Archive for the revue de presse Category

FFPS Moisson 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme, revue de presse on 14 avril 2017 by cannafish

Allez on reprend la compétition… En fait je voulais juste faire le circuit BASS cette année (c’est une autre histoire, qui débutera en juillet avec Fabien Tournelle) mais Cédric Michaud m’a tellement supplié (et je parle même pas du salaire mirobolant qu’il me propose : ses « fameux » sandwichs au pain-de-mie… 🙂 ) que j’ai finis par céder. Et donc je ferai quelques dates FFPS Challenger à ses côté, dans la zone Nord. J’ai donc fait ma visite médicale (avec un médecin complaisant, faut l’avouer…) et pris ma licence dans le club « Carnadream 91 » pas trop loin de chez moi.

Demain (samedi 15 avril 2017) aura lieu la première date, à Moisson (78).

FFPS_Moisson2017

On connait un peu ce plan d’eau car on y a fait des dates Défi Nord ces dernières années. Je/nous n’y ai/avons jamais brillé (je l’ai fait avec Fabien Girard puis seul puis avec Fabien Tournelle et donc à nouveau seul cette année car )… Manque de chance mon super binôme m’abandonne pour cette première date mais j’ai décidé de faire face seul. Je ne ferai que le samedi simplement car mon ami landais Benoit Claverie (« Fishing Landes » ou encore « Fish in glandes » 😀 ) passe chez moi la nuit de samedi à dimanche avant de s’envoler vers un pays plus chaud. 🙂 Le JéBoat reprend donc du service et ouf il est étanche et même assuré ! Il a fallu changer le câble de levage du moteur avant qui a lâché et j’ai passé un coup d’aspirateur car les chats s’étaient fait bien plaisir à dormir sur la moquette. J’espère que les batteries (qui datent un peu) tiendront la journée. Mais bon je n’ai pas prévu de courir partout… 🙂 Autre bémol j’ai une main en vrac suite à une mauvaise « manipulation » de skis (ils se sont juste vengés). 🙂 J’ai donc essayé d’alléger le bateau et surtout la remorque est équipée pour mettre rapidement à l’eau grâce aux sangles BoatBuckle et à la rampe de feux étanches. Les batteries sont sanglées dans le bateau donc il n’y a pas de manœuvre sur place. Faudra juste ajouter le moteur électrique arrière en arrivant, déposer le fagot de cannes et les boites (ça, ça prend du temps car j’en prends toujours trop…). Ah oui et les sondeurs. 🙂

Niveau matos aussi il y a de l’évolution puisque cette année je bénéficie de nouveaux produits (en plus des produits Reins, Tiemco et FTF) : Svartzonker (leurres souples, montures) et Legit Design (nouvelle série de cannes) entre autres. Avec ma main je ne pêcherai pas avec de trop gros leurres (par là je veux dire soit lourds, soit qui tirent fort) mais bon, ça me fera juste du bien d’être sur l’eau après une longue disette. Cette année j’espère y revenir plus souvent et retrouver des sensations et du plaisir !

J’étrennerai vraiment mes nouvelles Legit Design. Je n’ai pas encore totalement la panoplie qui me fait rêver (il faut un peu de temps pour se procurer ses jolies cannes…) mais j’ai déjà récupéré la spinning WSC69L+ (drop, micro-jig) et une casting WSC610M (spinner, jig, shad). J’ai aussi une casting WSC62ML que je destine avant tout aux pêches de surface (quand je disais que je voulais me faire plaisir cette année !) mais que je risque de prendre pour mettre un coup de lame (pour les perches) par exemple. Si des compétiteurs qui lisent ces lignes veulent voir ces nouvelles cannes, on peut se parler avant le départ. A priori on aura du temps, la mise à l’eau débute à 7h30 et on pêche à 10h !!! Et je m’excuse par avance auprès des organisateurs (Régis) mais il est probable que je ne puisse pas tout à fait rester jusqu’à la fin (17h) car je dois rentrer ouvrir aux amis landais. Et boire un coup aussi. 🙂 Revenons à la pêche : le reste de mon set sera plus classique avec la Biwaa et des Powells. Niveau leurres, j’ai récupéré quelques Svartzonker Mc Rubber, Mc Rubber Shad et Mc Rubber Tail dans des tailles de 21-23 cm avec aussi un peu de terminal tackle pour les monter. Le Reins S-Cape Shad sera présent également, en 3,5 et surtout 4,8 pouces (nouveauté 2017 qui sortira dans les mois à venir). Ce shad m’intéresse car il est capable de nager même à très petite vitesse de récupération. Je ne m’en suis pas encore servi alors je vais peut-être tâtonner un peu pour trouver le montage optimal mais j’ai quand même ma petite idée… 🙂 J’aurai aussi de l’ultra classique avec des Fat RockVibe Shad 4 et 5 pouces, du Bubbling Shad et Cie. En leurres durs ; quelques jerks, des lames et des cranks (Tiemco). Et puis des poppers (je blague, c’est juste pour voir ceux qui suivent…). J’aurai également un peu de matériel perche (vraiment au cas où car on n’a jamais cartonné les perches sur cette date) mais je ne pense pas qu’elles soient actives car elles seront probablement juste en train de frayer. Rien pour les sandres, je présume qu’ils ne seront pas comptabilisés car en pleine fraie.

Pour résumer j’axe ma pêche sur les brochets et si un glane passe par là je ne suis pas contre… Voir une perche ! 🙂 Les conditions n’ont pas l’air trop mauvaises le samedi avec un temps couvert voir pluvieux. Les seuls soucis sont le démarrage tardif et le nombre de bateaux (le plan d’eau est annoncé pour 120 hectares et on peut attendre 25-30 bateaux pour cette date !).

Bon ben il n’y a plus qu’à ! 🙂

Publicités

FTF 2017 : ma sélection…

Posted in Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , on 21 février 2017 by cannafish

On trouve tout un tas d’informations sur Facebook mais tout le monde ne suit pas ce moyen de communication. Donc je me permet de présenter ici les nouveautés qui m’ont tapé dans l’oeil dans l’offre FTF, opus 2017. Je reviendrai rapidement plus en détails sur certains produits ou gammes.

Déjà vous pouvez retrouver le catalogue « Fluctuat Nec Mergitur » en cliquant sur le lien suivant : Catalogue FTF 2017 ! On y trouve une sélection des produits FTF. Par sélection, je veux dire que tout n’y est pas présenté, en particulier la gamme Reins pour laquelle toutes les références ne sont pas rappelées. Seuls les modèles phares (la famille RockVibe Shad, etc.) et les news sont mises en avant. Dommage pour le Jé Worm -mon bébé- au passage, pourtant chouette exemple de la collaboration FTF / Reins qui dure depuis 2009.

1) Commençons donc par Reins. En fait il y a eu pas mal de news en cours et surtout en fin d’année dernière (Curly Shad 3,5 pouces, Chibisecter et Hanesecter, …) alors pour 2017 on trouve essentiellement le S-Cape Shad dans sa version 4,8 pouces (12,2 cm) qui vient compléter le modèle de 3,5 pouces (89 mm).

scapeshads

Autre nouveauté, le Bubbling Shaker se décline à présent en version 3,5 pouces. Pour ceux qui suivent la compétition BASS USA, cette nouvelle taille a permis à Paul Mueller (sponso Reins USA) de terminer 5ème de la première compétition 2017 (lac Cherokee, 9-12 février).

Ainsi la famille est complétée de belle façon. Certains pourront penser qu’il y a peu de différence entre les modèles 3 ; 3,5 et 4 pouces. Et en fait si… Même s’il s’agit d’homothéties, le modèle 3 pouces est vraiment un leurre fin (il est peu épais car composé de peu de matière) et donc relativement plus rigide que son grand frère, le modèle 4 pouces, qui est bien plus ventru. Cette différence dans le diamètre du leurre, et donc dans la quantité de matière influe directement, de part la morphologie particulière de ce leurre, sur sa souplesse. Le 3 pouces est donc comparativement plus raide que le 4 pouces. Seul hic, le 4 pouces était un poil volumineux pour une perche. Le modèle 3,5 pouces conserve la notion de bonhomie (et donc de souplesse) mais reste de taille modeste pour être avalé facilement par une perche par exemple (d’autant plus simple qu’il est très souple, donc !).

2) Tiemco : c’est une année de développement de la gamme truite avec quatre nouvelles tailles de Sumari (minnow). Je peux aussi ajouter que les têtes plombées Tiemco me manquent toujours (elles ne sont plus produites par Tiemco)… Mais comme FTF a acheté les derniers hameçons, elles vont ressortir ! 🙂 Les excellentes ondulantes Lightning Wobbler sont toujours au catalogue et de bien jolies couleurs étaient venues enrichir la gamme courant 2016. La gamme Sumari (minnows truite) est également présente avec trois modèles (attention,  je ne parle ici que des petites tailles : il y a deux modèles de taille plus importante) : 50 mm en Fast Sinking (4,4 grammes) et 48 et 50 mm en Sinking (respectivement 2,8 et 3 grammes). Le coloris #192 (Green Yamame) est à tomber par terre… Présenté ci-dessous à côté (attention les proportions ne sont pas respectées, j’fais comme je peux…) d’une Lightning Wobbler #307 (Hammered Gold Yamame).

3) Noike… Apparue au catalogue FTF l’année dernière, la gamme Noike est toujours là. En grand fan de la technique du micro-jig, je retiendrai essentiellement trois références : le Kem Kem Shad, le Wild Goby et la Yabby. J’utilisais ces produits avant d’être sponsorisé par FTF/Reins et ce sont vraiment de chouettes trailers de micro jig. En parlant de micro jig, c’est un peu dommage de ne pas voir les micro jigs de la série Kem Kem au catalogue mais il est possible de les obtenir, tout comme leurs têtes plombées. Mais on peut évidemment se consoler avec les nombreux micro-jigs de qualité distribués par FTF (ReinsPlaton, Tiemco PDL Mini Rubber par exemple, voire d’autres…).

Enfin, comment ne pas citer la famille des Wobble Shad, ex Ninja dans les trois tailles… Et ajoutons que pour les amoureux de très très belles cannes, les modèles Noike SEITEN sont également disponibles sur commande.

4) D Style : cette marque représente un vrai dilemme pour moi… Car j’aime et je déteste à la fois… J’aime car elle propose des produits de grande qualité (c’est honnêtement de l’orfèvrerie !) mais je déteste pour un détail : un des produits (le Fuula) a un peu les mêmes caractéristiques que le Jé Worm… Donc bouh !!! 🙂 Plus sérieusement, en regardant la vidéo de promotion du Fuula (sans rien comprendre au japonais, évidemment… 🙂 ) j’ai découvert une autre façon de le monter, à laquelle je n’avais pas pensé pour le Jé Worm. A tester ! Autres innovations, le D-Spiker qui est un spinner vraiment intéressant (malheureusement un poil léger avec uniquement 10,5 et 14 grammes de dispo) tout comme le D-Chatter (un chatterbait dispo en 8, 10 et 12 grammes) muni d’un système anti-accroc vraiment innovant. On retrouve deux micro-jigs (D-Jig et D-Jig Cover) qui ont l’air vraiment bien conçus. Ceux qui connaissent mes boites de micro-jigs se doutent déjà qu’une petite sélection va y atterrir. Et je ne les séparerais pas du trailer de la firme, le D1 2.2 inch ou d’un Shake Shad… Ou encore d’un Fuula ! Voici une vidéo du combo « D-Jig + D1 » et c’est vraiment très propre… Bon et aussi ce que j’aime bien avec Daisuke Aoki, c’est qu’il me rappelle de bons souvenirs avec ses nombreuses vidéos à Kasumigaura (voir mon récit de pêche à Kasumigaura)… 🙂 J’ai hâte de pêcher avec ces produits extrêmement bien pensés pour le bass. Et j’estime qu’ils sont également parfaitement adaptés à la recherche des grosses perches. En bref, tout ce que j’aime !!! 🙂 J’ai hâte aussi d’avoir les leurres souples en mains pour en savoir plus sur leur texture, leur scent, etc.

5) Myran : il s’agit d’une marque suédoise que je connaissais pour utiliser leurs jolies boites à mouches mais ils font également des cuillères tournantes « truite » avec une énorme palette (sic) de coloris ! Ces cuillères sont fabriquées sans plomb (c’est à noter) et certains coloris sont vraiment sublimes. Outre les produits pensés « salmonidés », j’ai repéré quelques petits modèles qui seront également parfaits pour le chevesne…

6) Legit Design : il s’agit d’une série de cannes japonaises de très belle facture. La gamme disponible correspond à une jolie sélection très typée black-bass, en monobrin ou poignée démontable. Le prix public est aux alentours des 400-450 euros si j’ai bien suivi. Sur le papier, j’appréciais les spécifications de la gamme Legit Design avec des cannes techniques à l’action qui cible parfaitement une technique (ou disons un ensemble de techniques nécessitant une action semblable). Quand je les ai eues en main, j’ai été bluffé… Poids, équilibre, sensibilité… Wouhahou !!!

legitvrac

Il y a beaucoup à dire sur cette gamme, alors j’y reviendrai plus largement dans un article dédié, je pense que certaines de ces cannes vont m’accompagner pendant les saisons à venir… En attendant vous pouvez lire l’article de Julien Bunel (la recrue intéressante du mercato hivernal… Welcome on board boy ! 😉 ) à leur sujet.

7) Favorite : voici une gamme de cannes ukrainiennes vraiment très étoffée, couvrant bien la demande française. Il s’agit de cannes deux brins. Un modèle m’a directement tapé dans l’oeil, il s’agit du modèle Arena Stream (pêche truite) que je pense acquérir sans trop tarder (la truite arrivant à grands pas). Ce modèle sort à 150 euros environ. La gamme de cannes casting « Drive » n’est pas présentée au catalogue mais me surprend agréablement. Pour 200 à 250 euros, on a une jolie sélection de modèles qui vont bien. Mon coeur balance entre les Legit et celle-ci. Les Legit sont vraiment sublimes mais il y a un (petit…) écart de prix… La raison l’emportera-t’elle ??? 🙂

7) Svartzonker : voici le gros dossier, pour la fin ! En fait tout le monde a entendu parler de cette marque, d’une façon ou d’une autre. Le charismatique Claes que l’on a pu voir dans Fly versus Jerk (voir par exemple l’épisode 1 de Fly vs Jerk 8) ou encore à la pêche avec Zlatan… Et bien il ne fait pas que des leurres en collaboration avec Abu Garcia (que vous avez peut-être vus en action dans le programme vidéo « Pike Fight »), il a aussi sa propre marque dédiée au brochet, on s’en serait douté… Il propose deux gammes de cannes (la Black Serie qui est assez abordable et la Classic Serie qui est plus qualitative) et des leurres. La famille Mc Rubber bénéficie déjà d’une excellente presse (si récemment vous avez suivi « Pike Fight » : voir par exemple l’épisode 1 de Pike Fight 2016, vous l’aurez retrouvé régulièrement à l’image !) et certains coloris me plaisent vraiment bien (UV Perch, Goldenshiner ou Coward ou le futur trop beau « Burbot »). Le plastique est résistant et vous permettra de prendre de nombreux brochets. Mais la grosse révolution se trouve dans le système d’armature développé par Claes : la gamme « Screw-In » qui mérite vraiment le déplacement, d’autant que vous pourrez bien évidemment l’utiliser sur d’autres références de (gros) leurres souples !

Je résume brièvement le principe de cette armature : il est possible d’acquérir l’armature  (« Stinger Tackle ») et de l’utiliser telle que pour un montage « shallow rig » (pour pêcher dans peu d’eau, par exemple au-dessus des herbiers). Rien de plus simple : on visse le screw dans la tête du leurre puis on pique les deux inserts sous le leurre. Ils servent à maintenir l’armature en place. Enfin on pique une branche du (ou des) triple(s). Mais ça ne s’arrête pas là car il est aussi possible d’associer ce montage avec trois types de plombées. Le « Screw-In Dot » est un insert vissable qui se place sous le leurre et se verrouille en alignant une fente dont il est pourvu sous l’armature du Stinger Tackle. Il permet de stabiliser le leurre (comme la quille d’un bateau, en fait) mais également d’obtenir une descente à plat et assez planante (ce point est discutable car vous pouvez placer l’insert là où vous le souhaitez sous le leurre, ce qui modifiera sa façon de descendre). La Screw-In Head est une tête plombée qui remplace le screw de base et permet de pêcher plus creux. Enfin, la Screw-In Lip est une tête plombée munie d’une bavette. Son but n’est pas de faire nager le leurre plus profond (pour ça, il suffit de plomber plus !) mais de ralentir la nage du leurre (à lest équivalent). J’ajoute que ces systèmes d’attache ne sont pas du tout traumatisants pour le leurre, au contraire.  tandis que le système d’attaque des hameçons leurs permet de s’éjecter du leurre pendant le combat. Du coup le leurre aura tendance à pendre sur le côté du shad et pas dans la gueule du poisson. Le leurre ne sera donc pas abimé et le poisson ne pourra pas prendre appuie sur l’armature pour se dégager. Et le pêcheur dans tout ça ? Et bien il est content car il sort le poisson ! 🙂 Pour moi, cette offre complète et diversifiée de montage « gros leurres » est vraiment une jolie innovation et représente une très jolie surprise au catalogue FTF 2017 !

Planète Carnassiers n°20

Posted in Fishing days, revue de presse with tags , , on 27 novembre 2014 by cannafish

Déjà le numéro 20…

PC20

Ça ne se voit pas en couverture où seuls les « hot topics » sont annoncés mais j’y ai un gros article (de fond) sur la pêche des perches en hiver.

Pour synthétiser, j’y tente de présenter une évolution chronologique de la pêche des perches en hiver, au fur et à mesure que le froid s’installe. D’ailleurs cette année, il n’y a pas encore eu de froid, donc peu de logique ! Pourvu qu’ça vienne… 🙂

Les leurres Livingston

Posted in Mode test, revue de presse with tags on 24 septembre 2014 by cannafish

Vous avez peut-être entendu parler de cette marque (Livingston) il y a quelques temps (fin février 2014) lorsque Randy Howell (compétiteur professionnel américain de 41 ans) remportait le mythique Bass Master Classic 2014 sur le lac Guntersville (Alabama, USA).

Classic1014-01

Sans rien enlever à son mérite, Randy semble avoir été un peu aidé par son sponsor « leurres durs ». En effet, Randy est sponsorisé par Livingston, une marque qui ne vous disait probablement absolument rien jusque-là. Or il ne s’agit en rien d’un coup de bol puisque cette victoire « Livingston » est depuis suivie par de très nombreux autres beaux résultats… Cela permet de vraiment se poser des questions sur ces leurres, dans un marché que l’on pensait sur le point de saturer et où on avait du mal à imaginer une innovation marquante… Alors, comment ça marche ? Quel est l’élément magique qui rend ces leurres miraculeux ? La réponse est : de l’électronique embarquée !!!

image

A l’intérieur de chaque leurre Livingston, il y a en effet un petit circuit imprimé qui permet au leurre de générer une combinaison caractéristique de sons. Ceux-ci ont la capacité d’attirer les poissons, de provoquer leur agressivité et de déclencher des touches réflexes. Le concept développé par l’inventeur Robert Castaneda est nommé EBS (pour Electronic Baitfish Sound) : le leurre émet le son « naturel » d’un petit poisson en danger. Des billes bruiteuses spécialement étudiées envoient des ondes spécifiques sous l’eau. Dernier point, une LED est installée dans la tête (ou la queue) de la plupart des modèles et ajoute un signal visuel fort. Notons que ces stimuli sont indépendant des mouvements du leurre, ce qui veut dire qu’ils sont actifs même lorsque le leurre est à l’arrêt (avec un jerkbait suspending, par exemple). Il est important d’ajouter que tous ces signaux sont activés uniquement lorsque les leurres sont immergés (en contact avec l’eau qui sert en quelque sorte d’interrupteur).

Un petit mot sur la gamme proposée : pour le moment il y a trois modèles de crank-baits (Dive Master Jr, Dive Master 14 et Dive Master 20), un lipless (Pro Ripper pour lequel j’ai un vrai petit faible…), un stick-bait (Pro Sizzle) et un jerk-bait (Stick Master). Un autre modèle de crank-bait devrait apparaître rapidement, signé par Randy Howell (celui présent dans la première photo de l’article).

Vous pouvez retrouver les leurres Livingston en exclusivité sur le site http://www.nature-lure.com dirigé par Nasser Khanfour. Nasser est distributeur de leurres et de cannes, ainsi que de références « nautisme » (bateaux Charger et SmokerCraft que vous pouvez retrouver sur http://www.nature-boat.com !). Il a également une activité de guidage (http://www.carnassud.com/). J’ajoute que vous connaissez Nasser pour ses nombreuses victoires en compétitions lorsqu’il était en binôme avec Samir Kerdjou. Il constitue un bel exemple de passage réussi de la case « sponso – testeur » à celle de distributeur. Nasser continue la compétition sur les circuits européens et va bientôt participer à des concours aux Etats Unis… Le rêve !

Planète Carnassiers – hors série brochet en kiosques !

Posted in revue de presse with tags , on 25 juillet 2014 by cannafish

Bonjour ! Je voulais juste vous prévenir de la sortie en kiosque d’un Planète Carnassiers hors série spécial brochet. Je l’ai trouvé ce matin, j’y ai publié deux articles. En fait ils n’étaient pas vraiment prévus pour ce numéro spécial (je les avais plutôt écris pour un numéro classique sortant en hiver) mais la rédaction a trouvé intéressant de les placer dans ce numéro.

PC_HS_pike

Bref, j’y ai un article sur le rangement (« Ranger efficacement votre matériel ! » pages 38 et 39) et un autre rassemblant quelques conseils sur le choix des lignes de pêche (« Quelques conseils de base pour s’y retrouver entre tresse, fluoro et nylon… » pages 46 à 48). Vous le voyez, rien de spécifique brochet. 🙂

Le contenu de ce hors série est assez amusant au passage. On y retrouve quelques conseils un peu « sponsorisés » (faut l’avouer tout de même, comme dans toutes les revues, certains auteurs manquent un peu d’objectivité…) mais vous les reconnaîtrez à un simple coup d’œil. J’ajoute que certains sont tout de même vraiment intéressants alors ne passez pas votre route en pensant à une simple publicité et lisez les ! Le top 10 des leurres à brochets (par l’esoxiste) reste un exercice classique et amusant à lire (le type d’article vraiment riche en enseignement serait de faire dresser le même type de classement par plusieurs auteurs, comme l’avait tenté la revue Predators à un moment : on pourrait ainsi tirer de vraies conclusions. Pour tout dire, j’aurai eu deux références communes avec la sélection de 10 leurres faite par l’esoxiste). Autre élément amusant à noter : on retrouve dans les colonnes de PC de plus en plus d’articles de Kevin Hernandez qui est spécialisé dans la pêche des (très) grands brochets en grands lacs (alpins). Ses conseils sont intéressants mais tout de même très spécifiques (quoi que pour ce hors série, ils ne sont justement pas trop spécifiques ! 🙂 ). Et je ne pense pas que ça soit le type de pêche que pratiquent beaucoup les pêcheurs français. Mais avec un peu de chance, ce type d’articles va provoquer un exode massif des pêcheurs d’eau douce vers ces grands lacs alpins… Ils délaisseront par la même occasion les cours d’eau et plans d’eau « classiques », donc la pression de pêche sera moindre, donc il y aura plus de poissons pour les pêcheurs persistants : youpie ! 🙂

Planète Carnassiers n°18 en kiosques

Posted in Fishing days, revue de presse with tags , on 2 juin 2014 by cannafish

Bonjour !

Juste un petit mot pour vous annoncer la sortie du numéro 18 de la revue Planète Carnassiers !

PC18

J’y ai passé un petit article sur la pêche du brochet en période estivale. Comme expliqué dans cette intervention, j’avais à l’origine écrit un article sur la pêche du brochet à l’ouverture, mais la revue sortant un mois après l’ouverture, la rédaction m’a demandé de légèrement modifié le papier. Mais la pêche au 1er mai étant selon moi très différente de celle pratiquée pendant l’été, j’ai tout recommencé. Le mot de la fin : faites preuve d’ouverture d’esprit !!! Ou alors restez chez vous si vous voulez pêcher uniquement le brochet l’été… 😉

(réflexions qui n’engagent que moi, sur les eaux que je pêche…)

Pour ce numéro, en sus de l’article d’origine sur la pêche du brochet à l’ouverture, j’avais proposé un article sur le rangement du matériel ainsi qu’un autre sur le choix du fil. Et pour enfoncer le clou (et répondre à mes collègues pigistes capables de sortir quatre articles par numéro de PC… Nan mais !!! 🙂 ), une courte présentation des leurres Livingston. Je pense (et espère fortement) que toutes ces contributions sortiront dans le prochain numéro…

Revue de presse… Le Top 100 des PNs !

Posted in Mode test, revue de presse with tags on 14 mai 2014 by cannafish

Passage au kiosque hier matin (13 mai 2014) pour trouver le dernier Predators (et voir enfin des photos de Pat au Mexique !!! 🙂 )… Et j’ai également craqué (faible et vilain que je suis…) pour une publication conjointe de « la pêche et les poissons » et du « pêcheur de France ».

IMG_20140514_141007

Je suis vilain car je me doutais qu’il y aurait quelques perles dans ce type d’ouvrage. Pour commencer, le titre m’a rappelé les ouvrages américains ou japonais, sortes d’encyclopédies du leurre. Chaque année sort ainsi aux USA un catalogue regroupant le panthéon des leurres, tandis que les magazines nippons présentent régulièrement (à chaque numéro) les classements des meilleurs leurres. Il serait d’ailleurs intéressant de comparer les résultats… Et de dresser des relations de cause à effet. On parle de celui là en France mais pas de tel autre alors qu’il est redondant aux USA ou au Japon : mais pourquoi donc ? La plupart du temps, je pense que le manque de budget communication de tel ou tel importateur reviendrait comme argument pour expliquer telle ou telle absence. Ou simplement parce que telle ou telle marque n’est pas (ou mal) distribuée en France (je pense là par exemple aux produits de Plus Fishing : EG, Deps, OSP, …).

Voyant dans la liste d’auteurs ayant participé à cette sélection certains grands noms du monde de la pêche aux leurres, je ne remettrai (sincèrement) pas en cause leurs connaissances en la matière. Mais j’imagine que les équipes de communication, de marketing ou encore de publicité (je suis tellement un bleu que je ne sais pas trop comment ça s’appelle… Par contre je vois assez bien comment ça fonctionne !) ont « sagement » pondéré leurs choix.

Resituons : ce petit livre présente 100 leurres durs uniquement, en fait juste de poissons nageurs. Donc pas de spinners, de jigs, de cuillères et surtout pas de LS (un opus consacré viendra, je le sens et en même temps il est annoncé…). Les leurres présentés sont « astucieusement » répartis en 7 catégories (stickbaits, crankbaits, swimbaits, jerkbaits, minnows, lipless et poppers). On pourrait quand même discuter un peu le choix de ces catégories, leur nombre ou encore la place de tel leurre dans une catégorie et pourquoi pas dans une autre. En fait, un texte « chapeau » aurait été intéressant afin d’expliquer le pourquoi du comment.

Alors, pourquoi est-ce que je parlais de perles ? Simplement car je me disais avant même de le feuilleter qu’il serait, peu ou prou, rempli de bons conseils « sponsorisés » et d’autant de boulettes passant inaperçues aux yeux de néophytes. Et c’est, objectivement et effectivement, le cas. Alors évidemment, il est tout à fait possible de faire du poisson avec la plupart des modèles présentés, mais certains des auteurs auraient peut-être pu mieux étudier leurs classiques ! Je pense qu’en matière de leurres et d’histoire du leurre j’en connais un petit bout, mais il y a une bonne part de cette sélection qui ne passera pas l’hiver… Enfin pardon, qui ne deviendront pas des légendes (même si, évidemment, quelque part, je le leurs souhaite !).

L’édito est alléchant et sauve les meubles, indiquant que la moitié des leurres présentés a été sélectionnée unanimement par la totalité des auteurs ! C’est donc dans l’autre moitié qu’il faut chercher les perles évoquées plus haut… Mais ne comptez pas sur moi pour les citer ! J’ai déjà assez d’ennemis dans la profession… 🙂

Pour pinailler un peu, je me permettrait juste de corriger une erreur de photographie et d’ajouter quelques références que je pense utiles.

Si vous cherchez un CB100 (LC), ne vous fiez pas à la photo associée à sa description (page 27) qui présente plutôt un SKT Mini (LC également). Dur à dire car je suis moins LC addict que par le passé… En coupant encore plus les cheveux en 4, le Sammy représenté, sensé être un Sammy 100, ressemble plutôt à un 65.

Concernant le Freddy (Illex), personnellement je vous conseillerai plutôt le modèle 170 (et non pas le 145).

Les lipless manquent cruellement de références US, tandis que les deep-crankbaits ne sont pas très représentés. Peut-être simplement car mal aimés en France !? En tout cas c’est pas comme ça que ça va s’arranger… 🙂

Curieusement, ni le G-Splash 65 ni le S8 (LC tous les deux) ne sortent au rayon poppers.

Au rayon jerkbaits, j’aurai quand même affiché un Vision 110 (Megabass). Certes un peu cher, ce leurre est tout de même un genre d’incontournable, au même titre qu’un B’Freeze 100 (LC). Même les américains, pourtant peu enclins à dépenser trop dans un leurre, l’ont largement adopté. Un OSP Rudra ou un Deps Balisong aussi, quelque part…

J’aurai aussi clairement glissé un leurre de la marque Livingston (importé depuis peu par Nasser Khanfour) : il s’agit là de leurres « électroniques ». La rédaction annonce des leurres innovants parmi les nouveautés présentées (il faut bien un argument à certains choix !) et les Livingstons remplissent largement ce cahier des charges. Honnêtement je n’avais rien vu de tel depuis longtemps ! Après, efficace ou pas je ne saurai dire (surtout sur le long terme, les poissons ayant tôt fait de s’accoutumer à une sonorité…). Chose sûre, je vous présenterai plus en détails ces leurres très rapidement !

Conclusion à présent, pour vous étonner… Malgré toutes les vilaineries que je viens de débiter (non, en fait ça va je n’ai pas trop balancé ! 🙂 ), pour 6 euros, je vous conseille ce petit livre. Et comme énoncé intelligemment dans l’édito, si vous achetez 2 ou 3 modèles de chacune des catégories, vous aurez déjà une jolie boite à leurres. 😉