Archive pour French Touch Fishing

FTF 2.0

Posted in Mode test, revue de presse, Salons with tags , , , , , , , , on 2 avril 2021 by cannafish

FTF 2.0 / le phénix de la pêche qui renait de ses cendres… Le site de vente par correspondance FTF est en ligne !

https://www.frenchtouchfishing.fr/

Je ne reviendrai pas sur les évènements qui ont injustement plongé FTF dans le retrait ces derniers longs mois. J’ai déjà fait un billet là-dessus, où ceux qui savent lire entre les lignes ont tout compris. BREF. Je suis ultra content de vous dire que c’est l’heure du renouveau ! Via un site internet pour faire de la vente en direct de produits soigneusement sélectionnés. En gros certaines marques que Fred rêvait de travailler depuis des années mais qui pouvait difficilement passer via un circuit de distribution classique (fabriquant – importateur – magasin). Ça se passe donc en direct maintenant et ça permet de proposer des produits de qualité à un tarif raisonnable. En gros un leurre qui serait vendu 22-25 euros dans le schéma traditionnel, vous le trouverez à 15-17 euros via ce modèle de distribution. Certains détaillants vont grincer des dents mais c’est la vie ! Les plus malins passeront commande pour récupérer du beau matos à prix honnête… Ahahah. Je vais rapidement vous présenter les premières gammes sélectionnées mais encore un mot sur l’état d’esprit. Avec Fred on se rejoint sur un point, c’est qu’on aime tous deux les produits, les marques et les designers qui ont une histoire. Pas le produit lambda, la copie de la copie. Et bien là, on est servis. HMKL, Nishine Lures Works, Pitch and Strike, rien que ces trois marques c’est du lourd en ce qui concerne les produits développés et les gars derrière. Petit commentaire supplémentaire : le site est en anglais. Un site français visant donc le marché Europe, et bien perso je trouve ambitieux et innovant ; et j’aime ça !

Les marques développées donc !!! Je fais une présentation très rapide ici avec liens vers le site.

Nishine Lures Works : je ne vais pas la re-re-re-présenter, cette gamme est déjà ultra costaud et surtout ultra prometteuse !!! Le monsieur est né au Japon et a « grandi » (craftement parlant) aux États Unis. Des produits de qualité, longuement pensés et fignolés. Le tarif pour les leurres durs (jerkbaits et crankbaits pour le moment mais ça va très vite s’étoffer !!!) tourne autour de 17-22 euros. On est sur du produit typé black-bass mais qui va convenir parfaitement aux brochets aussi. Deux références de souples bien pensés aussi et des têtes plombées de grande qualité.

HMKL. Japan qualité. Un peu dans le même genre. De très nombreuses collaborations avec Jackall et des produits ultra chiadés. Une gamme qui comprend pas mal de leurres durs techniques, une partie Area et une partie black-bass/perche. Du spinnerbait et du buzzbait de qualité (d’ailleurs y a-t-il beaucoup de marques proposant des buzzbait tournant soit à droite soit à gauche ? 🙂 ). Il y a aussi quelques leurres souples (plutôt finesse) dans la gamme dont j’adore l’odeur ! Les plus « instruits » la reconnaitront… J’ai hésité dans le bureau FTF mais même moi j’y suis arrivé ! 😉 Leur petite tête plombée est intéressante également. Comptez entre 15 et 18 euros pour les leurres durs.

Pitch and Strike. Pensé en Espagne ! Après quelques premiers modèles il y a quelques années, Kenchin Chiba revient plus sérieusement. Sa gamme est encore restreinte mais ça ne va pas en rester là. Il a ressorti les moules des Heikegani Craw (vraiment top en backslide) et a déjà sorti un soft jerkbait, le Alburno (perso j’attends des coloris plus naturels que ceux actuellement proposés, mais le scent me plait !!!). 11 euros la pochette en gros.

Ishikawa Fishing. Une marque d’hameçons déjà réputés (ils équipent les leurres Nishine), je ne vais pas rentrer dans le détail ici. Par contre ils ont développé un premier leurre, le King Kong, en s’aidant pour cela d’une pointure en la matière, à savoir papi Rick Clunn ! Les vidéos actuelles Lucky Craft dans lesquels il explique un peu l’histoire en présentant au final le King Kong me touchent particulièrement, pour moi c’est une vraie légende du crankbait. Il a vieilli, les vidéos du dernier tournoi qu’il a gagné m’avait fait de la peine (on sent une certaine lenteur dans la gestuelle) mais si je pouvais pêcher à 40 ans comme il le fait à son âge, je ne me plaindrais pas… J J’espère qu’il contribuera à d’autres leurres. Le King Kong est un gros crankbait qui plonge pas mal. En fait sa bavette est prolongée par un méplat sur le dos du leurre qui contribue également à faire plonger le leurre. Un crank à gros black-bass et brochets. En plus il y a un coloris « craw » alors je suis con-tent ! 🙂

Big Fish 1983. Je ne présente plus la marque de William le célèbre faiseur de lunettes et aussi fidèle à Fred que moi. Des lunettes de qualité (à prix divers mais toujours un super rapport qualité prix) donc, mais pas seulement : beaucoup de textile de bon goût, une première canne (Easy Bass) ultra polyvalente et avec William le truc c’est surtout de nombreuses collaborations de ouf !

Grow Design Works : un soft swimbait assez connu chez les initiés (perso je ne connaissais pas plus que ça mais j’avais entendu parler et vu les vidéos qui sont assez folles !). J’espère qu’il y aura une suite…

Big Hammer : du shad de toutes tailles. Ces leurres sont connus (distribués fût un temps), ça pêche et le prix n’est pas excessif ! Une tête plombée assortie également.

Fermeture 2020/2021 mitigée

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , on 1 février 2021 by cannafish

Tout est dans le titre ! On a passé quelques heures un peu à l’improviste avec les copains sur les bras morts. Qui redeviennent fidèles à leur réputation… Toujours beaucoup de bateaux (et autres engins flottants insolites, pas vrai monsieur Mickaël qu’on avait pas vu depuis 10 ans ! 🙂 ) et peu de poissons. Coco était avec son père sur leur nouveau destrier (Cap 360) et j’avais embarqué « le guide » avec moi sur le JéBoat. Parti complet à l’arrache, j’avais pris deux cannes casting (Adrena 66M et Legit 610MH) pour pêcher au jerk ; et une canne spinning (Adrena 66L) pour pêcher au shad. Deux boites de jerks et une petite poche avec des shads et des TPs. Le guide avait dit qu’on essaierai les perches alors j’avais galéré pour retrouver une sélection de shads et de TPs correctes. Au final quand je le vois arriver il a juste des castings, ça part mal… Bref j’ai même pas fait un lancer (ni un montage) sur cette canne (peut-être c’était une erreur). Bon sinon le Erie 115SD avait l’air partant et comme je veux pas fâcher les volontaires, je l’ai mis en première ligne. Mais j’ai alterné avec des MB Visions OneTen et des OSP Rudra, parce que je veux toujours comprendre et que ce sont de vrais bons jerkbaits aussi. Et bien c’est vite réglé, je prends trois touches et toutes au Erie pour ce jour là. Ces touches se sont produites sous les nuages et la pluie. Les phases de soleil ne donnaient rien (zut). La température de l’eau variait entre 5,5 et 7°C. Je sors le premier poisson, un brochet de 50 cm piqué par un bout de peau sur le triple arrière. Ça donne la tendance… Mais merci les triples ultra piquant de marque Ichikawa (une autre marque qui est dans la sélection « FTF revival ») qui équipent les leurres Nishine… Ensuite je rate lamentablement un brochet de plus de 90 cm (sur une zone où, avec le guide, on se disait justement qu’on faisait jamais rien… les vedettes !!! 🙂 ) et je pense prendre une troisième tape (mais c’était peut-être un morceau de bois). Ah si j’ai un suivi d’un poisson de 50, mais il était à la traine un mètre derrière le leurre.

Le guide prend deux touches (brochet 70 et perche 50, quand-même !!!) au Buster, mais les deux se terminent par des décroches. Coco prend un poisson de 75 qui s’est amusé à décrocher son Pulse Shad pendu dans un arbre (véridique… Quand c’est dur Coco fait l’excentrique ! 😀 ).

Bref les bras morts restent un endroit plutôt dur. On y a cru sur la première sortie après confinement, mais les poissons avaient juste été plus tranquilles que les autres années. RDV est pris en mars ailleurs ou en mai ici ou ailleurs, si on est pas confinés évidement ! En attendant un peu de privé pour les autres espèces, toujours si c’est possible (pitié par les cercles d’un ou de 20 km !!!).

Nishine Erie 115SD du bord aussi

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , on 28 janvier 2021 by cannafish

Après la dure vague de froid j’avais quelques heures disponibles entre 14h et 16h. Le plus dur a été de trouver un plan d’eau non gelé. Ou disons partiellement gelé mais avec pêche autorisée. Je commence donc sur un petit étang à moitié pris par une fine couche de glace mais où la pêche est permise. Le nombre de pêcheurs présents me prouve que peu de spots sont pêchables. J’ai simplement la Legit Design 610MH avec moi et quelques leurres. Je commence au shad à palette puis je passe au crank (Nishine Chippawa RB Slow Float Crankbait) ramené très lentement et enfin au chatter, mais rien n’y fait. Mes deux seuls Erie me font évidemment de l’œil vus leurs résultats sur les dernières sorties, mais j’ai tellement peur de les perdre… En effet je n’aime pas forcément pêcher du bord au jerk. Simplement car le fond remonte (logique) et du coup avec un modèle qui reste à bonne profondeur le risque d’accroc est parfois plus important. Allez je sors le 115SD. Premiers mètres sans rien voir mais en tout cas encore une fois sans retoucher son lestage il est parfait. J’entame le tour et d’un coup un brochet de 60 cm environ sort d’un tas de branche, encore sur une pause. Je redémarre, il gobe le leurre mais le recrache. J’ai été assez surpris. Pendant plus de 30 secondes ensuite il remuait ses mâchoires comme s’il mastiquait en se demandant « bah elle est où la perche ? » Marrant à voir. Je continue et au lancer suivant je fais un brochet de 50-55 cm suivi immédiatement d’un congénère de même taille. Les pêcheurs présents autour du plan d’eau n’en revenaient pas, ils n’avaient rien vu de la journée. 🙂 Désolé pour la première photo par terre, c’est pas le genre de la maison mais ce petit malin est parvenu à entortiller le fluoro dans tous les sens autour de lui et du leurre. En sortant la pince du coup j’ai fait la photo avant de le renvoyer martyriser la blanchaille.

Babylon Fishing…

Posted in Mode test with tags , , , , on 29 avril 2020 by cannafish

Bonjour à tous,

Un petit mot pour vous annoncer (pour ceux qui ne le sauraient pas) que les produits Reins, Noike, Svartzonker, Tiemco, Favorite, Reaction Innovation, Legit Design et D’Style ne sont plus distribués par la société French Touch Fishing dont j’étais partenaire depuis plus de 10 ans.

La distribution des gammes Reins, Noike, Favorite et Tiemco est reprise par la société Babylon Fishing (BF) qui est basée dans le Loiret, jusqu’à présent un peu connue pour ses cannes (Banana Rods). Les autres marques ne sont pas conservées, pour diverses raisons. Je peux ici avancer deux explications qui n’engagent que moi (mais qui doivent pas être loin de la vérité…) : pas assez de rentabilité pour certaines et pas d’accord trouvé avec d’autres. D’ailleurs vous pourrez constater de vous-même que la gamme Svartzonker prend une autre dimension, mais plutôt via Abu Garcia. Lien direct ? Ça je ne peux pas le dire, mais on le saura rapidement en observant l’offre Svartzonker (sans Abu). D’autres marques sont en revanche introduites comme LMAB (les plus avisés en avaient vu passer sur l’excellent site de VPC Fish & Ship avant leur distribution par BF) et Lucky John (produits auparavant déjà proposés en France via le réseau Euro Pêche).

Début novembre 2019 j’ai passé un long moment avec le patron de Babylon Fishing au téléphone. L’échange semblait prometteur mais je pressentais un loup. Je lui ai ensuite envoyé un long mail résumant mes années FTF, ce que j’avais fait pour Reins durant ces années et mes idées pour une possible suite. Le temps a passé (sans réelle réponse, élément qui a le don de m’énerver puisque ce silence traduit immanquablement un profond irrespect de l’interlocuteur). Pourquoi sentais-je un loup alors ? Mon sentiment (mitigé donc) était celui d’une personne essayant de prendre un maximum d’infos et sachant très bien débiter du blablabla non spécialiste mais voulant faire croire que. On ne la fait pas à un vieux singe…

Puis est venu le temps de Clermont où j’ai pu rencontrer cette personne. Et là on a, je pense, mutuellement clairement senti que ça ne passerai pas, pour diverses raisons. En tout cas pour moi c’était clair et pour plusieurs raisons. J’aimerai donner mon sentiment là-dessus, en essayant de structurer ça.

Ce qu’il faut savoir pour commencer, c’est que mes 10 ans chez FTF n’ont pas été sans heurts. Mais une chose importante me reliait à Fred et David (puis William, monsieur Big Fish 1983 et Ludovic) c’est la passion. Cette passion a fait que même quand nous étions en désaccord, nous prenions tous le temps de nous écouter et de réfléchir.

FTF_crew

Le repreneur n’est pas de cet acabit-là, simplement car il n’a (pour le moment !) ni nos connaissances dans le domaine du leurre ni notre expérience de pêcheurs aux leurres (même si dans ces deux domaines il y a évidemment bien plus forts que nous…). Ce n’est pas irrémédiable si l’écoute et le respect du point de vue de la personne la plus avisée sont les valeurs prépondérantes. Bref à Clermont je me suis retrouvé face à une personne qui ne pensait visiblement qu’à une seule chose, son bénéfice. Je n’ai absolument rien contre ça, j’y reviendrai plus loin. Mais vous le comprendrez aussi en lisant ce texte encore un peu (en aurez-vous la patience ahahah !?), pour moi il est impossible de fonctionner en mode « tout pour le gain ». Donc : je peux difficilement travailler avec quelqu’un comme ça. Malgré le fait que je pensais avoir de bonnes idées de développement et qu’il pouvait vraiment y avoir de bon projets communs, et bien ça pouvait difficilement le faire.

Autre point critique selon moi (je reste persuadé que le côté « relations humaines », on peut toujours s’en arranger si l’on a l’intelligence de se trouver un fort but commun), c’est la gamme distribuée qui est selon moi complètement dénaturée. Comparativement à ce qu’on avait mis en place chez FTF au fil des ans (car Fred avait la bonne idée de m’impliquer dans les réunions de discussions de gamme, etc. et je le remercie pour ça car ça m’a beaucoup appris !). L’idée qu’on avait en sélectionnant les produits chez FTF c’était de trouver des produits de qualité (selon différents critères basés sur nos retours de terrain et intégrant par exemple le rapport qualité prix, une innovation technique ou même écologique) à un prix correct. Le début de la société avait été difficile pour moi, je ne m’en suis jamais caché. Simplement car les marques disponibles à l’époque étaient par exemple Deps ou encore OSP. De super produits (vraiment ! J’utilise encore des OSP Blitz ou High Pitcher ; ou encore Deps Basiriski ou Sliding Jig, vraiment du must-have !) mais on repassera pour le côté abordable. Les utiliser oui, les conseiller aussi mais pas à n’importe qui. Compte tenu de leur tarif, je n’ai jamais été à l’aise pour conseiller sereinement ces produits, à des jeunes en particulier. Et puis Fred a rapidement fait un tour de magie et a dégoté Reins. Au début, ne connaissant pas cette marque et sa gamme, j’étais réservé, voir même sceptique. Et puis, les lecteurs de ce blog en sont témoins, il y a eu l’explosion rock-fishing (FTF arrivait fort sur le marché en concurrençant directement Ecogear, alors à peu près le seul en place sur ce segment, avec une très large gamme) puis street-fishing. En 2009 évidemment il y a eu mon titre AFCPL à Paris.

Paris2009

Les premiers films de Stéphane qui ont grandement aidé à faire du RockVibe Shad une légende (et qui nous ont vu lancer le programme Culture Fish).

CF-BF

Et là j’étais dans mon élément. Je pouvais la conseiller à n’importe qui, la pochette de 20 leurres souples (RVS2) pour moins de 6 euros. Je me suis éclaté en salons, conseillant du RockVibe Shad, du G-Tail Saturn, des Meba Meet Jig Head, etc. D’autres partaient comme des petits pains chauds, comme le Kick Ringer, l’AX Craw, le Fat RockVibe Shad (développé à la demande de la France) puis le Scape Shad (idem), j’en passe. Le tout à des prix très attractifs. On a aussi eu ce chouette article sur le street-fishing (paru non sans mal car FTF ne misait pas (en fait : comprendre « ne pouvait pas miser ») sur la publicité dans la presse halieutique, ce qui me bloquait fort au niveau de diverses revues : pas d’pub, pas d’papier !) qui m’a permis à l’époque de rectifier certaines vérités (certains journalistes précédents n’avaient vraiment pas bien fait leur taf…), un article sur la pêche du chevesne à l’insecte (novateur à l’époque) puis un autre aussi précurseur sur le bait-finesse. Autre truc énorme : pouvoir travailler avec Reins (en remerciement/hommage de mes victoires parisiennes, qui représentaient un truc énorme pour les japonais !) pour faire un leurre qui porte mon nom, le Jé Worm, puis son grand-frère le Maxi Jé Worm. Et partager des moments de pêche au black-bass avec Ryo et ses potes, au Japon. Le rêve absolu, le délire total… Bon. Je conçois qu’après cette prise de position (radicale mais qui me ressemble), le Jé Worm risque de ne pas être au catalogue Reins by BF…

WP_20170421_007

Vous l’avez vécu, on était actifs de tous les côtés. Organisation d’événements, de concours, de sorties (j’ai toujours considéré les Open Street comme un mix de tout ça), présence sur tous les salons, intervention (puis création) auprès d’écoles de pêche, participation à tous les concours et évènements pêche aux leurres (sorties FPS par exemple avec des victoires chaque année où on a participé), énormément d’articles en presse spécialisée (j’ai écrit pour Predators, Pêche en Mer ou encore Planète Carnassiers), sur blogs (celui-ci et d’autres) et aussi de vulgarisation, de vidéos de toutes sortes, … On a créé des pêcheurs, et parmi eux des jeunes mais aussi des moins jeunes qui redécouvraient leur pratique. On donnait sans compter (pour notre passion, via l’Association BBF en parallèle ; et pour FTF) et on recevait en juste retour (des bonnes vibes pour nous et de nombreuses ventes pour la boite). D’ailleurs Ludovic, qui était employé chez FTF à la fin et qui a été transféré chez BF, est un de ces gosses… Elevé en lisant cannafish ahahah ! D’ailleurs, ça m’attriste quand-même un peu qu’il ne se batte pas pour conserver un de ses vieux mentors près de lui, mais ainsi va la vie.

Bon. Ce n’est pas tout ça. Vous avez maintenant peut-être mieux saisi le concept FTF, mais revenons à la gamme sélectionnée par Babylon Fishing. Lucky John par exemple, ça ne colle pas avec des produits comme Reins ou Noike selon moi. Attention. Je n’ai rien contre les produits peu onéreux (et je n’ai pas dit bas de gamme, car je ne connais pas assez cette gamme !). Mais distribuer cette marque à côté des autres se fait sur un critère uniquement comptable à mon humble avis. Je n’ai rien contre le fait que quelqu’un gagne sa vie, mais il faut aussi (savoir) réfléchir et garder une ligne de conduite. Et là je ne suis pas. Je rebondis en repartant sur ce que je connais bien, Reins. Si j’en crois le très sérieux site pecheur.com la grille tarifaire a grandement évoluée et pas en bien pour le consommateur. Mention spéciale au tungstène Reins qui ne se contente plus d’avoir la densité de l’or… Car il en avoisine bientôt aussi le prix (une balle TG Sinker 21g est vendue 28 euros ! Les trois balles de 7g sont vendues quant à elles 14 euros)… Prenez pas trop de stock les gars, vous en vendrez pas… Anecdote à ce sujet : FTF ne margeait quasiment pas sur ce type de produit et c’était un choix. On pourrait appeler ça de l’éthique écologique ! Je le disais, les temps changent…

Signe supplémentaire de ce changement : la multiplication des copies de RockVibe Shad (vues récemment sur différents groupes FB de pêche aux leurres). A l’époque, qui aurait cloné un leurre à 5€90/20~30 cents l’unité ? Le paquet de 2 pouces n’a pris qu’un euro vous me direz depuis toutes ces années (prix constaté à ce jour 6€90). Mais le fait est là. Maintenant certains le copient (comme les One-Up !). Les plus optimistes peuvent y voir une certaine forme de consécration… 🙂

Et donc… Lucky John au milieu des firmes nippones… C’est un peu comme si Lamborghini distribuait Traban via le même réseau. Vous voyez le genre ? Grand écart intellectuel. Impossibilité de s’identifier… Si BF parvient, je ne sais comment, a créer des pêcheurs comme FTF a su le faire, ils vont avoir une drôle de gueule quand même !!! 😉

Enfin, je tiens à dire que je ne prends pas cette histoire personnellement. Et d’ailleurs à priori pour tous les anciens de FTF c’est pareil, j’ai l’impression qu’aucun n’a été conservé. Typiquement une valse de départs en pré-retraite suite à reprise par actionnaire… Loin de la tradition French Touch tout ça ! Les plus jeunes ont trouvé à se caser, tandis que les plus sages n’en ont pas grand-chose à faire… 🙂 La mode est visiblement aux YouTubeurs (je sais même pas comment ça s’écrit cette cague), aux influenceurs. Bah perso je m’en tape des unboxings et autres mauvais conseils en live au bord de l’eau. Quand je donne de modestes conseils sur mon blog ou dans la presse, c’est après avoir passé du temps à essayer des choses, face à l’eau et surtout aux poissons. La tendance actuelle est à l’improvisation, à la découverte perpétuelle (et médiatisée…). Des vidéos sans réel contenu, des points de vue bons marchés et peu réfléchis car pas expérimentés (mais sponsorisés). Si je dois regarder un gars qui découvre quelque chose, autant que ça soit un gamin comme le mien directement au bord de l’eau ; et pas un trentenaire en mal de reconnaissance via un écran… Conseil à mes lecteurs : il y a des vidéos de qualité, même en français. Je pense au Fishing Club, aux vidéos Fox avec Sylvain Legendre, et d’autres encore. Mais il ne faut pas se tromper de casting et ne surtout pas donner d’importance à des gens qui n’en ont aucune.

Je continuerai à utiliser certains produits maintenant distribués par BF et que j’ai porté toutes ces années. Pour cela je n’ai besoin de l’accord de personne. A bon entendeur…

Et au final, j’ai toujours un bon contact avec une des sources, AKA Ryo Shinotsuka. C’est peut-être ça que l’aventure FTF m’a le plus apporté : consolider des amitiés existantes (Fred, David, Stéphane parmi le personnel FTF) et surtout en créer bien d’autres (Ryo et sa bande de potes pêcheurs de Kasumigaura, Ludovic, etc.). Le tout sur fond de ma passion. Et les potes (Coco, Fabien, Benoit, Cédric, Eric, Clem, etc. etc. etc.) sont toujours là, eux. Le reste n’est, vous l’avez compris, qu’une valse de distributeurs…

Et FTF me demanderez-vous ? Je répondrai ce que je réponds depuis des mois, quand on me le demande. C’est à Fred de parler.

En attendant je vais sortir quelques séries d’articles sur le matériel. Des sélections bien pensées. Certains produits je les aurai testés, d’autres ça sera plus spéculatif, mais c’est uniquement car le confinement m’y oblige… Tiens je vais commencer par quelque chose que je connais bien : 2 ou 3 produits Tiemco (bah quoi, il y a rien de neuf en Reins à part des disparitions au catalogue !!!) ! 😀

Arigato !

Sortie avec Coco et Cédric

Posted in Fishing days with tags , on 14 janvier 2019 by cannafish

Retour sur une sortie hivernale en gravière avec Coco et Cédric (sur le Cabril). J’étais donc seul sur le JéBoat pour une sortie électrique only. Et du coup j’ai la place pour prendre pas mal de matos. 🙂

On a pêché les deux bateaux côte à côte toute la journée (on ne se voit pas beaucoup alors on privilégie l’échange), je suis juste parti faire une longue bordure en fin de matinée, les copains ratissant un peu plus au milieu (nos trajectoires restant parallèles). Il a bien plu tout le matin et ça s’est levé pile pour le casse croute (tant mieux, je n’aime pas le pain mouillé, et par extension le pain de mie ! …). Cédric avait obtenu des indications qui étaient d’aller sur un spot en particulier (où les poissons étaient rassemblés) mais hélas ce secteur était très occupé toute la journée. On a donc tourné toute la journée sur le reste des gravières ; et tout de même réussi à trouver quelques poissons.

Coco et moi commençons par prendre deux brochets maillés au jerk (Megabass Vision 110 pour Coco, Lucky Craft B’Freeze 100 SP pour moi).

received_2172790506084836received_2247144438907502

Ensuite Coco prend une perche de 30 cm au shad (autour d’une boule d’alevins trouvée par Cédric au Side Imaging), hélas rien d’autre.

received_300186230631128

Je débusque une maman perche d’un bois mort, au jerk également (Duo Realis 130 SP).

received_546131165854766

A cours de batterie, je sors de l’eau pendant que Cédric termine la cession avec un brochet maillé au Lucky Craft LV100.

received_318552212203039

Bref une petite sortie qui fait plaisir !

Matériel (je veux dire celui avec lequel j’ai fait mes deux poissons) : canne Legit Design WSC610M, moulinet Shimano Curado 51E rempli de fluoro HPF 26 centièmes.

Ouverture truite 2018

Posted in Fishing days, Mode test, Uncategorized with tags , , , on 25 juillet 2018 by cannafish

Première session truite quelques jours après l’ouverture pour éviter la cohue, avec Fabien et Nicolas. J’étrenne ma nouvelle canne Tiemco Enhancer 64 ML associée à un Shimano Cardiff C2000S. Pas mal de marche pour cette journée, des secteurs morcelés (privé / public) bref la galère avec beaucoup de marche et de tentative sur des secteurs différents et éloignés. En guise d’encouragement, Fabien pique en fin de matinée une belle fario lâchée (je n’ai pas la photo, le renard était seul). On aura vu 20 fois plus de pêcheurs que de poissons sur la matinée alors on fait la pause casse-croûte rapidement pour pouvoir reprendre pendant que les locaux sont à l’apéro ou au repas du dimanche…

Sur un autre secteur, Fabien prend une touche sous un pont et c’est Nicolas qui rentre finalement le poisson, quelques dizaines de minutes plus tard. Il s’agit d’un joli saumon de fontaine…

Encore sur un autre sepcteur, Fabien pique une petite fario « du cru » preuve qu’il y a des poissons sauvages !

IMG_20180311_144829

Et moi dans tout ça ? Rien…

Jusqu’au dernier secteur, plus éloigné, plus sélectif ou je termine en beauté…

IMG_20180311_160534Une jolie locale de 28 cm qui a succombé à un Tiemco Sumari 50 FS intercepté en plein courant dans une des rares « grosses » veines d’eau…

IMG_20180311_160626

Sélection FTF / truite 2018

Posted in Fishing days, Mode test, Uncategorized with tags , , , , , , on 25 juillet 2018 by cannafish

L’ouverture de la truite est passée depuis un moment et cette année j’essaie de faire quelques sorties dédiées (plus que la traditionnelle sortie des années précédentes…). Habitant à l’Est de l’Essonne et étant père de famille, je ne vais cependant (malheureusement !) pas traverser le pays pour trouver des spots idylliques, et je vais donc me cantonner aux parcours disponibles à 1h-1h30 de route de chez moi. Ce qui restreint pas mal le choix… En gros, je me retrouve sur des petites rivières de plaine agricole, passant souvent dans des milieux argileux, sans trop d’herbiers et à l’eau souvent légèrement laiteuse (au mieux). Voici donc le matériel que je pense emmener pour cette saison 2018, à commencer par l’ouverture ce dimanche 11 mars (report à venir en suivant !) :

– Canne : j’ai donc opté pour une Tiemco Enhancer River Treck 64 ML en 2 brins. J’ai craqué pour ce petit bijou… Sublime action, look ultra soigné et poids plume. Ce n’est pas une ML au sens où on l’entend couramment : en fait les fabricants nippons déclinent la typologie L/ML/M/… pour chaque type de pêche (truite/bass/mer, …) ; donc on est là en présence d’une ML pour la truite, ce qui correspond à une puissance L, ce qui va parfaitement à la pêche de la truite aux leurres. A l’origine je pensais prendre une Favorite Arena Stream (qui est deux fois moins cher) mais la Tiemco était immédiatement disponible et correspondait parfaitement à l’utilisation que je vais en faire. Dans cette même taille, elle existe aussi en 4 brins mais j’ai préféré rester classique, n’ayant pas à randonner pour pêcher (le modèle de voyage ravira les amateurs de pêche en lac de montagne…). Il y avait aussi une 58 L (UL en fait) et une 7 pieds M (ML). La 64 ML correspondait à un bon compromis sur la puissance et l’action (pile celles que je recherchais) et la longueur (passe partout sur les parcours que je pense pouvoir fréquenter…).

IMG_20180305_221254

– Moulinet : alors là je n’ai rien acheté mais j’ai ressorti mon (sublime) Shimano Cardiff C2000SS. Un petit bijou là aussi : un poids plume déjà (160g environ), et également un look fabuleux qui s’associe vraiment bien à la Enhancer (je ne suis pas un acharné du look mais si ça va bien ensemble, c’est tant mieux !). Il est rempli d’une tresse fine mais je pense la changer (si j’ai le temps) pour un monofilament (en fait uniquement pour une question bêtement pratique : ne pas remonter un bas de ligne sur la tresse en cas d’accroche et de casse).

– Leurres : je vais présenter ici juste quelques nouveautés qui viendront compléter un arsenal déjà bien garni…

Déjà je vais parler des Goldys qui sont au catalogue FTF. Je ne les connaissais que via les images du catalogue et ce que j’avais retenu c’était leur prix très attractif (moins de 10 euros pièce). Et quand j’ai eu les produits en main et que j’ai vu les coloris disponibles « en vrai » mon avis a radicalement changé. Ce sont de très beaux leurres à un prix compétitif. Et ils vont prendre du poisson, c’est certain !

La famille Tiemco Tsumari ensuite : le prix n’est pas le même (autour de 22 euros pièce) mais on est là en place d’une gamme couvrant différentes conditions. Qu’importe le type d’eau rencontré, une des références apporte la solution…

Tiemco Lightning Wobbler : en 3,5 ou 5 grammes, on ne présente plus cette cuillère ondulante qui fait des massacres sur les perches dans ses grandes tailles, ainsi que sur les truites donc. Elle est proposée à 8-9 euros pièce. Elle offre une alternative intéressante en ce qui concerne la présentation (les truites n’ont plus trop l’habitude d’être sollicitées avec ce type de leurre) ; en les cherchant profond qui plus est ; et aussi, elles permettent de prospecter large car elles se lancent vraiment loin. J’équipe les Lightning Wobbler d’un hameçon simple (Decoy). Pour ce qui est des petits minnows à truite, j’en monte certains avec un hameçon simple, mais j’attends surtout de voir les conditions du moment avant de tout équiper ainsi. En fait j’essaye d’éviter d’avoir deux triples simplement car ça massacre littéralement les petits poissons. Mais un seul simple ne permet pas toujours de piquer les poissons. En fait tout dépend de leur agressivité, enfin de leur « degré d’éveil » si je puis dire. L’excellent Gaël Even avait développé dans un vieil épisode de Culture Fish une judicieuse explication à ce sujet (je vais essayer de retrouver le lien).

En leurres souples je n’ai pas vraiment de nouveautés à présenter, mais le RockVibe Shad 2 pouces sera évidemment de la partie (monté très simplement, sur tête plombée).

Quand la météo le permettra, j’aurai également un ensemble mouche.

Sortie salmonidés avec Romuald et Fabien

Posted in Fishing days with tags , , , on 10 avril 2018 by cannafish

Retour sur une sortie improvisée à l’arrache avec Fabien et Romuald (c’était un de ses plans). On arrive donc deux bonnes heures après notre hôte qui a déjà bien martyrisé les poissons à la Mayfly de Savagear. On attaque direct… Moi aux leurres puis surtout à la mouche (une fois gavé aux leurres, je me suis fait plaisir à la mouche…) !

Résultat en photo (on n’a pas pris beaucoup de photos tellement on était pris dans le jeu de capturer les poissons à la chaîne…), avec juste un poisson par « sorte de truite » capturée, sans commentaires :

IMG_20180316_104359IMG_20180316_113826

29313292_367469997082382_8819961422487224320_n

Fermeture 28 janvier 2018

Posted in Fishing days with tags , , , , on 9 février 2018 by cannafish

Le clap de fin de la saison 2017-2018 a été improvisé avec Nicolas dans le 77. On a sorti le Jé Boat pour l’occasion avec quelques appréhensions pour moi car je ne m’en étais pas servi depuis un long moment (depuis septembre pour le bateau ; mais surtout plus 18 mois pour le thermique). Au final on a mis à l’eau sans soucis vers 9h15 à la Tombe dans une Seine haute (mais sans plus) et teintée. Direction les bras morts les plus longs pour essayer de trouver une eau plus claire et surtout quelques brochets du domaine public. L’eau en Seine est à 7°C et dans les bras morts autour de 8°C, donc rien de déterminant dans cette différence. Après un peu de navigation et en voyant de nombreux pêcheurs du bord, on rentre donc dans un bras qu’on remonte en bonne partie  au thermique. On s’arrête dans une gravière qui communique avec ce bras (l’entrée étant cernée par des pêcheurs au vif). Deuxième lancer au jerk (Svartzonker Tiscaren, nouveauté 2018) je vois un brochet de 80 cm environ qui rate sa première attaque puis qui avorte la seconde. Il ne se remontrera pas. On finit cet étendue d’eau sans revoir de poisson et on reprend vers le fond du bras en pêchant. On ne voit rien mais on discute avec pas mal de pêcheurs (en bateau ou du bord) et puis de toute façon comme on ne se voit pas souvent avec Nicolas, on a plein de choses à se dire alors le temps passe vite et dans la bonne humeur… 🙂

Bref on pêche la fin de ce long bras mort puis on le redescend et on s’arrête à l’entrée de la gravière pour manger. Les pêcheurs au vif sont partis et ils ont laissé un endroit dégueulasse (bouteilles de verre et carton des packs correspondants) alors une fois nos sandwichs terminés, on remplit le vivier de tout ce qui traine sur place. Franchement plus de 10 kilos de verre, de capsules et de cartons. Pour le respect de la nature, on repassera…

On décide ensuite de changer de bras mort et pour ça on redescend vers la mise à l’eau. On fait le bras des péniches coulées dont l’eau est très trouble et on prend 2-3 touches très timides sur le fond du bras. Un Tracker est présent et ils sortent un petit brochet devant nous (au vif).

Je propose à Nicolas de faire un dernier étang sur le chemin du retour, qui est plus abrité que le bras qu’on vient de faire. On y fonce et on y trouve deux autres bateaux. Personne n’a rien vu de toute la journée. On discute bien avec l’un d’eux et on reprend la pêche. Je cherche des herbiers que je connais mais je suis incapable de les retrouver précisément… Nicolas me demande de me rapprocher de la bordure car il veut pêcher une plage de sable qu’on voit de très loin et hop il se fait coffrer par un poisson de 65 cm environ. Bien combatif, au Fat RockVibe Shad 6,5 pouces !

20180128_145629

Dix mètres plus loin je prends une touche en retour sur un Mc Rubber Shad mais je me fais avoir comme un bleu, et on en reste là. Évidemment le thermique dont nous n’avions rien eu à redire pendant toute la journée décide de faire des siennes et on se cogne quasiment 2 km au moteur électrique pour revenir à la mise-à-l’eau… Et comme j’avais voulu nous alléger je n’avais pris qu’une batterie pour le moteur électrique donc on a manqué de gouache assez rapidement. Heureusement dès qu’on a basculé en Seine, le débit nous a un peu aidé… Bref une fermeture sympa, qui donne envie d’y retourner plus souvent !

Nouveautés FTF 2018

Posted in anims, Mode test, Salons with tags , , , , , , , , , , , on 13 janvier 2018 by cannafish

A l’heure où je vous parle, la troupe FTF est au salon de Clermont en train de prodiguer de bons conseils d’utilisation des produits qu’ils distribuent aux chanceux ayant pu s’y rendre. Ils papotent pêche, en gros. Trop dure la vie… 🙂 Et comme je suis bloqué à la maison, je partage avec vous autres, également bloqués, les news les plus intéressantes, selon moi (je ne parlerai ainsi que des nouveautés « eau douce », n’étant pas compétent sur la partie salée).

Déjà voici le lien vers le catalogue, si vous ne l’avez pas encore vu : LIEN.

Déjà, de nouvelles marques sont venues étoffer le catalogue FTF 2018. Je pense pour commencer à Trophy Pike, la marque d’Arnaud Fileppi qui est un personnage vraiment intéressant qui s’est spécialisé dans la traque des brochets records et la création de leurres spécialement dédiés. Vous pourrez donc maintenant trouver des Lotzilla ou des Esox Toy dans votre magasin préféré (enfin, si celui-ci en commande ! 🙂 ), et ceci grâce à FTF ! Voici deux visuels honteusement piqués sur le site de Trophy Pike :

 

Je pense également à Goldy, marque proposant de petits leurres durs typés truite à un tarif particulièrement attractif (8€90) : deux références (toutes deux coulantes) sont proposées : Glody Tiny (3,8 cm pour 1,8 g) et Gold Fish (5,5 cm pour 5,5 g). Et voici deux coloris qui me plaisent bien (vairon/goujon MV en 3,8 cm et perche MG en 5,5 cm) :

 

Dernière nouvelle marque de ce catalogue et pas des moindres : Reaction Innovations, marque qui me rappelle d’excellents souvenirs puisque j’utilisais beaucoup les créatures Sweet Beaver (disponibles dans trois tailles) ainsi que les Swamp Donkey (frog) à mes débuts de basser.  On retrouve également le Skinny Dipper, shad tout terrain par excellence, mesurant 5 pouces (disponible également en deux autres tailles : le Little Dipper qui fait 3,5 pouces et le Big Dipper en 6 pouces). La sélection Reaction Innovations par FTF ne présente en tout cas aucun défaut (enfin si : où est le coloris « sungill » ???) et il faut juste espérer un approvisionnement qui soit à la hauteur de vos, de nos attentes ! 🙂 J’attends aussi de voir si les packaging ont évolués depuis l’époque où je les utilisais. J’aimais bien le côté pin-up… Quelques visuels pour vous rappeler de quoi on cause (et j’ai rajouté le Shiver Shot, un leurre de toute beauté avec de magnifiques détails, utilisable en drop-shot, sur TP classique ou TP à palette ventrale type Sworming Hornet) :

SweetBeaver_OxbloodSwampDonkey_BullFrogSkinnyDipper_SexyShadShiverShot_SmallMouthMagic

Passons maintenant au reste de la sélection FTF et on continue avec les gammes sélectionnées les années précédentes, étoffées de nouveautés bien senties.

Commençons par Reins. En apparence il n’y a pas de réelle nouveauté du côté de Reins, enfin au catalogue en tout cas, car mon petit doigt me dit qu’il y aura quelques nouveautés tout de même… Restez en ligne, j’ai les idées mais je vous en dirai plus dès que j’aurai vérifié tout ça ! Nouvelles têtes plombées, nouveaux leurres souples, on y reiendra. Et même s’ils ne sont toujours pas visibles au catalogue, sachez, chers fans, que le Jé Worm et le Maxi Jé Worm sont toujours disponibles ! 🙂

La marque Noike : la chouette sélection nippone est évidemment reconduite avec un ajout de taille : le Wobble Shad en 7,5 pouces (19 cm). Ce genre de taille est peu habituelle pour des leurres techniques.

Legit Design était mon gros coup de cœur « cannes » de l’année dernière. La gamme est évidemment toujours présente avec quelques ajouts judicieux dans la gamme Bass (une WSC610H qui conviendra aux spinners lourds et au heavy texas ; les trois modèles en fibre : WSC-G62L, WSC-G66ML et WSC-G68M ; et deux modèles à venir, bien adaptés au brochet avec de gros leurres : WSC75XXH et WSC79XXXH) ainsi que la présence de toute une gamme dédiée au jigging (mer donc je n’en dis pas plus).

Favorite. L’intégralité de cette gamme de cannes est reconduite avec l’un de mes coups de cœur « canne » 2017, l’Arena Stream !

Tiemco. Les Enhancer (cannes truites) arrivent sur le marché français (la question est : vont-elles détrôner les Arena Stream dans mon cœur ??? Résultat quand je les aurai prises en main…). On trouve de jolies nouveautés côté leurres également. Pas mal de métal déjà avec le Slide Vibe (lame à attache latérale pour une action inédite !) et le Bounce Tracer (petit vibration métal avec une sorte de bavette métallique). J’espère tester ces deux références rapidement !!! Il y a aussi le Necromancer (drôle d’idée qu’appeler ce leurre ainsi), un micro-spinner truite. Ensuite du souple, ou plutôt des leurres de surface réalisés dans une matière très surprenante : l’élastomère. Ce matériau est à la fois dense (ces leurres flottants se lancent vraiment loin) et résistant (c’est assez incroyable mais ils semblent incassables tellement ils sont étirables…) ! Noms de code Armor Chugger (popper frog avec montage texan) et Armor Frog Gaeru (frog montage texan).

TiemcoSlideVibeTiemcoBouncerTracerTiemcoArmorPopperFrog_BassTiemcoArmorFrog_BullFrog

D-Style enfin : mon coup de cœur « leurres » de l’an passé ne m’a pas déçu par la qualité de ses produits. Hélas le petit surdoué nippon a connu un tel succès dans son pays qu’il n’a pas forcément été simple de récupérer ses créations en quantités suffisantes pour répondre à la demande française (même si cette marque concerne une catégorie de pêcheurs extrêmement pointus, il semble que les pêcheurs techniques soient nombreux dans notre pays !). Il faut dire que tous ceux qui ont vus nager ses souples ou qui les ont testé n’ont eu qu’une hâte : s’en procurer d’autres… Daisuke Aoki vous propose cette année un topwater complètement innovant (un crawler « finesse ») réalisé en collaboration avec Jackall : le Reserve.

DstyleReserve

Svartzonker : grosse arrivée 2017 sous les bannières de la French Touch et gros succès à la clé, ainsi qu’un sacré paquet de gros poissons (brochets, silures mais aussi sandres et comparses marins). Des nouveautés font leur apparition, essentiellement côté leurres durs. Deux tailles de lames métalliques (Vibrating McBass, 7 cm pour 18 grammes et Vibrating Predator, 12 cm pour 40 grammes) au tarifs très attractifs (5€90 et 8€90). Un jerkbait, le Tiscaren, est également ajouté à la gamme. Il fait déjà pas mal parler de lui en Suède (disponible en trois tailles :  11 cm pour 37 g, 14 cm pour 65 g et 17 cm pour 98 g). Et enfin le Squarepusher qui un slider de 11 cm pour 59 g. Côté leurres souples il y a du downsizing et les percidés sont clairement dans le collimateur de Claes… Ainsi le McRubber, le McRubber Shad et le McRubber Tail voient chacun arriver un petit frère de 6,5 g (respectivement de 8 cm, 9 cm et 11 cm). Enfin, les Screw In Head, les Screw In Dots et les Jig Heads voient également leurs gammes respectives se compléter avec de nouveaux grammages.

On retrouve également les produits Myran (cuillères tournantes) avec deux modèles bien adaptés au marché de la truite (Wipp en 3 et 5 g et Mira en 2 et 4 g). Ces deux modèles me rappellent la Black Fury de Mepps, encore de bons souvenirs de mes jeunes années…

Bon et bien voilà pour notre petit tour de piste. J’espère que ça vous a plu et que ces leurres, si vous décidez de les acheter, vous plairont !