Archive for the Nautisme Category

Evolutions JéBoat

Posted in Mode test, Nautisme, revue de presse with tags , , , , , on 23 février 2021 by cannafish

Bon je ne pense pas changer le JéBoat tout de suite (je pense dans quelques années, enfin quand mon fils aura grandit un peu et que la maison sera payée ! 🙂 ) et comme avec l’age je suis plus rusé (ou disons que je découvre plus de trucs, les années aidant), je trouve toujours de petits accessoires pour l’améliorer (le bateau, pas moi ça c’est mort 🙂 ). Je vais parler là d’accessoires que je vois sur les bateaux des pros US (MLF ou Bassmaster) ou nippons (Japan Bass). Après la batterie lithium (LBS) donc j’avais déjà parlé, j’ai investi quelques euros supplémentaires. Le JéBoat est vraiment sympa maintenant, et parfait quand je suis seul.

Niveau moteur électrique en particulier j’ai donc trouvé différents accessoires sympas.

Le G-Force Eliminator en premier lieu (T-H Marine). Il s’agit d’un petit système à placer derrière l’hélice (en fait en remplacement du boulon qui tient l’hélice). Cet accessoire a principalement deux intérêts (mais plutôt un seul dans mon cas). En fait il s’agit ni plus ni moins d’un poids qui vient rééquilibrer le moteur, enlevant ainsi une bonne part des vibrations. L’autre avantage est de dissiper la chaleur (en refroidissant le moteur on l’économise et on baisse sa consommation) mais sur mon Edge 45 Lbs je ne pense pas que ça ait une grande utilité… 😀

Autre accessoire pratique (et par contre présent depuis des années sur le JéBoat grâce à Fabien), toujours chez T-H Marine, le G-Force Troll Perfect. Un accessoire assez basique qui permet de limiter les « retours » du moteur en venant serrer (plus ou moins) l’arbre du moteur. Je ne sais pas trop l’expliquer mais ça limite les changements de direction parfois trop rapides du moteur (vent, courant ou simplement en cas de déséquilibre du pêcheur). Bref ça peut éviter quelques plongeons sur un « Tiny Boat » comme le mien. Le système est très simple à installer et même à régler en cours de sortie (il faut juste resserrer un collier métallique avec une vis papillon). C’est un bon complément du G-Force Eliminator.

En plus de ça, j’ai ajouté une Ninja Blade. C’est un dispositif qui permet de se débarrasser de l’herbe qui vient parfois s’accumuler sur le moteur électrique. Il y a essentiellement deux dispositifs disponibles pour ça, soit la Ninja Blade, soit le G-Force Grass Goat de T-H Marine. J’ai préféré le premier car il me semble beaucoup moins encombrant (surtout sur un petit moteur), plus efficace (toujours pour des moteurs n’ayant pas énormément de force comme le mien) et aussi excessivement simple à monter (il est fourni avec de l’adhésif double face, même si j’ai préféré le maintenir avec un collier métallique).

Dernier accessoire, encore chez T-H Marine (décidément ils sont très forts ! Ça me fait d’ailleurs penser à la marque Attwood qui est également un basique dans tout ce qui est installation de vivier, et qui est restée si longtemps non distribuée en France…), le G-Force Troll Jackett. A la base je voulais remplacer juste la gaine plastique qui centralise les câbles de mon moteur électrique, simplement car elle commençait à être bien fatiguée (soleil, hivers, grêle, …). En cherchant un peu j’ai retrouvé ce produit, c’est une sorte de housse en néoprène avec scratch sur la longueur. Ça sert à regrouper leurs câbles (moteur, sondeurs). Du coup ça me remplace l’étui plastique et aussi ça me permet de gérer le câble du petit sondeur avant qui a le Down Imaging. Et même si je ne l’utilise pas systématiquement, le câble est toujours en place. J’avais peut-être « mal » installé le sondeur et il me cassait les pieds à chaque fois que je montait ou descendait le moteur électrique, le câble manquant être coupé par la sorte de mâchoire que fait le cadre du moteur. Bref c’est du passé et maintenant c’est protégé. 🙂

Ajout car en cours de livraison, un Cool Foot. C’est un accessoire sympa et -je pense- utile, qui pourrait sembler uniquement esthétique au premier abord. C’est en fait un genre de mousse prédécoupée au format de votre pédale de moteur électrique avant. Ça permet d’utiliser la pédale pieds nus l’été (sans se bruler) et ça ne glisse plus du tout (quand la météo est « humide »). C’est possible de s’en fabriquer soit-même, mais honnêtement c’est pas ultra cher et comme ça c’est directement bien fait. Chez Cool Foot il y a de nombreux modèles possibles (différentes marques et différents modèles) et aussi de nombreuses déclinaisons de couleurs. Évidemment beaucoup de pêcheurs n’utilisent maintenant que la télécommande alors ils ne sont pas concernés, mais comme je trouve toujours plus que du charme à la pédale et au câble, bah c’est pas mal pour moi.

Edit : j’ai donc commandé tous ces accessoires aux Etats-Unis (en plusieurs fois) mais quelques temps après ces commandes j’ai découvert le magasin Optimal Fishing Boat qui propose certains produits similaires à prix similaires. Ils sont en pleine expansion, je pense qu’à terme ils veulent recréer le référencement TH Marine ! 🙂 😉

Résumé sorties bateau Landes

Posted in Fishing days, Nautisme with tags , , , on 27 août 2020 by cannafish

Je vais résumer en deux articles nos sorties pendant les vacances dans les Landes. J’avais pour la première fois emmené le bateau et c’était un plaisir de pouvoir enfin sortir un peu avec mon fils (qui a bien aimé la navigation et le sondeur) et aussi de faire quelques promenades en famille.
Niveau pêche, je me suis volontairement restreint à quelques sorties très ciblées. Simplement car j’y étais pendant une vague de canicule et que je ne voulais pas faire courir de risques inconsidérés à mes possibles captures. Donc des sorties rapides, matin très tôt ou soir très tard et sur des espèces plutôt solides (perches et black-bass). Au final en bateau j’ai recherché les perches. Ma sélection de cannes (casting uniquement, je cherchais pas la perche de 25…) pour les rechercher : Legit Design 66ML, 73ML et Shimano Adrena 66M le tout équipé de Curado/Scorpion/Core remplis de fluoro ou tresse. Voici une sélection de photos (le plus souvent j’étais seul sur le bateau et je n’ai fait aucune photo… Et par principe je ne diffuse pas les photos des enfants). Sur le séjour, toutes mes captures avaient une taille comprise entre 37 et 42 cm. Plutôt sympa ça. Je remercie Benoit pour les quelques moments partagés ensemble, pour nos trouvailles et délires… 🙂

J’ai fait quelques black-bass également mais rien de plus de 40 donc pas super drôle. Par contre la population est vraiment très largement répartie et il est possible d’en rencontrer vraiment partout sur le lac, et ça c’est top !

Un rapide mot sur la nouvelle batterie (LBS) 100Ah 12V : tout juste époustouflante. En une douzaine d’heures de pêche j’avais consommé environ 35% de sa capacité. J’étais un peu stressé au sujet de cet investissement, et bien c’est du passé !!! Je pense sans soucis pouvoir pêcher deux jours complets avec une batterie bien chargée au départ. Je referai un article plus détaillé rapidement.

Lithium Boat Solution

Posted in Mode test, Nautisme with tags , , , , , on 2 juin 2020 by cannafish

Un petit article pour vous parler de ma nouvelle batterie, récupérée au CNPL 2020.

LBSlogo

Ce billet est susceptible d’être modifié si jamais j’ai écrit des bêtises… Et oui je ne suis pas un professionnel de la batterie Lithium, loin s’en faut… 🙂

Mes lecteurs le savent, le Jé Boat est souvent pénalisé par son poids. Le premier qui fait un commentaire sur mon embonpoint est viré du blog… 🙂 A deux pêcheurs en navigation au thermique c’est une catastrophe, surtout vivier plein. Seul (avec vivier vide) je prends 35 km/h mais le poids de batteries Pb constitue un sérieux handicap. J’avais, à l’avant du bateau, deux batteries de 115 A qui représentaient environ 45 kg plus une 70 A (15 kg je dirai) à l’arrière pour l’électronique et les pompes (ça c’est large…). Le hasard de la vie a fait que j’ai sympathisé avec Stéphanie Heil qui est un peu dans la même branche que moi (la recherche). En effet elle est ingénieure en Suède, pays où j’ai également fait mon post-doc. Et Stéphanie est la compagne de Franz Heil, qui en connait un rayon sur les batteries puisqu’il gère Lithium Boat Solution (et qu’il a une longue expérience professionnelle dans le domaine). Pile à ce moment là, mes batteries plombs commençaient à montrer des signes de faiblesse. Drôle de hasard et comme je ne crois pas vraiment au hasard… Je commence à regarder pour les changer, allant au moins cher comme les fois précédentes (250 euros les deux batteries, en gros en prenant des trucs sur internet, pas vraiment géniales ; ou minimum 400 euros pour deux MinnKota 12V en 110 A). Et je me dis que je vais recommencer dans 4 ou 5 ans avec une perte significative d’efficacité au bout d’un ans, en gros. De là on a commencé à parler batteries avec Stéphanie et Franz. Je décris mon bateau, le moteur électrique en 12V et l’électronique en ma possession à Franz et il a commencé à me parler des différentes technologies disponibles. Il m’a également sorti les consommations de mon moteur (un MinnKota Edge 45, ancienne génération) vitesse par vitesse. L’électronique ne consomme quasi rien (réflexion uniquement valable pour les sondeurs que j’ai !). Devant la description de ma façon de pêcher (je ne veux plus forcément pêcher des plans d’eau « tout électrique », privilégiant à l’avenir des plans d’eau permettant des sorties mixtes thermique-électrique), il me conseille au plus juste et je me retrouve avec une préconisation pour une 80 A (sans devis, on ne parle pour le moment pas du tout de ça). Allez je demande quel est la capacité maximale possible dans la valise des modèles Esox et il m’annonce 100 A. On parle aussi de longévité (nombres de cycles), de restitution constante en cours d’utilisation (contrairement à une batterie Pb, les Li restituent l’énergie de façon uniforme, c’est à dire sans baisse de puissance au cours de la journée comme les Pb). Compte tenu de ce que j’en fais actuellement, cette technologie me semble vraiment la plus adaptée. Je fais un peu confiance sur la longévité car on n’a pas encore de retour mais à part ça, ça colle vraiment à mes attentes. Je fais ajouter une sortie filtrée étanche (pour l’électronique) et je choisis de ne pas prendre de prise USB. En effet l’étanchéité des prises existantes n’est pas fabuleuse selon Franz (et le lithium et l’eau ne font pas du tout bon ménage, je le sais car j’étudie les alcalins au travail…) du coup il préfère ajouter un boitier sur la batterie afin de ne pas prendre de risque. Je préfère refuser, simplement de peur de taper cette excroissance (l’accès au logement à batteries est parfois délicat sur le Jé Boat). C’est peut-être une erreur car je manipule 7 kg bien plus facilement que deux fois 22 kg… La mise en place est donc bien plus simple. Je demande donc le devis pour les deux modèles (Esox 80 et Esox 100) et je me décide très rapidement pour la 100 afin d’avoir un peu de marge. On parle ensuite du chargeur (direct emballé pesé) puis d’un déchargeur, accessoire bien utile : les batteries Li se stockent à environ 25% de leur charge maximale alors autant les amener à cette charge avec un accessoire qui le fait pour vous (j’ai l’impression que c’est « simplement » un petit radiateur avec un ventilo, Franz me l’a programmé à Clermont et je serai bien incapable de le refaire). Une fois amenée à ces 25%, la batterie est éteinte (l’écran de contrôle) et elle ne perd plus sa charge. Vous pouvez voir ce déchargeur sur la photo ci-dessous. A noter qu’un boitier sera bientôt disponible pour lui.

LBS2

Je parlais de l’écran (on le voit au centre en bas sur la photo), je trouve que c’est un vrai plus de savoir, en cours de pêche, où on en est de sa charge. Compte tenu des précautions (couteuses) nécessaires à l’expédition de batterie Li, une remise en mains propres est convenue pour le salon de Clermont. Je verse un (petit) acompte trois semaines avant et je me retrouve à payer le solde en direct sur le stand (par virement, c’est beau la technologie), une fois la batterie en mains. Malgré l’affluence sur le stand, Frantz prend un long moment pour m’expliquer de vive voix certaines choses. En particulier que compte tenu que la batterie « perd » environ 14% de ses capacités après 500 cycles, Frantz prend les devants en rajoutant 14% de modules d’entrée de jeu. Bref j’ai une 120 A qui est sensée correspondre à mes deux anciennes batteries plombs en terme de capacité. Pour … 7 kg !!! Dans mon cas, le poids est divisé par 6 environ (à performances égales) et le volume est divisé par 3 je dirai. Sur la photo on voit la batterie LBS au premier plan et une classique (pas chère du tout du tout… Au moment de la photo sa sœur était déjà partie à la déchetterie. Et oui ça s’achetait par deux ces bêtes-là…) au second plan. La photo en perspective n’est pas flatteuse pour la LBS mais les rapports de poids et de taille que j’ai donnés sont bons.

LBS1

Ce type de batterie est évidemment plus cher que les batteries Pb, mais pour ça je fais clairement le pari sur leur longévité, comparativement à mes anciennes batteries et je ne pense pas être perdant. Dernier avantage, le temps de charge qui est réduit comparativement aux batteries Pb. De ce que je sais sur les batteries Li (j’en ai pas mal utilisé en modélisme) mais je dis peut-être une bêtise, il n’est pas gênant (je veux dire que cela ne les détériore pas) de charger les batteries Li rapidement, ce qui n’est pas le cas avec les batteries Pb. Bref j’ai pris un chargeur qui fournit 20 A par heure et je suis sensé recharger ma batterie (vide) en 5 heures. Mais comme elle n’est jamais vide, il faut en gros 4 heures pour la remettre à plein. C’est également un gain également non négligeable comparativement au Pb puisqu’il me fallait 3 chargeurs et une grosse nuit (10 heures en gros) pour recharger mes 3 batteries correctement. Sans compter 3 prises électriques, ce qui n’est pas toujours évident en mobile-home (c’est ce qu’on loue à 4 copains quasi systématiquement) et comme c’était quasi la même chose pour le second bateau, on se retrouvait rapidement avec des rallonges et des multiprises partout. Top la sécurité !!!

Bref un contact vraiment intéressant et surtout fructueux ! Je vous ferai un retour d’utilisation un peu plus tard.

Résumé pêche Landes août 2017

Posted in Fishing days, Mode test, Nautisme with tags , , , , , , , , on 9 janvier 2018 by cannafish

Petit retour en images sur trois sorties très rapides dans les Landes (3 fois 1h30 en fait). Deux sorties seul et une sortie avec Benoit, mon guide spirituel dans cette magnifique région… A chaque fois en float-tube. J’avais emmené peu de matériel avec moi car c’était des vacances familiales (avec multiples bagages, jouets de plage, remorque, vélos, remorque du vélo pour transporter les enfants, … et float tube + waders quand-même) et donc trois Legit uniquement : WSC73ML (all round light power game : topwaters, crankbaits, vibrations), WSC610M (jig et texas) et WSS69L+ (allround light games : micro-jigs, weightless, …). Une boite de leurres durs (topwaters, crankbaits, lames et lipless) et une sacoche de leurres souples. J’ai été surpris par le grand nombre de pêcheurs croisés sur les plans d’eau (je n’ai pêché que sur le domaine public) et sur la difficulté à prendre du poisson par rapport à d’autres années où j’étais venu (beaucoup rentraient capots). J’ai tout de même pris quelques poissons juste corrects à chaque fois avec la WSC610M, en utilisant des jig articulés Tiemco PDL Bait Finess soit en 3,5 g avec comme trailer Reins Maxi JéWorm, G-Tail Saturn 4 pouces ou Noike Donkey Boo ; soit en 5 g avec une Hog (AX Craw). Polyvilon 30 centièmes sur Shimano Curado 51E (petite taille pour un ensemble canne/moulinet ultra maniable en float).

Place aux photos :

PART_1502997370523IMG_20170822_105821IMG_20170822_105852

Merci encore à Benoit pour tous les conseils ainsi que les moments passés ensemble (sur l’eau ou en dehors). A refaire encore et encore !!!

Résultat FFPS Moisson 15 avril 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme with tags , , , , on 18 avril 2017 by cannafish

Cédric m’avait abandonné pour cette première date FFPS de notre équipe avec comme mission d’essayer de rentrer dans les points. Il m’avait donné la zone et m’avait dit de pêcher au crank… Bon ben j’ai fait ça. Enfin pas que, mais c’est ça qui a marché (un peu).

PikeMoisson2017

Bilan un brochet de 60 cm. Pris au [discontinued] Diving Pepper de chez Tiemco. J’ai pris beaucoup de non maillés. Mais toutes les touches se sont produites au leurre dur : crank donc, et spinner (Tiemco Blade Master) pour ma part. Au leurre souple je n’ai absolument pas eu de touche ni même de suivi. C’est pas lourd quand même… Je n’ai pas vu d’autre poisson maillé (je veux dire que je n’ai pas vu de suivi et que je n’ai pas raté de touche).

En tout le samedi il y avait 25 équipes au départ et il s’est fait 26 poissons (par 12 équipes). Le dimanche il restait 20 équipes au départ (certains, comme moi, ne pouvaient faire les deux jours) et il s’est fait 13 poissons (par 8 équipes). C’est vraiment pas lourd…

Double maxi félicitations à Gene Eddy et Julien qui gagnent les deux fois (3 poissons le samedi dont le big fish, un métré puis 4 poissons le dimanche dont le big fish encore : donc quadruple félicitations !!!) ainsi qu’à la paire Seguin père et fils qui font podium et podium !

Merci à tous les bénévoles des Boucles de Seine, menés de main de maitre par Régis, ainsi qu’aux représentants FFPS.

Pour la suite de la FFPS, RDV mi-mai dans le 28… A priori j’y ferai le dimanche cette fois, mais Cédric fera les deux jours !!! 🙂

FFPS Moisson 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme, revue de presse on 14 avril 2017 by cannafish

Allez on reprend la compétition… En fait je voulais juste faire le circuit BASS cette année (c’est une autre histoire, qui débutera en juillet avec Fabien Tournelle) mais Cédric Michaud m’a tellement supplié (et je parle même pas du salaire mirobolant qu’il me propose : ses « fameux » sandwichs au pain-de-mie… 🙂 ) que j’ai finis par céder. Et donc je ferai quelques dates FFPS Challenger à ses côté, dans la zone Nord. J’ai donc fait ma visite médicale (avec un médecin complaisant, faut l’avouer…) et pris ma licence dans le club « Carnadream 91 » pas trop loin de chez moi.

Demain (samedi 15 avril 2017) aura lieu la première date, à Moisson (78).

FFPS_Moisson2017

On connait un peu ce plan d’eau car on y a fait des dates Défi Nord ces dernières années. Je/nous n’y ai/avons jamais brillé (je l’ai fait avec Fabien Girard puis seul puis avec Fabien Tournelle et donc à nouveau seul cette année car )… Manque de chance mon super binôme m’abandonne pour cette première date mais j’ai décidé de faire face seul. Je ne ferai que le samedi simplement car mon ami landais Benoit Claverie (« Fishing Landes » ou encore « Fish in glandes » 😀 ) passe chez moi la nuit de samedi à dimanche avant de s’envoler vers un pays plus chaud. 🙂 Le JéBoat reprend donc du service et ouf il est étanche et même assuré ! Il a fallu changer le câble de levage du moteur avant qui a lâché et j’ai passé un coup d’aspirateur car les chats s’étaient fait bien plaisir à dormir sur la moquette. J’espère que les batteries (qui datent un peu) tiendront la journée. Mais bon je n’ai pas prévu de courir partout… 🙂 Autre bémol j’ai une main en vrac suite à une mauvaise « manipulation » de skis (ils se sont juste vengés). 🙂 J’ai donc essayé d’alléger le bateau et surtout la remorque est équipée pour mettre rapidement à l’eau grâce aux sangles BoatBuckle et à la rampe de feux étanches. Les batteries sont sanglées dans le bateau donc il n’y a pas de manœuvre sur place. Faudra juste ajouter le moteur électrique arrière en arrivant, déposer le fagot de cannes et les boites (ça, ça prend du temps car j’en prends toujours trop…). Ah oui et les sondeurs. 🙂

Niveau matos aussi il y a de l’évolution puisque cette année je bénéficie de nouveaux produits (en plus des produits Reins, Tiemco et FTF) : Svartzonker (leurres souples, montures) et Legit Design (nouvelle série de cannes) entre autres. Avec ma main je ne pêcherai pas avec de trop gros leurres (par là je veux dire soit lourds, soit qui tirent fort) mais bon, ça me fera juste du bien d’être sur l’eau après une longue disette. Cette année j’espère y revenir plus souvent et retrouver des sensations et du plaisir !

J’étrennerai vraiment mes nouvelles Legit Design. Je n’ai pas encore totalement la panoplie qui me fait rêver (il faut un peu de temps pour se procurer ses jolies cannes…) mais j’ai déjà récupéré la spinning WSC69L+ (drop, micro-jig) et une casting WSC610M (spinner, jig, shad). J’ai aussi une casting WSC62ML que je destine avant tout aux pêches de surface (quand je disais que je voulais me faire plaisir cette année !) mais que je risque de prendre pour mettre un coup de lame (pour les perches) par exemple. Si des compétiteurs qui lisent ces lignes veulent voir ces nouvelles cannes, on peut se parler avant le départ. A priori on aura du temps, la mise à l’eau débute à 7h30 et on pêche à 10h !!! Et je m’excuse par avance auprès des organisateurs (Régis) mais il est probable que je ne puisse pas tout à fait rester jusqu’à la fin (17h) car je dois rentrer ouvrir aux amis landais. Et boire un coup aussi. 🙂 Revenons à la pêche : le reste de mon set sera plus classique avec la Biwaa et des Powells. Niveau leurres, j’ai récupéré quelques Svartzonker Mc Rubber, Mc Rubber Shad et Mc Rubber Tail dans des tailles de 21-23 cm avec aussi un peu de terminal tackle pour les monter. Le Reins S-Cape Shad sera présent également, en 3,5 et surtout 4,8 pouces (nouveauté 2017 qui sortira dans les mois à venir). Ce shad m’intéresse car il est capable de nager même à très petite vitesse de récupération. Je ne m’en suis pas encore servi alors je vais peut-être tâtonner un peu pour trouver le montage optimal mais j’ai quand même ma petite idée… 🙂 J’aurai aussi de l’ultra classique avec des Fat RockVibe Shad 4 et 5 pouces, du Bubbling Shad et Cie. En leurres durs ; quelques jerks, des lames et des cranks (Tiemco). Et puis des poppers (je blague, c’est juste pour voir ceux qui suivent…). J’aurai également un peu de matériel perche (vraiment au cas où car on n’a jamais cartonné les perches sur cette date) mais je ne pense pas qu’elles soient actives car elles seront probablement juste en train de frayer. Rien pour les sandres, je présume qu’ils ne seront pas comptabilisés car en pleine fraie.

Pour résumer j’axe ma pêche sur les brochets et si un glane passe par là je ne suis pas contre… Voir une perche ! 🙂 Les conditions n’ont pas l’air trop mauvaises le samedi avec un temps couvert voir pluvieux. Les seuls soucis sont le démarrage tardif et le nombre de bateaux (le plan d’eau est annoncé pour 120 hectares et on peut attendre 25-30 bateaux pour cette date !).

Bon ben il n’y a plus qu’à ! 🙂

Rétrospective 2016…

Posted in Fishing days, Mode test, Nautisme with tags , on 25 janvier 2017 by cannafish

Supra rapide la rétrospective pêche de la saison 2016 puisqu’elle se résume en deux sorties…

1) une sortie de 3 heures en boat sur un nouveau secteur avec Fabien pour l’après midi de l’ouverture avec deux pikous chacun à la clé… Pas de photos par contre, on a fait les stars sur ce coup là en espérant faire des poissons décents !? Qui ne sont pas venus… 🙂

2) une sortie en septembre, d’environ 3 heures aussi, avec le Jé Boat qui n’avait pas servi depuis 13 longs mois (« my » winter is coming !?). Fabien était évidemment là avec Eric sur son bateau. J’y ferai plusieurs petites perches en BFS (micro jig Tiemco avec Jé Worm en trailer) et deux chevesnes corrects (40-45 cm) au Reins RockVibe Shad 2 pouces sur la Reins Aji Ringer Pro (même si je l’ai peu utilisé, elle me bluffe celle-là !). Voici la photo d’un des deux :

chevesne1

En fait j’avais repéré une arrivée d’eau puis en passant à côté j’ai vu au SI une grosse concentration de poissons de toutes tailles. J’espérais trouver des grosses perches dans le lot et en fait je sors ces deux chevesnes puis je me fais exploser par un de leurs congénère vraiment balaise.

Le reste de mon temps libre à été consacré aux enfants (avec une naissance en février, qui a changé la vie ! 🙂 ) et aussi aux travaux avec l’agrandissement de la maison… Mais on en voit la fin ! 🙂

Allez, en 2017 j’essaie de sortir trois fois ! 😉 🙂

Poutre canaulaise !

Posted in Fishing days, Nautisme on 1 septembre 2014 by cannafish

J’ai très peu pêché cet été (comme d’habitude…). En fait une journée sur Lacanau lac avec Benoit ! Mais quelle journée…
Lundi 18 août 2014. 6h45, rendez-vous chez les parents de Thomas pour récupérer son bateau (bateau aménagé par ses soins, avec 40 ch au cul !) qu’il nous a extrêmement gentiment prêté pour l’occasion (merci encore !!!). Mise à l’eau rapide, juste le temps de s’amuser avec une carpe bien connue des pêcheurs locaux et on file (à vitesse très modérée : il fait très froid !!!) sur un premier spot : en fait juste à la sortie du port. Pas très éloigné, on préfère pêcher que de geler en allant trop loin. La première dérive rapporte quelques perches, on se repositionne et on touche quelques poissons plus corrects dont un brochet maillé pour Benoit (à la lame) :
IMG_20140818_085809
On dépose un marqueur flottant (détail qui n’a l’air de rien mais qui a une grande importance…) et on refait une dérive mais sans améliorer notre moyenne. Il fait un peu plus chaud donc on peut naviguer sans se peler : on décide de changer de poste et on file au nord :
IMG_20140818_091332
On arrive, Ben prend une cartouche au LV 500 puis je ferre un brochet juste maillé au Divinatör.
IMG_20140818_092800
On aperçois un chasse de perches, je lance la lame qui est sur ma canne casting Medium mais rien. Je monte un Divinatör Jr et prend un poisson de 35 cm environ :
IMG_20140818_103432
Je sais, j’ai le look… Et c’est pas fini… 🙂 Mais revenons à l’essentiel… Le festival Benoit Claverie… Il enchaîne ensuite une série de grosses perches ! A l’ondulante Tiemco (Lightning Wobbler en 14g). J’ai beau faire tout ce que je peux, je prends de nombreuses perches (essentiellement à la lame) mais je ne vois que des poissons de moins de 30 cm alors qu’il atomise les mamans (façon de parler, hein !)… Je colle ici quelques photos (pas toutes, zut c’est mon blog ! 😉 ) :
IMG_20140818_110623
IMG_20140818_111203
Je me venge un peu en prenant une nouvelle quenelle de 55 cm au Divinatör (non photographiée) puis, sur le lancer suivant, j’arrache (doucement…) le second anneau de ma canne Divinatör (Biwaa The Waikhru My Religion DCF-76XH). C’est un peu le soucis / cas de conscience que j’ai en ce moment, surtout avec cette canne pourvue de micro guides : mon nœud de raccord tresse (TUF line XP 50 Lbs) – Fluoro (Varivas 70 Lbs) est un peu gros et il force donc logiquement sur les anneaux. Je m’attendais donc à un soucis de ce genre…
IMG_20140818_121305
Comme on le voit, l’anneau est arraché très proprement, la ligature est intacte. Bon, il est temps de faire la pause repas… Et de recoller cet anneau (j’ai juste posé une grosse goutte de colle sur la ligature et remmanché l’anneau en force, ça tient impeccable) ! On se rend d’ailleurs compte à ce moment là qu’on a oublié le marqueur de poste sur le secteur du matin… Oups, il faudra y repasser.
On repêche un peu le secteur, le temps pour Benoit de prendre quelques nouvelles belles perches :
IMG_20140818_131339
Il est 14h30, on ne va pas s’attarder très tard sur le lac. On part donc sur le premier poste pour récupérer le marqueur et pêcher un peu avant de rentrer. J’annonce à Benoit qu’étant donnée la raclée qu’il me colle avec ses grosses perches, je vais l’assommer à coups de brochets… Je ne pêcherai donc qu’au Divinatör pour la fin de la partie. On arrive près du marqueur, j’effectue un long lancer vers … ben nulle part en fait. Et je prend une petite touche discrète (contrairement aux deux petits becs d’avant qui m’avaient envoyé de jolies cartouches…) que je sanctionne par un bon ferrage, puis j’annonce poisson. Benoit me demande si c’est gros, je répond que c’est mieux qu’avant. 🙂 Le combat est un peu étrange : le poisson prend sur la droite puis se ravise et me prend du fil puis il monte en surface, la tresse fendant l’eau d’une façon que je n’avais encore jamais vu, et ceci à plusieurs reprises. En le voyant onduler au loin, on se rend compte que c’est un gros poisson mais vu sa taille on pense tout d’abord à un silure. J’accélère un peu les choses et on se rend compte qu’il s’agit d’un brochet incroyable. On le place à l’épuisette au premier passage (bien joué Benoit !). On galère un peu à le décrocher (on n’a que des pinces classiques et il a coffré le leurre très profondément, heureusement il est piqué « dans le dur » de la mâchoire inférieure, uniquement par une branche du triple et ne saigne pas) mais il pète encore la forme :
20140818_132729
20140818_132750
20140818_132736
On n’a pas de mètre alors on marque sa taille sur la gaffe. On prend seulement trois photos pour préserver le poisson et je glisse le poisson à l’eau. Mais on a dérivé et l’eau est chaude à cet endroit. Ni une ni deux, Benoit est en caleçon et plonge pour ramener le poisson dans de l’eau plus profonde et surtout plus fraîche.
IMG_20140818_132958
On se rend compte à ce moment là que le poisson est vraiment massif ! Sa tête fait 40 cm… Et il est très large (aussi bien en hauteur qu’en épaisseur).
IMG_20140818_133029
Je regarde la marque sur la gaffe et me dit que ça n’est pas possible : c’est trop long on a dû se tromper. On refait donc une autre marque avec le poisson dans l’eau, sur la canne. Au final, je trouve 2 cm de moins sur la canne que sur la gaffe. Donc la première mesure était bonne… Benoit nage encore un peu avec le grand prédateur qui retrouve tranquillement ses esprits et qui bouge de plus en plus. Peu de temps après, il nous saluera tranquillement et regagnera les profondeurs.
En rentrant au port, on ne sait toujours pas sa taille. On l’estime à 1m15-1m20. La réponse viendra de Sébastien Depeyris (Florida Fields) qui passait au port prendre des amis pour une promenade en bateau. Je mesure sur la canne et on trouve 1m18 !!! Nouveau record, qui explose littéralement le précédent (1m07). Et tout ça en France avec Benoit ! Le pied total !!! 🙂 Niveau poids, je pense que ce poisson faisait facilement plus de 12 kgs. Probablement 13 ou 14.
Je termine en remerciant mon très cher ami Benoit (qui est sans le savoir le meilleur guide d’aquitaine… 😉 ) et Thomas qui nous a prêté son bateau et tout le matériel (sondeur, …). Merci au marqueur de poste oublié également. Et merci au lac de Lacanau pour ce magnifique cadeau. Je pense d’ailleurs que les pêcheurs canaulais se rendent assez mal compte de la chance qu’ils ont d’avoir un tel lac. Magnifique cheptel de carnassiers, qu’il est possible de pêcher aux leurres avec vraiment tout un large panel de techniques. Les profondeurs du lac sont parfaites pour les leurristes et permettent vraiment d’utiliser tout le contenu d’une boite à leurres. C’est, en fait, un lac magnifique pour vendre du leurre… 🙂 Et fabriquer du pêcheur !
Même si je me doute que la pêche n’est pas toujours simple, c’est sûr, je reviendrai !

Défi Prédators Nord 2013-2014 : 2ème manche à Moisson !

Posted in Fishing contests, Nautisme with tags , , , , , , on 7 avril 2014 by cannafish

Ce dimanche (13 avril 2014) aura lieu la deuxième manche du DPN 2013-2014 sur le lac des boucles de Seine à Moisson.

Logo-DPN

Pas de préfishing pour nous, comme toujours le temps manque… J’aurai juste le temps de finir de colmater les fuites sur le Jé Boat avant d’y aller… Mais comme faisait remarquer Cédric, cette année je ne le fais pas sur place !!! Signe encourageant qui prouve que les choses s’améliorent à la maison et que j’y trouve petit à petit mes marques après deux années dures (les travaux puis le bébé). Ouf !

IMG_20140405_203044[1]

Concernant l’étanchéité du Jé Boat, en effet j’avais en 2013 un 898c HD-Si qui a été remplacé à la trêve par un 899c SI HD. Rien de sorcier dans ce changement, à priori… Enfin si, le support de sonde a pas mal évolué et les nouveaux trous ne coïncident pas du tout avec les anciens. La loose… Enfin la loose c’est surtout d’avoir percé le tableau arrière pour fixer la sonde l’an passé… Après pas mal de galères et d’infos contradictoires, la tentative de faire souder un support en alu à mon tableau arrière (par dessus les anciens trous, avec un système de plaque interchangeable pour ne plus galérer à l’avenir), je me suis résolu à bricoler un truc moi-même. J’ai donc acheté une planche (à découper…) de PE que j’ai vissé par l’intérieur (par les trous de l’ancienne sonde, en fait). Le tout en prenant du silicone extérieur en sandwich entre la coque alu et la plaque PE (si ça déborde de partout y compris des anciens trous, c’est que ça doit être OK…). J’ai ensuite simplement vissé le support de sonde du 899 sur ce support en PE.

Juste après avoir réalisé cette bidouille « maison », j’ai trouvé sur le net un système « commercial » équivalent (et même mieux : tout prêt, en kit), le Stern Saver distribué en France par la société Bass Boat France. Le tarif est certes de 75 euros, mais ceux qui investiront là-dedans s’éviteront pas mal de galères je pense (le système peut être percé à différents endroits, plusieurs années de suite)…

SternSaverKit

Bref, quoi qu’il arrive, il était trop tard pour que je commande ce système…

Et comme la résolution d’un problème ne se fait pas sans créer d’autres surprises… Bref, en fixant le nouveau support de sonde comme indiqué dans la notice : « partie inférieure du support de sonde (en noir) à placer à environ 3 mm du fond du bateau dans le cas des coques alu », je me suis retrouvé avec une nouvelle blague : cette satanée plaque d’immatriculation touchait la sonde. Pour le coup, la sonde du 899 est placée environ 2 cm plus bas que celle du 898… A tel point qu’elle dépasse pas mal sous la coque…

IMG_20140407_200457[1]

Je vais peut-être tester comme ça, mais je pense la remonter très rapidement si la proximité de la coque ne cause pas d’interférences car en l’état la sonde est extrêmement exposée aux chocs, surtout en navigation ! Bref il a fallu que je bidouille la plaque d’immatriculation pour que ça passe. En attendant mieux (des feux étanches, un jour peut-être !!!).

IMG_20140327_103815[1]

On remarque aussi sur la photo (prise juste avant l’installation du morceau de planche en PE) la présence de sangles à enroulement « Buckle Boat » conseillées par mon pote Doudou. Elles devraient un peu accélérer la préparation d’avant mise à l’eau ainsi que le remballage. Juste une petite incertitude quand à la fiabilité des poignées du bateau. Mais comme à l’avant le treuil est également fixé à une poignée, ça devrait tenir aussi bien à l’arrière. J’aurai quand même toujours une grosse sangle avec moi. Au cas où…

Pour terminer avec le Jé Boat, la partie électricité est OK, enfin sauf un petit détail qui me chagrine concernant le moteur électrique avant. Mais bon, ça fonctionne. J’ai aussi profiter de la pause hivernale pour réparer le Edge : en fait le dessous de la tête du moteur (partie en plastique) était fendue (d’origine, à cause de vis trop serrées en usine). Navicom avait assuré le coup en m’envoyant la pièce en SAV depuis un moment et j’appréhendais un peu de la changer : il fallait démonter la tête du moteur, déconnecter les câbles électriques puis virer la roue crantée sur laquelle était enroulée le câble de direction. En effet le Edge est un modèle à câble : et moi j’aime ça. Parce que câble, ça rime avec fiable ! En fait ça s’est fait presque tout seul, il fallait juste comprendre l’astuce permettant de remettre en place le câble de direction (merci Fabien !!!). J’en ai profité pour remettre l’indicateur de direction en place (il s’était dé-clipsé) : maintenant il indique « presque » la bonne direction (à 5 degrés prêt… le décalage vient simplement de l’endroit où on enclenche la roue crantée mais ça me parait difficile de faire mieux, ça se joue à un cran prêt…).

La partie nautisme est donc quasi bouclée. Il faudra juste recharger les batteries. Les soirs de cette semaine je vais pouvoir me consacrer à la préparation du matériel de pêche : sélection des cannes, vérification des moulinets, pré-sélection de leurres, … Je garderai juste la partie « montage des bas de ligne » pour le samedi soir. En effet on devrait arriver là-bas en fin d’après-midi et manger à la base de loisir. La plupart du temps les autres équipages vont se coucher rapidement après le repas (ils sont tristes au nord !?…) alors qu’avec Cédric, Coco et Fabien boit un coup ou deux. Et je n’ai rien trouvé de mieux pour occuper mes trois camarades de chambrée pendant qu’on boit une bière et qu’on cause pêche… En même temps, si il ne restait pas un truc à faire, on trouverait ça vraiment bizarre… D’habitude, on répare mon bateau mais si on pouvait éviter cette année, ça serait cool !

Finale Défi Predators 2013

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme with tags , , on 27 septembre 2013 by cannafish

Retour sur la finale… Tout d’abord je m’excuse pour le temps à faire ce report. J’espérais trouver plus de photos d’illustration mais il semble que nous n’ayons pas vraiment la cote… Bref je remercie Cathy à qui j’ai piqué quelques photos, que vous pouvez retrouver sur le blog NCF.

Samedi matin, 8 heures, Fabien pointe à la maison. Juste le temps de charger le matériel et d’atteler le bateau et on prend rapidement la route, direction la banlieue de Troyes (sic). En route nous rejoignons les amis Coco et Cédric pour le traditionnel café pris en station service. Nous finissons la route ensemble et nous immobilisons sur le parking vers 10h30. Nous prenons le temps de saluer ceux qui sont déjà en place puis nous mettons le matériel dans le bateau et mettons à l’eau. La mise à l’eau est belle mais manque de pente, il faut pas mal aider le bateau pour qu’il flotte. 12h tout est en place et nous pouvons écouter les consignes. 15 km/h maxi : cool c’est ce qu’on peut faire… Seulement trois poissons doivent occuper le vivier : tant mieux on n’a pas beaucoup plus de place…

Notre stratégie pour le weekend : je pêche devant au shad sous toutes ces formes : shad sur tête plombée (essentiellement Pulse Shad), shad à palette ventrale, Divinatör et Kick-S. Fabien pêche au souple ou au dur un peu plus sur les côtés de l’embarcation. Je suis sensé maintenir le bateau à la profondeur où nous pensons trouver les poissons et pêcher les 45° vers l’avant, tandis que Fabien matraque les côtés. J’ai monté mes cannes en tresse avec une tête de ligne puis un bas de ligne. Erreur… Je pensais qu’il fallait affiner avec ces eaux claires, mais en fait ça me fait surtout perdre en distance de lancer. Je suis donc à la peine et n’arrive pas à dérouler. Le samedi sera un calvaire…

Notre objectif pour le weekend : essayer d’être dans la première moitié du classement (ça serait pas mal pour notre première finale) voir de chatouiller le top 10… Sera-t-on assez costauds ? Réponse dans les centaines de lignes qui suivent… 🙂

12h30, départ en ligne au son des cors de chasse… Cette première manche dure 6h30, on arrêtera donc de pêcher à 19 heures.

83

Je regarde sur notre gauche, il y a du monde et ils évitent le pire…

78

On file tranquillement sur la droite du groupe, pénards à l’écart des turbulences…

P1010078

Quand deux bateaux nous doublent (un de chaque côté)… Tient, le 15 km/h est bien respecté… Je vois alors les deux vagues se rapprocher de nous tels les mors d’un étau… Bingo on ramasse ! 200 à 300 litres environ sur l’avant du bateau, transformé en crankbait pour l’occasion… L’eau glisse vers la partie centrale, le matos est trempé… Boites à leurres, vêtements, appareil photo de Fabien. Donc, je remercie chaleureusement (à nouveau) les quelques connards incapables de respecter un règlement. Ça, c’est dit. On arrête tout, on vide ce qu’on peut avec la pompe de cale. Je suis furax pour le matos mais aussi car je sais qu’on traînera environ 100 litres d’eau au fond du bateau pour la fin du weekend (et oui la pompe de cale ne peut pas « tout » aspirer donc si on voulait tout vider, il faudrait sortir le bateau de l’eau : on n’aura pas le temps). J’envoie un SMS à l’organisation pour leurs signifier mon mécontentement. Sans réponse… Tout va bien !

On reprend le chemin un peu agacés et on s’arrête un peu plus loin. La zone vue au Side Imaging  nous plait alors on effectue quelques lancers. J’attaque au Divinatör et au Kick-S. Fabien est au souple, au dur, enfin à ce qui lui semble bon en fonction de la zone. Mais rien. On continue un peu en passant à distance réglementaire d’une autre embarcation. Toujours rien. Et au bout d’une heure, Fabien prend une première touche sur un shad (Berkley je pense). Peu après, il voit un poisson d’environ 80 suivre jusqu’au bateau. Ensemble, nous le voyons rater son attaque et redescendre dans les eaux claires. Quelques mètres plus loin, il annonce « poisson » et commence le combat canne basse. J’avance vers le poisson à l’électrique, immerge l’épuisette. Fabien le place rapidement dedans. Il donne du mou, le poisson se décroche : l’enchaînement est parfait. C’est un bon poisson qui dépasse les 70 cm, nous l’estimons à plus de 2 kg. Nous continuons sur la zone, Fabien prend quelques touches de petits poissons puis nous sortons de cette « bonne » zone puisque nous ne prenons plus de touches. Fabien a eu ces touches dans 5 mètres d’eau environ. Nous trouvons ça assez curieux car le soleil cogne fort, qu’il n’y a pas de nuages et pas plus de vent. Nous pensions trouver les poissons plus profond. Pendant ce temps, Coco et Cédric ont une bonne surprise… Ils font peser un poisson qui a toutes les chances d’être le big fish de la compétition… 1m07 ! Pour environ 7,5 kg. Chapeau les gars !

108

Nous essayerons par la suite de trouver des zones similaires à celle où Fabien a eu des touches. Je finis pas casser le nœud de raccord (tresse – tête de ligne) de ma canne Flipping… Je passe sur la Swimbait qui me permet de lancer un poil mieux du fait de son action plus souple. Mais rien de transcendant… Vers 16 heures, Fabien prend une lourde touche à la descente. Il a le contact quelques secondes mais le poisson se décroche : deux des branches du triple voleur sont ouvertes… On s’arrête net sur la zone, Fabien change de leurre et annonce « pendu »… Le poisson semble beau : il l’est… Il le ramène, je baisse l’épuisette quand le poisson se décroche alors que seule sa tête est au dessus du filet. Je donne un tout petit coup de rein et il est dedans ! On laisse exploser notre joie… Fabien est en grande forme, comme je l’avais pronostiqué… Quand à moi, je ne suis pas encore au fond du trou mais presque… Il reste trois heures de pêche, on espère faire le quota…

On repart donc sur la zone du départ, mais rien ne s’y passe. On part un peu plus vers le fond de la baie, sans résultat.

A environ 30 minutes de la fin, nous nous rapprochons d’un haut fond que j’avais repéré afin d’en pêcher les bords. Fabien repère une boule de poissons au sondeur, dépose son montage à proximité et prend une touche : un poisson de 52 cm vient rejoindre les deux précédents au vivier. On rentre sans trop traîner pour faire peser les poissons, tout en profitant d’une nouvelle illustration du parfait respect des 15 km/h… Fabien fait peser ses poissons.

PoupouFinale

Il fait un peu la tronche sur la photo (il doit avoir quelques quenottes de brochets dans la main…) mais la veste zippée Navicom lui va comme un gant (et sincèrement, elle est vraiment top : chaude et confortable !). Les poissons terminent dans une grande piscine (c’est génial pour eux !). Cédric et Coco ont le quota mais malheureusement les deux autres poissons ne font pas du même gabarit que le premier…

Nous rangeons le matériel un peu en vrac dans la voiture et magouillons pour recharger les batteries (merci au gentil couple du voilier amarré près de moi. J’ai pu raccorder ma rallonge et donc mes deux batteries ainsi que la rallonge de Ryusuke). Et oui l’AAPPMA de la Forêt d’Orient avait bien préparé l’événement… Après le départ façon chasse à cour, ils avaient organisé la garde des bateaux pour la nuit ! Bravo à Eric « Double B » et à son équipe ! 😉

Je profite de l’apéritif pour « discuter » avec deux délinquants de l’eau (après les délinquants de la route…) qui font le Défi Nord et qui voguaient un peu trop vite quelques heures plus tôt. Ambiance « Hmm Hmm, pas content du tout Jérôme » !

Le repas du soir est vite avalé, et le classement provisoire est donné, après avoir chanté l’anniversaire de Sabine. Coco et Cédric sortent 2èmes, vraiment au top pour ce premier jour. Ils ont 10kg437. Le top 10 leur semble assuré, mais maintenant ils veulent plus ! Nous sommes également contents car Fabien est 8ème (n’ayant rien fait, je ne m’attribue aucunement ce résultat…). 8ème après vérifications car on nous avait annoncé 7 au repas. Avec 7kg100. Nous discutons un peu avec d’autres finalistes et regagnons la chambre que nous partageons avec Cédric et Coco. Fabien et moi décidons de ne pas toucher aux montages ce soir. Cédric est déjà prêt, tandis que Coco fait des heures supplémentaires pour tout remettre à neuf (et se recoiffer). Un peu blasé par ma journée (Fabien doit prendre 15 touches alors que je n’en ai pris que 2 ou 3 !), j’essaye de comprendre. Mais comme je n’ai pas d’idée, je ne modifie rien pour le moment. On en parle avec Fabien, on va simplement refaire mes bas de ligne et adopter une version simplifiée qui passera mieux dans les anneaux (au lancer).

Dimanche matin donc, mission bas de ligne : je vire la tête de ligne et Fabien me montre un nœud de raccord (tresse – hard core mono) qui passe bien dans les anneaux. Et c’est reparti comme ça. Nous retournons sur les zones de la veille, en pêchant un peu moins profond au démarrage (le concours commence à 8 heures, les poissons seront peut être un peu moins profonds au début). Mais rapidement on se rend compte qu’il n’y a plus grand chose sur nos zones. On va un peu plus profond (8 à 9 mètres) et en pêchant plus petit et léger (spinning avec un Split Belly 4 pouces sur TP de 7 grammes) je ferre deux petits poissons (40 cm environ).

On bascule alors sur la seconde zone de la veille mais sans aucun résultat. Il faut donc trouver quelque chose de nouveau. Midi approche, on part au thermique et on en profite pour manger (merci Coco être passé à la boulangerie avant le début de la manche !). On détecte une belle zone au Side : herbiers + vestiges de souches le tout à quelques dizaines de mètres d’un ancien ruisseau. La zone ne doit pas être trop pourrie puisque peu de temps après Matthias arrive et se place de l’autre côté du ruisseau. Le vent se lève légèrement au même moment : bref des conditions un peu meilleures. Du reste, je prends coup sur coup deux brochets, mais malheureusement ils font 47 et 48 cm. La touche suivante est la bonne, le poisson fait environ 65 cm et n’a pas résisté à un Berkley Split Belly de 6 pouces monté sur une tête football (Berkley aussi) de 17 grammes. On y croit un peu plus mais malheureusement le vent se calme un peu. La fin de manche est dure, le soleil tape fort. On finit au large de la digue. Les perches suivent, on essaye d’en prendre une ou deux de maillées, mais rien ne dépasse 20 cm. A 15 minutes de la fin, Fabien ferre un beau poisson au Kick-S. Après quelques secondes de combat il se décroche, malheureusement… On y aura cru jusqu’au bout… Je pèse mon poisson.

P1060005

4

On remballe rapidement afin d’être prêts pour la remise des prix. Le classement est donné : on termine 18èmes avec 8kg919 ! Juste dans la première moitié…

39

40

Nicolas et Cédric ont deux poissons mais pas bien gros. Ils ont eu quelques soucis dont deux coupes pour Cédric. Ça leurs coûte cher au classement mais ils terminent tout de même 6èmes du weekend, à deux places de l’équipe Ryu – Greg (premiers du Nord). Je crois que Clément et Patrick Vallée sont 3èmes du Nord (17èmes au général) et on talonne donc (4èmes du Nord, 18èmes au général).

Bref, même si on est forcément déçus de notre manche de dimanche, on est relativement contents. Perso j’ai vraiment lutté le samedi mais Fabien a été énorme. Dimanche, j’ai fait un peu mieux (de toute façon je ne pouvais pas faire pire !) mais ça n’a pas suffit. Dur aussi de comprendre pourquoi un jour c’est Fabien qui a le plus de touches (une quinzaine) alors que je n’en ai que 2 ou 3 ; alors que le jour suivant je prends 7 touches (pour 5 poissons dont un seul maillé) tandis que Fabien ne prend que 3 touches de la journée. Il semblerait que notre choix de rester sur les mêmes zones n’ait pas été le plus judicieux. Les secteurs ayant vraiment rapporté des poissons le dimanche semblant être en bordure de réserve (au sud ouest, en gros). D’ailleurs, notre choix de zone n’a peut être pas été bon de tout le weekend : on a entendu pas mal de compétiteurs parler de 20 poissons maillés par jour, quand même…

Après, je déplore vraiment le non respect des règles. On a déjà parlé de la vitesse, je n’y reviendrai pas. Mais j’ai été très surpris par le non respect du nombre de poissons amenés à la pesée. Des compétiteurs revenaient avec 4 poissons alors qu’ils en avaient déjà pesé un en cours de manche ({3 autorisés} – {1 déjà pesé} = {2} et non 4 !). C’est sûr, ça permet d’avoir des poissons de rechange (ça marche comme les roues de secours, en fait).

Idem, on fait un concours « no kill » mais on peut montrer des poissons morts à la pesée. Pesés juste « par curiosité ». Ben oui, sinon ils engendrent une pénalité. Je trouve ça simplement « étrange ».

Et à côté de ça, il y a le brave équipage Dupaquier – Rizzi. Leur mésaventure du samedi me touche car j’apprécie vraiment Yon et je connais ses valeurs. Je pense qu’il n’est pas sans intérêt de revenir sur cette histoire. Parce qu’elle est riche en enseignements et qu’elle devrait faire réfléchir les organisateurs… Les deux compères ont piqué un brochet d’environ 5 kg à la fin de la manche du samedi. Ils sont rentrés directement pour le faire peser, avec deux autres poissons pris dans la journée. Ils ont donc 3 poissons (et seulement 3 : quelle bêtise ! …) dans leur vivier et les transvasent dans leur sac de pesée. Ils versent le contenu du sac de pesée sur la balance… On leur répond que la pesée se fait poisson par poisson… Et alors ! S’ils veulent faire peser leurs poissons en une fois, où est le soucis ? Ils perdront l’équivalent de la pesée de deux fois l’eau d’égouttage, c’est leur problème ! L’avantage avec leur façon de faire : les poissons sont moins manipulés… Bref à la demande de l’organisation, deux de leurs poissons sont remis dans le sac (qui est désormais sans eau)… Puis les trois poissons sont pesés « un à un ». Une fois pesés, les poissons patientent dans un récipient semi-rigide jaune à proximité de la balance. Allez un petit écart de température dans la tête des poissons au passage… Ensuite, les poissons doivent être remis vivants dans la piscine (dont la température de l’eau n’est certainement pas celle du plan d’eau…), sinon ils ne sont pas comptabilisés. Yon et Arnaud n’ont pas passé très longtemps à tenter de réanimer leur poisson. Simplement car ils savent que si un poisson ne repart pas vite, il ne repartira jamais. Et ils ont pris une pénalité. Du coup, ils n’ont pas pêché le dimanche et je les comprends : s’ils l’avaient fait, ils auraient en quelque sorte validé cette sanction. Attention, je ne discute pas la sanction en elle-même. Ce qui est discutable, c’est la succession d’événements qui a conduit à cette pénalité (les manipulations du poisson que je considère comme superflues). Surtout si on compare à d’autres exemples pris pendant le weekend : d’autres ont ainsi ramené des poissons morts (et n’ont pas pris de pénalité). D’autres ont réanimé un poisson 45 minutes (je crois que ça s’appelle de l’acharnement thérapeutique !!!) et il est reparti (et n’ont donc pas pris de pénalité). Perso, je suis sûr d’une chose : aucun des poissons cités dans ces deux dernières lignes n’est reparti vivre paisiblement de vieux jours dans le lac. Tout comme bon nombre de poissons pris ce weekend, qui mourront malheureusement tôt ou tard (et plutôt tôt suite à leurs rencontres avec nous, les compétiteurs). Même si le but est de ne pas abîmer de poisson, il ne faut pas se leurrer : une compétition laisse des traces. Dans les jours suivants l’événement, des brochets ayant été piqués et manipulés y restent. Même s’ils semblent aller bien sur le coup. Comme à un empoissonnement, en fait. La mortalité n’est pas négligeable (du tout).

Je termine ce report comme les autres, en remerciant les organisateurs. Même si j’ai essayé de pointer du doigt certains soucis pendant le weekend, leur dévouement et leur investissement est remarquable et incontestable. Donc bravo et merci à Patrick et Sabine, ainsi qu’à Antoine et Cathy pour le Nord. Merci aussi aux bénévoles de l’Est, de l’Ouest (malheureusement Etienne et David n’étaient pas là) et du Sud. Merci enfin à tous les bénévoles de l’AAPPMA des lacs de la forêt d’Orient et en particulier à Eric « Double B » pour tout ce qu’il fait pour la pêche et la gestion de ses lacs. Honnêtement, respect.

Moins de respect en revanche pour la délation dont nous (les compétiteurs) avons été semble-t-il victimes… La police (ou gendarmerie, je ne sais plus) surveillait assidûment les abords de la compétition. Le dimanche par exemple, ils étaient à l’entrée d’autoroute pour faire souffler les participants dans le ballon. Avec Fabien nous sommes partis tôt (et de toute façon nous n’avions rien à nous reprocher) et grâce à notre petit bateau (qui se voit à peine derrière la voiture) on les a pris de vitesse. A peine nous ont-ils vu qu’ils ont commencé à s’activer (se donner des coups de coude pour signaler le début de la potentielle curée) mais ils n’ont pas été assez rapide : on était déjà passés… Le réveil d’après sieste semble difficile dans le coin. Coin. Sans rancune, et à la prochaine les filles ! 😉

Enfin bravo à tous les équipages qui ont fait le déplacement et qui ont concouru ce weekend. Ces gars savent pêcher, et prendre des poissons au milieu d’eux n’a rien de simple. Le niveau est relevé. Ce qui m’impressionne le plus en fait, c’est la capacité de certains à trouver rapidement les bonnes zones et à sentir les bons coups.

Ceci n’ajoute que de la valeur à la victoire de l’équipage « Ricard – Marseille » (ça ne s’invente pas et devinez : ils viennent du sud !) qui a pêché 20k508 de brochets (en 6 poissons, soit une belle moyenne) suivi de prêt par un équipage de l’ouest (Lothy – Chauvet) que bon nombre voyaient sur la plus haute marche et qui termine avec 19kg318. Le podium est complété par Bauret – Dupuis (ouest aussi) avec 16kg756.

PremiersFinale