Archive for the anims Category

Sélection Illex 2020

Posted in anims, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , on 14 mai 2020 by cannafish

Encore moi ahahah !

Je voulais aujourd’hui vous présenter quelques produits présents au catalogue Illex 2020 et qui méritent selon moi votre attention. Attention je ne parlerai pas nécessairement seulement des news 2020. Ce qui est frappant pour moi au premier abord, c’est, mis à part la qualité des produits (la plupart conçus par Seiji Kato), l’incroyable pertinence des coloris proposés.

– Block Ripper 48 MR. J’en parlais dans Culture Fish 113, ce petit crank est vraiment polyvalent. 48 mm pour 8,5 grammes, il descend à environ 1m20. Il a vraiment une bonne bouille. Bruiteur, de magnifiques coloris sont proposés. En achetant deux coloris de celui-ci (pas simple, il est visiblement dur à trouver tellement il plait !!!) et deux du Mush Bob 50 MR (silencieux) vous serez parés sur des fonds de 1m50. Perches et black-bass sont les premières cibles, mais un brochet ne les refusera pas…

 

– TN version Trigon. Le TN est un grand classique. Compact et avec un faciès facilement reconnaissable avec sa « mâchoire » métallique, il a été décliné en de nombreuses version (50, 60 et 70, différentes sonorités et matériaux, … Je viens de vérifier mes boites j’en ai une bonne dizaine de différents modèles !). Le modèle Trigon se différencie par une excroissance (un lest fixe additionnel) positionné sous la mâchoire. Mais ça n’en change pas le look, en un coup d’œil on reconnait que c’est un TN ! Il permet de pêcher plus profond tout en permettant au leurre de continuer à travailler (un TN classique ne nagerai pas aussi bien s’il était proposé aux mêmes profondeurs). La taille étant identique, on obtient une compacité extrême. 18,5 grammes pour le Trigon 60 et 31,5 grammes tout de même pour le 70 mm. On pense naturellement aux grands lacs de barrage (je viens de Corrèze et ça descend fort là-bas…), aux fosses en fleuves ou encore aux grands lacs comme Orient (j’ai pas mal testé le chenal il y a quelques années, hélas sans grand succès. Peut-être simplement que les leurres que j’y descendais y nageaient mal !?).

– Flat Tricoroll 45 S. J’avais acheté deux Flat Tricoroll 50 S à leur sortie il y a deux ans mais ils conviennent assez mal aux eaux de première que je pêche. La taille 45 mm (3,7 grammes) devrait mieux m’aller. Le coloris Millevaches est un must have à mon sens ! Normal pour un type qui vient du pied du plateau de Millevaches, que je n’ai hélas pas assez pêché !

FlatTricoroll45Millevaches

– Tricoroll Ryushin 53 SHW : leurre compact (4,6 grammes) pour pêcher un peu plus creux (profond), je signe ! Dans la gamme de coloris proposés, pour moi ça sera un UV Secret Tennessee !

Tricoroll53SHWSecretTennessee

– RT Vairon et RT Spawning Vairon : des coloris également incroyables et indispensables pour traquer les farios… Le premier est proposé en particulier pour le Tiny Fry 50 SP (un classique de chez classique encore) et le second pour les Tricoroll 47 HW.

– Riser Bait 007R et 008. Un leurre très simple d’utilisation qui plait aux pêcheurs et à l’action imprévisible qui plait aux carnassiers. Le petit frère, le 004, est aussi à avoir.

– Fivoss : une écrevisse engageante avec un panel de coloris intéressants !

Fivoss

– MayFly 2 pouces ! La MayFly 2,6 pouces a été un gros carton et je pense que ça petite soeur va encore mieux cartonner.

MayFly2

– famille Dunkle, à ne plus présenter tellement elle fait un malheur depuis sa sortie. On ne pensait pas qu’un renouveau dans les gros shads soit possible après les ventes incroyables de Dexter Shad (et les gros poissons pris avec !) mais l’équipe Jackall/Illex en a visiblement encore sous le pied. La taille 9 pouces est une belle addition aux tailles existantes (5 et 7). Perso j’aime bien la couleur Aggressive  Blue Gill (ci dessous).

Dunkle9BlueGill

– Enfin les John Weight, astuce impeccable (système de clip) pour ajouter du poids (4, 7, 10 ou 14g) à un swimbait par exemple. Le design en forme de grenade est particulièrement vendeur à mon sens. Le poids indiqué dessus est un vrai plus pour les pêcheurs peu organisés (et ce n’est pas mon cas !!!).

JohnWeight

Culture Fish n°113, Jé is back !

Posted in anims, Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , , , , , on 11 mai 2020 by cannafish

Hello mes 9 ou 10 lecteurs (en fait c’est les mêmes qui regardent Crultrure Fish !) !

A la (gentille) demande du père Stéphane, j’ai rempilé pour une intervention dans Culture Fish. Ça m’a fait plaisir de le faire même si c’était bien plus drôle quand Stéphane me donnait la réplique… Le pot de colle de chat a tout fait pour me faire marrer (et ça a un peu fonctionné) mais c’est quand-même pas pareil ! La question de Stéphane : en gros où j’irai pour l’ouverture et quels seraient les deux premiers leurres que je lancerai. Bon, vous le remarquez puisque je suis en train d’écrire, il pleut et surtout je suis encore et toujours à la maison avec les enfants, donc au final je n’ai pas encore eu la chance de faire de pêche d’ouverture… On espère l’accalmie dans l’après-midi !!!

Stéphane demandait donc deux leurres mais c’est impossible pour moi de n’en choisir que deux ahahah. J’ai répondu de façon honnête. Déjà, j’aimerai faire mon ouverture avec mon fils sur le bateau et mes potes sur leurs bateaux (restrictions de déconfinement obligent). Les bras morts de Seine semble un bon compromis, enfin si on peut naviguer bien sûr (j’écris ces lignes dans la nuit du 10 au 11 mai et on ne le sait toujours pas clairement !!!).

Je vous colle la vidéo du numéro 113 de Culture Fish où on retrouve également les excellents Thomas Vogels et Gaël Even (tous deux de la maison Illex) :

J’ai été assez clair dans mon discours (enfin, à part quelques inévitables défauts de prononciation) mais je vous liste également les ensembles dans le fil du texte ci-dessous, en collant les liens pêcheur.com (je n’ai pas d’actions mais c’est ce que Stéphane a fait car c’est son employeur ; et c’est un peu ma façon de respecter son travail. Libre à chacun de chercher ailleurs et en particulier chez son détaillant dans ces périodes compliquées !!!) :

– ensemble spinning UL/L pour la perche et le chevesne. J’ai privilégié un combo Shimano Diaflash et moulinet Shimano Cardiff avec fluoro fin en direct (plus simple à gérer en cas de casse qu’un ensemble tresse – bas de ligne). Je fais le choix de ce type de canne car elle est assez longue et est équipée d’un scion plein pour moins décrocher les poissons. Comme je l’avais expliqué dans mes premiers articles sur le « rock-fishing de perches », le scion plein permet d’absorber les coups de têtes de perches et ainsi de ne pas déchirer les fines membranes qui constitue leur bouche. Niveau leurres, si je devais en lancer un en premier ça serait un Reins RockVibe Shad en 2 ou 3 pouces avec, pour commencer, une tête plombée associée (Meba Meet Jig Head en, respectivement, 1,8g ou 2,6g, qui ont la même section que le leurre. Selon l’humeur des poissons, il est possible de passer en drop-shot (mais je pense que c’est trop tôt en saison de pêcher comme ça) ou en texas ultra light (balle de 2,6g et petit hameçon texan, typiquement un n°6 sur le 2 pouces et un n°2 sur le 3 pouces ça doit aller, mais ça dépend de la marque) pour aller chercher les poissons dans les herbiers ou les racines.

– ensemble casting ML/M pour perches et brochets. Typiquement mon ensemble de base qui permet de pêcher au crank et lipless (tout ça pas trop lourd) et battre du terrain. C’est vraiment ce que j’aurai envie de faire en premier pour une ouverture. Lancer, ramener, chercher des sensations. Il est possible d’utiliser aussi des leurres métalliques, de surface et jerkbaits avec cet ensemble. Une Shimano Yasei Crankbait est un choix raisonnable compte tenu de son prix et de ses caractéristiques. Elle peut être complétée par un Shimano Curado (le DC représente même une alternative « enfin » assez abordable). Perso je pars sur un fluoro en corps de ligne (26-28 centièmes, Parallelium Polyvilon FHP) et j’ajoute un bas de ligne en fluoro 60 centièmes (Varivas). Niveau leurres, j’ai parlé de crankbaits et j’ai illustré mes propos avec la série de OSP Blitz. En gros un SR (Shallow Runner), un MR (Medium Runner) et un DR (Deep Runner) qui permettent de pêcher dans des profondeurs de, en gros, 1m, 2m et 3m (gros résumé…) ce qui est parfait pour les différentes configurations du spot que j’ai décrit. Cette série est quasi silencieuse, et si je veux faire un peu plus de bruit, j’ai proposé le nouveau Illex Block Ripper 48 MR qui en plus dispose de coloris comme j’apprécie beaucoup (écrevisse et perche). Ce que je disais dans la vidéo c’est qu’en jouant sur trois modèles pour la profondeur, déclinés chacun en deux sonorités (silencieux vs bruiteurs) et ensuite deux coloris par modèle, c’est vraiment optimum. Ça représente quand même une douzaine de crankbaits donc disons 100 à 250 euros selon les références que vous choisissez, mais c’est une base vraiment polyvalente et util(isabl)e vraiment partout. Pour être complet, j’ajouterai quand même un ou deux « square bill » (crankbaits à bavette carrée) à la sélection. On ajoute encore deux ou trois lipless dans les 10-15 grammes qui passent également bien dans ces secteurs et aussi très facilement sur cette canne. Un Illex TN60 reste un classique. J’ai aussi envie une grosse envie d’essayer leur variante « Trigon », j’y reviendrai prochainement dans un article. J’ai aussi parlé d’un spinner compact (permettant de pêcher un peu différentes profondeurs simplement en le laissant couler et en le ramenant plus ou moins vite) et pour moi la base c’est le OSP High Pitcher. J’ai enfin mentionné un leurre Megabass (en écorchant son nom… 🙂 ) le Dark Sleeper. Il s’agit d’une sorte de micro swimbait à plombée interne dont l’hameçon simple est dissimulé dans la dorsale du leurre, bref c’est une tête plombée cachée dans un leurre souple : simple et efficace. Mon fils adore ce leurre rien que pour son aspect visuel et je pense qu’il va le lancer souvent, celui-là (je l’ai choisi en 7g pour lui).

– ensemble Heavy. On ne peut pas aller sur un spot relativement riche en brochets sans un ensemble dédié. Mon choix est ici une canne Shimano Adrena 72H associée à un Curado (des familles, l’actuel Shimano Curado K par exemple. Perso j’utilise encore des E7 et j’ai encore des plus anciens…). Tresse (TUF) et bas de ligne en pure fluoro 100 centièmes (perso je prends de la Varivas). Si l’eau est trouble je relie directement la tresse au bas de ligne (pas la peine de trop finasser…), si elle est claire j’ajoute une tête de ligne d’une longueur de canne et demi en 35-40 centièmes (Trilène de Berkley). Niveau leurre, j’ai parlé de celui que j’utilise à chaque sortie (vraiment), le Berkley Hollow Belly en 6 pouces que je monte sur une tête plombée Berkley à laquelle j’ajoute un hameçon chance et une palette ou pas, selon. J’aurai aussi pu ajouter un Biwaa Divinatör en 35 grammes. Je parle aussi de jig pour pêcher dans le cover et je m’excuse car ce discours n’est peut-être pas clair (car anglais), je m’en suis rendu compte en regardant la vidéo. Je voulais parler de pêche dans des milieux encombrés. J’ai utilisé des années les jigs articulés Tiemco mais en leurs reprochant tout de même la faiblesse de l’ensemble « hameçon+anneau brisé ». Comme je l’expliquais dans un article dédié, le Deps Slip Head Jig est une excellent produit, à associer à un trailer au plastique plutôt solide (pour les brochets pas la peine d’utiliser un trailer trop technique) qui résistera à de très nombreux lancers.

Voilà. J’ai essayé de résumer mon intervention dans ce numéro de Culture Fish en expliquant un peu plus en détails le pourquoi du comment. Je pense que je n’étais pas intervenu dans CF depuis 70 numéros ou un truc comme ça… 🙂

Pour finir, et comme on sait que je n’ai pas ma langue dans ma poche, je me permettrai un commentaire sur les autres intervenants. J’ai vraiment apprécié la sélection de Gaël et Thomas. On sent les gars qui vendent leurs produits, ce qui est normal (et ils ne s’en cachent pas) mais ils ont vraiment réfléchi et travaillé sur ces produits. D’ailleurs les références qu’ils ont présentées font parti de ma sélection truite (sauf le Tricoroll Ryushin 53 SHW que je n’ai pas encore trouvé). Pour les YouTubeurs présents, je reste malgré tout sur ma position prise dans un récent article. Les conseils sponsorisés ne me dérangent pas dans le cas de nos amis d’Illex car ils sont clairement affichés, mais avec les influenceurs ça me chiffonne vraiment. Ces avis sont encore une fois pauvres, ne vous y trompez pas. Si une chaussette (ou une saucisse-bait !) prenait des poissons et si on donnait des chaussettes à ces gars, ils vous diraient qu’ils pêchent avec ça (la saucisse-bait en ferait, elle, des poissons…). Clairement sur ce coup on avait un duo Delalande et un solo Babylon (leurres mêmes pas débalés, tu parles d’un retour d’expérience…). Je n’ai pas changé d’avis en une semaine et je trouve toujours navrant de donner du temps (précieux même en temps de confinement) à des gens comme ça. Stéphane tu me déçois !!! 🙂 Et en même temps je te sais malin et tu dois penser pouvoir reconquérir les followers de ces influenceurs en les intégrant dans ton programme et en les laissant en faire la promotion. Je choisis une voie parallèle et complémentaire à celle de Stéphane, en essayant de proposer à nouveau des contenus riches en informations et en explications. 😉

En attendant, je suis assez fier de ma sélection car d’une part elle est objective et authentique et, d’autre part, ce sont quasiment tous (je ne peux pas dire « tous » car il y a une ou deux nouveautés dans le tas) des produits que j’utilise (je ne parle pas de « test » dans mes propos…) depuis des années, qui m’ont tous apporté du poisson et que je n’ai aucun soucis à les conseiller car ils feront prendre du poisson ! Ça aussi c’est dit ! 🙂

Nouveautés FTF 2018

Posted in anims, Mode test, Salons with tags , , , , , , , , , , , on 13 janvier 2018 by cannafish

A l’heure où je vous parle, la troupe FTF est au salon de Clermont en train de prodiguer de bons conseils d’utilisation des produits qu’ils distribuent aux chanceux ayant pu s’y rendre. Ils papotent pêche, en gros. Trop dure la vie… 🙂 Et comme je suis bloqué à la maison, je partage avec vous autres, également bloqués, les news les plus intéressantes, selon moi (je ne parlerai ainsi que des nouveautés « eau douce », n’étant pas compétent sur la partie salée).

Déjà voici le lien vers le catalogue, si vous ne l’avez pas encore vu : LIEN.

Déjà, de nouvelles marques sont venues étoffer le catalogue FTF 2018. Je pense pour commencer à Trophy Pike, la marque d’Arnaud Fileppi qui est un personnage vraiment intéressant qui s’est spécialisé dans la traque des brochets records et la création de leurres spécialement dédiés. Vous pourrez donc maintenant trouver des Lotzilla ou des Esox Toy dans votre magasin préféré (enfin, si celui-ci en commande ! 🙂 ), et ceci grâce à FTF ! Voici deux visuels honteusement piqués sur le site de Trophy Pike :

 

Je pense également à Goldy, marque proposant de petits leurres durs typés truite à un tarif particulièrement attractif (8€90) : deux références (toutes deux coulantes) sont proposées : Glody Tiny (3,8 cm pour 1,8 g) et Gold Fish (5,5 cm pour 5,5 g). Et voici deux coloris qui me plaisent bien (vairon/goujon MV en 3,8 cm et perche MG en 5,5 cm) :

 

Dernière nouvelle marque de ce catalogue et pas des moindres : Reaction Innovations, marque qui me rappelle d’excellents souvenirs puisque j’utilisais beaucoup les créatures Sweet Beaver (disponibles dans trois tailles) ainsi que les Swamp Donkey (frog) à mes débuts de basser.  On retrouve également le Skinny Dipper, shad tout terrain par excellence, mesurant 5 pouces (disponible également en deux autres tailles : le Little Dipper qui fait 3,5 pouces et le Big Dipper en 6 pouces). La sélection Reaction Innovations par FTF ne présente en tout cas aucun défaut (enfin si : où est le coloris « sungill » ???) et il faut juste espérer un approvisionnement qui soit à la hauteur de vos, de nos attentes ! 🙂 J’attends aussi de voir si les packaging ont évolués depuis l’époque où je les utilisais. J’aimais bien le côté pin-up… Quelques visuels pour vous rappeler de quoi on cause (et j’ai rajouté le Shiver Shot, un leurre de toute beauté avec de magnifiques détails, utilisable en drop-shot, sur TP classique ou TP à palette ventrale type Sworming Hornet) :

SweetBeaver_OxbloodSwampDonkey_BullFrogSkinnyDipper_SexyShadShiverShot_SmallMouthMagic

Passons maintenant au reste de la sélection FTF et on continue avec les gammes sélectionnées les années précédentes, étoffées de nouveautés bien senties.

Commençons par Reins. En apparence il n’y a pas de réelle nouveauté du côté de Reins, enfin au catalogue en tout cas, car mon petit doigt me dit qu’il y aura quelques nouveautés tout de même… Restez en ligne, j’ai les idées mais je vous en dirai plus dès que j’aurai vérifié tout ça ! Nouvelles têtes plombées, nouveaux leurres souples, on y reiendra. Et même s’ils ne sont toujours pas visibles au catalogue, sachez, chers fans, que le Jé Worm et le Maxi Jé Worm sont toujours disponibles ! 🙂

La marque Noike : la chouette sélection nippone est évidemment reconduite avec un ajout de taille : le Wobble Shad en 7,5 pouces (19 cm). Ce genre de taille est peu habituelle pour des leurres techniques.

Legit Design était mon gros coup de cœur « cannes » de l’année dernière. La gamme est évidemment toujours présente avec quelques ajouts judicieux dans la gamme Bass (une WSC610H qui conviendra aux spinners lourds et au heavy texas ; les trois modèles en fibre : WSC-G62L, WSC-G66ML et WSC-G68M ; et deux modèles à venir, bien adaptés au brochet avec de gros leurres : WSC75XXH et WSC79XXXH) ainsi que la présence de toute une gamme dédiée au jigging (mer donc je n’en dis pas plus).

Favorite. L’intégralité de cette gamme de cannes est reconduite avec l’un de mes coups de cœur « canne » 2017, l’Arena Stream !

Tiemco. Les Enhancer (cannes truites) arrivent sur le marché français (la question est : vont-elles détrôner les Arena Stream dans mon cœur ??? Résultat quand je les aurai prises en main…). On trouve de jolies nouveautés côté leurres également. Pas mal de métal déjà avec le Slide Vibe (lame à attache latérale pour une action inédite !) et le Bounce Tracer (petit vibration métal avec une sorte de bavette métallique). J’espère tester ces deux références rapidement !!! Il y a aussi le Necromancer (drôle d’idée qu’appeler ce leurre ainsi), un micro-spinner truite. Ensuite du souple, ou plutôt des leurres de surface réalisés dans une matière très surprenante : l’élastomère. Ce matériau est à la fois dense (ces leurres flottants se lancent vraiment loin) et résistant (c’est assez incroyable mais ils semblent incassables tellement ils sont étirables…) ! Noms de code Armor Chugger (popper frog avec montage texan) et Armor Frog Gaeru (frog montage texan).

TiemcoSlideVibeTiemcoBouncerTracerTiemcoArmorPopperFrog_BassTiemcoArmorFrog_BullFrog

D-Style enfin : mon coup de cœur « leurres » de l’an passé ne m’a pas déçu par la qualité de ses produits. Hélas le petit surdoué nippon a connu un tel succès dans son pays qu’il n’a pas forcément été simple de récupérer ses créations en quantités suffisantes pour répondre à la demande française (même si cette marque concerne une catégorie de pêcheurs extrêmement pointus, il semble que les pêcheurs techniques soient nombreux dans notre pays !). Il faut dire que tous ceux qui ont vus nager ses souples ou qui les ont testé n’ont eu qu’une hâte : s’en procurer d’autres… Daisuke Aoki vous propose cette année un topwater complètement innovant (un crawler « finesse ») réalisé en collaboration avec Jackall : le Reserve.

DstyleReserve

Svartzonker : grosse arrivée 2017 sous les bannières de la French Touch et gros succès à la clé, ainsi qu’un sacré paquet de gros poissons (brochets, silures mais aussi sandres et comparses marins). Des nouveautés font leur apparition, essentiellement côté leurres durs. Deux tailles de lames métalliques (Vibrating McBass, 7 cm pour 18 grammes et Vibrating Predator, 12 cm pour 40 grammes) au tarifs très attractifs (5€90 et 8€90). Un jerkbait, le Tiscaren, est également ajouté à la gamme. Il fait déjà pas mal parler de lui en Suède (disponible en trois tailles :  11 cm pour 37 g, 14 cm pour 65 g et 17 cm pour 98 g). Et enfin le Squarepusher qui un slider de 11 cm pour 59 g. Côté leurres souples il y a du downsizing et les percidés sont clairement dans le collimateur de Claes… Ainsi le McRubber, le McRubber Shad et le McRubber Tail voient chacun arriver un petit frère de 6,5 g (respectivement de 8 cm, 9 cm et 11 cm). Enfin, les Screw In Head, les Screw In Dots et les Jig Heads voient également leurs gammes respectives se compléter avec de nouveaux grammages.

On retrouve également les produits Myran (cuillères tournantes) avec deux modèles bien adaptés au marché de la truite (Wipp en 3 et 5 g et Mira en 2 et 4 g). Ces deux modèles me rappellent la Black Fury de Mepps, encore de bons souvenirs de mes jeunes années…

Bon et bien voilà pour notre petit tour de piste. J’espère que ça vous a plu et que ces leurres, si vous décidez de les acheter, vous plairont !

Very Important Poisson – Opération Reproduction

Posted in anims, revue de presse, Salons on 14 février 2014 by cannafish

Bonjour,

Je relaye, en direct de Nantes, l’excellente initiative de l’entreprise Ultimate Fishing ! Voici le communiqué de presse :

IMG_2012

Communiqué de presse

Very Important Poisson – Opération Reproduction

Imaginée par la société Ultimate Fishing, l’opération Very Important Poisson « Opération Reproduction » vient d’être lancée à l’occasion du salon européen des pêches en mer de Nantes qui se tient en se moment même.

En France, le bar est traqué par plus de 370.000 pêcheurs récréatif, il est également ciblé par la pêche professionnelle et ses stocks tombent dangereusement depuis une dizaine d’année.

Les scientifiques parlent désormais clairement de « surexploitation » mais peu de choses sont faites pour y remédier.

 La principale cause de surexploitation de cette espèce est la pêche pendant la période de reproduction. Le bar se regroupe alors en bancs compacts dans des zones connues et identifiées des pêcheurs. Il est alors extrêmement vulnérable et des pêcheurs en profitent pour en prélever des quantités énormes. Chez les pêcheurs professionnels, près de la moitié des débarquements annuels sont réalisés durant cette période de reproduction.

Aujourd’hui, la maîtrise de la pêche du bar pendant sa reproduction s’affiche comme un enjeu majeur dans l’objectif d’une gestion pérenne des stocks. Il convient, si ce n’est d’interdire complètement, au moins de limiter plus drastiquement dans le temps et dans la quantité, la pêche du bar durant l’hiver.

Des mesures sont à l’étude mais se heurtent déjà au lobby de la pêche professionnelle et aux ententes de certains armateurs et politiques qui souhaitent conserver leur droit à prélever massivement. Pour contrebalancer ce lobby et prendre les mesures nécessaire à la préservation du stock de bars, les pêcheurs récréatifs et l’opinion publique doivent se mobiliser et se faire entendre.

Ultimate Fishing a imaginé l’opération « very important poisson » dans ce but. Lancée dans le cadre du salon européen des pêches en mer de Nantes, elle s’appuie sur une page facebook créée à l’occasion et où il sera question de rassembler un maximum de personnes sensibles à la problématique. On y retrouvera un argumentaire détaillé où les visiteurs pourront comprendre pourquoi ce sujet est particulièrement important et sensible. Des documents scientifiques, sources et références diverses y seront également proposées aux personnes qui voudraient en savoir plus.

Pour dynamiser l’opération et faire connaître cette page à des personnes autres que le public du salon, nous avons imaginé de mettre en scène les visiteurs favorables à notre opération en les faisant poser pour une photo où ils apparaîtrons en tenant une pancarte en forme de bulle de bd sur laquelle on pourra lire « Le repos biologique du bar, je suis pour ! La pêche sur les frayères, je suis contre ! ». Les photos seront publiées sur la page facebook et nous inviterons ceux qui se seront prêtés au jeu à s’identifier dessus afin que le message passe de façon efficace et visuelle auprès de leurs propres cercles d’amis.

A la suite du salon, nous contacterons la presse et les acteurs politiques et économiques proche de la problématique pour leur faire part de l’existence de cette communauté qui s’oppose à la pêche massive sur les frayères et qui s’inquiète de l’avenir de la ressource de bars.

Culture Fish – n°13 !

Posted in anims, Fishing days, Nautisme with tags , , on 21 septembre 2012 by cannafish

Et voici le numéro 13 ! Stéphane prend goût au format 10 minutes, puisqu’il remet ça !

 

 

Culture Fish – n°8 !

Posted in anims, Fishing days, Mode test, Nautisme, revue de presse, Salons with tags , , on 9 juillet 2012 by cannafish

BA DOUM BA : avec pas mal de retard, voici Culture Fish, numéro 8 !

Dans ce numéro, vous retrouverez la suite de nos aventures à l’EFFTEX (salon européen des professionnels de la pêche) ainsi que divers moments de pêche (Lot, bar, poulets, …).

 

A très bientôt pour la suite…

Clermont le retour !

Posted in anims with tags , , , on 16 janvier 2012 by cannafish

Ce salon… Quel salon !!! C’est toujours un plaisir de retrouver des gens des quatre coins du pays, et Clermont est le lieu idéal pour ça !!!

J’ai, comme je l’avais annoncé, partagé mon temps entre le stand Black Bass France (voir la mise en ligne régulière de news par Arnaud) et le stand de French Touch Fishing.

Sur le stand BBF j’ai passé pas mal de temps à discuter de tout, de rien mais surtout de bass avec de nombreux passionnés.

Nous avons vu pas mal de nouveaux adhérents (entre 15 et 20 de mémoire), et surtout de nombreuses personnes intéressées par le bass. Les vrais amateurs de bass ne se trompaient d’ailleurs pas de destination et venaient nous retrouver, délaissant le tristement célèbre aquarium aux bass fatigués… Il va falloir le répéter encore longtemps, que ça fait pitié !!! ???

L’autre partie de ma mission de Clermont était d’aider la « famille » FTF.

Et au final j’ai passé tout mon temps « FTF » sur l’espace de vente du salon (magasin « Au fin pêcheur » d’Aubière, 63), accompagné du fier landais Benoit (lien). C’est toujours un plaisir de « travailler » à ses côtés : bonne humeur, blagues quand il le faut et professionnalisme le reste du temps : tout d’un très grand ! C’est également très intéressant de (re)voir des personnes conseillées lors des salons précédents, qui (re)viennent en vous remerciant de leurs avoir fait prendre du poisson avec les leurres Reins ! J’espère que ceux qui ont suivi mes conseils cette année reviendront avec les mêmes paroles l’an prochain ! Sinon, je tiens à m’excuser auprès de tous ceux qui m’ont demandé des G-Tail Saturns 2,5″ et des Jé Worms, car ces produits n’étaient pas présents sur le stand de vente. Simplement car le magasin ne pouvait pas proposer TOUS les produits Reins, mais uniquement une sélection (déjà conséquente).

Bref un jour et demi à Clermont c’est définitivement trop court. En effet c’est impossible de voir tout le monde, ni d’avoir du temps « pour » moi (perso). Mais les bons souvenirs dominent !!!

Je tiens à remercier Coco, Poupou et le crankmitaine pour les bons délires du covoiturage ; ainsi que Benoit, Thomas Sakura, Charles et Bastien ; sans oublier Patrick, Cathy et Clément pour tous les autres bons moments ! A très vite !!!

Salon de Clermont 2012 !

Posted in anims, Salons with tags , , , , on 20 décembre 2011 by cannafish

Le Carrefour National Pêche et Loisirs 2012 se tiendra du 13 au 15 janvier 2012 à Clermont-Ferrand.

Je serai présent au CNPL 2012 samedi et dimanche (14 et 15 janvier), partagé comme de coutume entre les stands Black Bass France et FTF/Reins. Je pense faire les matinées (9h-13h) sur le stand BBF où nous vous accueillerons pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin à notre poisson favori ainsi que pour prendre vos adhésions 2012 ! Je prévois de passer les après midi (13h-19h) sur le stand FTF/Reins où nous pourrons discuter ensemble des cannes et leurres souples Reins ainsi que des têtes à palettes Sworming Hornet et des produits Tiemco (leurres souples, spinnerbaits, crankbaits).

N’hésitez pas à me solliciter si vous me croisez au cours de ce salon !

Plus d’informations sur http://www.cnpl.fr/ !

Vidéo Pikes in Paris 2011 by Stéphane !

Posted in anims with tags , , , , , on 6 décembre 2011 by cannafish

Bonjour !

Voici la vidéo sur l’empoissonnement en brochets de la Seine réalisé vendredi dernier ! Images et montage du copain Stéphane !!!

Et pour fêter la liberté des bébés brochets, faut boire un coup !!! 😉

Shimano Chronarch 201 série E !

Posted in anims, Mode test with tags , , , , , , , on 5 décembre 2011 by cannafish

Ceux qui me connaissent ou lisent ce blog savent (à travers les description du matériel utilisé) que je ne possède pas de moulinets très haut de gamme. Disons que je privilégie les moulinets de gamme « moyenne plus » (ou alors de bonnes occasions…), qui bénéficient de performances convenables pour un prix moyen. Explication sur cette notion de prix moyen : si l’on considère que les tarifs pour un moulinet casting en France varient entre 80 et 500€ (ou plus…), 200-250€ est un budget « moyen », même si ça fait déjà une somme…

Bref, je ne suis pas fan des magnifiques Daiwa ou encore des Shimano Calais et Core. Ceci pour plusieurs raisons… Déjà car point de vue moulinet, je pense avoir une influence plutôt US que nippone… Et il y a une sacrée différence : si vous considérez le set de cannes de n’importe quel pêcheur pro US, vous verrez que les moulinets sont de gamme moyenne, parfois même basse : Shimano Curado ou Citica ; ou encore d’autres références chez Quantum ou Okuma. Le tarif moyen d’un moulinet est alors aux alentours de 120 à 150 $ ; loin du prix moyen chez un pro japonais, qui serait plutôt 400 ou 500$ !!! Mais ces moulinets (US) sont suffisamment fiables. Je ne pêche (malheureusement !) pas autant que tous ces gars, alors je peux me satisfaire (largement) de moulinets similaires. Je n’utilise à l’heure actuelle que des moulinets de marque Shimano (appréciant leurs diverses qualités), même si parfois les produits sélectionnés pour la France ne me semblent pas les plus judicieux (toujours l’éternel problème avec l’absence de bobines « shallow » pour les spinnings en tailles 2000, par exemple…). Alors OK, je trouve la gamme Citica un peu « cheap » (et encore, il faudrait regarder le Citica G d’un peu plus prêt…) et j’aime tout de même « un peu » les jolies choses, c’est pourquoi la gamme Curado (ou son alter ego nippon : la gamme Scorpion) est celle que j’apprécie le plus (depuis pas mal d’années d’ailleurs puisque j’ai encore les « Battam » !).

Ma surprise de fin de saison vient du renouveau des gammes de moulinets casting de type Curado et Chronarch. Ces moulinets (Chronarch E et Curado G) ont été présentés au dernier Icast. Et autant le dire tout de suite, à la vue de leurs caractéristiques techniques, il semble que la qualité du nouveau Curado G ait été sérieusement revue à la baisse par rapport au Curado E (qui était un peu ma référence en terme de moulinet casting et qui n’est resté finalement que deux saisons sur le marché !), faisant passer cette série mythique en produit d’entrée de gamme, et ramenant la série Chronarch E à peu près au niveau des anciens Curado E. A mon humble avis, tous ces moulinets ont été grosso modo rebaptisés…

Niveau tarif, les Chronarch G sortiront à environ 250 euros (prix déjà constaté en i-boutiques françaises), soit environ le même prix que le Chronarch ancienne mouture. Le Curado E était vendu 230 euros en France, le Curado G sera quand à lui proposé aux alentours de 200 euros (estimations effectuées à partir des prix US : Citica G à 130$, Curado G à 150$ et Chronarch E à 200$).

Niveau look, comme je le disais dans un article précédent, le nouveau Chronarch a vraiment de solides arguments… L’ancienne version était simplement blanche et potelée. Je n’avais franchement pas accroché sur ce moulinet, préférant garder mon Metanium Mg (qui a environ 6 ans au compteur !). Fini l’embonpoint pour le Chronarch E, avec un bâtit qui ressemble très fortement à celui de la série Curado E (ou même G) !!! Niveau coloris, il est toujours blanc mais une touche de noir a été apportée sur le dessus du moulinet : il se marierait vraiment très bien avec ma Reins Pike Ringer… 🙂

Autre bonne nouvelle, il arrive sur le marché avec la possibilité de choisir entre trois ratios différents : 5.5:1, 6.5:1 et 7.0:1 !!! Shimano n’a donc pas commis la même erreur qu’avec le Curado E qui n’était disponible qu’en ratio 7.0:1 pour la version 201 (notons tout de même que le Curado 200E était disponible en 5.0:1 et 7.0:1). Le Curado 201E 5.0:1 avait été promis un peu partout mais n’avais jamais été livré… Je trouve un peu trop proches les ratios de 6.5 et 7.0, mais disons que si/quand j’aurai les sous, je me vois bien avec un 5.5 et un 7.0… 🙂

Le Chronarch E bénéficie au total de 7 roulements, tandis que le Curado G est rétrogradé à 5 roulements (contre 6 pour le Curado E). Le poids du Chronarch 201E est de 217 g (comme le Curado E… !!!) contre 195 grammes pour le Curado 201G.

A noter également la disponibilité d’un modèle Chronarch en taille 51E : 195 grammes, ratio 6.3:1 !

Côté nippon, je n’ai pas encore vraiment cherché quelles étaient les news. Mais je pense immédiatement au Scorpion DC (Digital Control) sorti l’an dernier. Le tarif m’avait d’ailleurs semblé à l’époque relativement doux pour un modèle bénéficiant du Digital Control : environ 300 euros livré (non proposé en France, donc à commander directement au Japon).