrouver sur http://www.nature-boat.com !). Il a également une activité de guidage (http://www.carnassud.com/). J’ajoute que vous connaissez Nasser pour ses nombreuses victoires en compétitions lorsqu’il était en binôme avec Samir Kerdjou. Il constitue un bel exemple de passage réussi de la case « sponso – testeur » à celle de distributeur. Nasser continue la compétition sur les circuits européens et va bientôt participer à des concours aux Etats Unis… Le rêve !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :