Archive pour Nishine Lure Works

FTF 2.0

Posted in Mode test, revue de presse, Salons with tags , , , , , , , , on 2 avril 2021 by cannafish

FTF 2.0 / le phénix de la pêche qui renait de ses cendres… Le site de vente par correspondance FTF est en ligne !

https://www.frenchtouchfishing.fr/

Je ne reviendrai pas sur les évènements qui ont injustement plongé FTF dans le retrait ces derniers longs mois. J’ai déjà fait un billet là-dessus, où ceux qui savent lire entre les lignes ont tout compris. BREF. Je suis ultra content de vous dire que c’est l’heure du renouveau ! Via un site internet pour faire de la vente en direct de produits soigneusement sélectionnés. En gros certaines marques que Fred rêvait de travailler depuis des années mais qui pouvait difficilement passer via un circuit de distribution classique (fabriquant – importateur – magasin). Ça se passe donc en direct maintenant et ça permet de proposer des produits de qualité à un tarif raisonnable. En gros un leurre qui serait vendu 22-25 euros dans le schéma traditionnel, vous le trouverez à 15-17 euros via ce modèle de distribution. Certains détaillants vont grincer des dents mais c’est la vie ! Les plus malins passeront commande pour récupérer du beau matos à prix honnête… Ahahah. Je vais rapidement vous présenter les premières gammes sélectionnées mais encore un mot sur l’état d’esprit. Avec Fred on se rejoint sur un point, c’est qu’on aime tous deux les produits, les marques et les designers qui ont une histoire. Pas le produit lambda, la copie de la copie. Et bien là, on est servis. HMKL, Nishine Lures Works, Pitch and Strike, rien que ces trois marques c’est du lourd en ce qui concerne les produits développés et les gars derrière. Petit commentaire supplémentaire : le site est en anglais. Un site français visant donc le marché Europe, et bien perso je trouve ambitieux et innovant ; et j’aime ça !

Les marques développées donc !!! Je fais une présentation très rapide ici avec liens vers le site.

Nishine Lures Works : je ne vais pas la re-re-re-présenter, cette gamme est déjà ultra costaud et surtout ultra prometteuse !!! Le monsieur est né au Japon et a « grandi » (craftement parlant) aux États Unis. Des produits de qualité, longuement pensés et fignolés. Le tarif pour les leurres durs (jerkbaits et crankbaits pour le moment mais ça va très vite s’étoffer !!!) tourne autour de 17-22 euros. On est sur du produit typé black-bass mais qui va convenir parfaitement aux brochets aussi. Deux références de souples bien pensés aussi et des têtes plombées de grande qualité.

HMKL. Japan qualité. Un peu dans le même genre. De très nombreuses collaborations avec Jackall et des produits ultra chiadés. Une gamme qui comprend pas mal de leurres durs techniques, une partie Area et une partie black-bass/perche. Du spinnerbait et du buzzbait de qualité (d’ailleurs y a-t-il beaucoup de marques proposant des buzzbait tournant soit à droite soit à gauche ? 🙂 ). Il y a aussi quelques leurres souples (plutôt finesse) dans la gamme dont j’adore l’odeur ! Les plus « instruits » la reconnaitront… J’ai hésité dans le bureau FTF mais même moi j’y suis arrivé ! 😉 Leur petite tête plombée est intéressante également. Comptez entre 15 et 18 euros pour les leurres durs.

Pitch and Strike. Pensé en Espagne ! Après quelques premiers modèles il y a quelques années, Kenchin Chiba revient plus sérieusement. Sa gamme est encore restreinte mais ça ne va pas en rester là. Il a ressorti les moules des Heikegani Craw (vraiment top en backslide) et a déjà sorti un soft jerkbait, le Alburno (perso j’attends des coloris plus naturels que ceux actuellement proposés, mais le scent me plait !!!). 11 euros la pochette en gros.

Ishikawa Fishing. Une marque d’hameçons déjà réputés (ils équipent les leurres Nishine), je ne vais pas rentrer dans le détail ici. Par contre ils ont développé un premier leurre, le King Kong, en s’aidant pour cela d’une pointure en la matière, à savoir papi Rick Clunn ! Les vidéos actuelles Lucky Craft dans lesquels il explique un peu l’histoire en présentant au final le King Kong me touchent particulièrement, pour moi c’est une vraie légende du crankbait. Il a vieilli, les vidéos du dernier tournoi qu’il a gagné m’avait fait de la peine (on sent une certaine lenteur dans la gestuelle) mais si je pouvais pêcher à 40 ans comme il le fait à son âge, je ne me plaindrais pas… J J’espère qu’il contribuera à d’autres leurres. Le King Kong est un gros crankbait qui plonge pas mal. En fait sa bavette est prolongée par un méplat sur le dos du leurre qui contribue également à faire plonger le leurre. Un crank à gros black-bass et brochets. En plus il y a un coloris « craw » alors je suis con-tent ! 🙂

Big Fish 1983. Je ne présente plus la marque de William le célèbre faiseur de lunettes et aussi fidèle à Fred que moi. Des lunettes de qualité (à prix divers mais toujours un super rapport qualité prix) donc, mais pas seulement : beaucoup de textile de bon goût, une première canne (Easy Bass) ultra polyvalente et avec William le truc c’est surtout de nombreuses collaborations de ouf !

Grow Design Works : un soft swimbait assez connu chez les initiés (perso je ne connaissais pas plus que ça mais j’avais entendu parler et vu les vidéos qui sont assez folles !). J’espère qu’il y aura une suite…

Big Hammer : du shad de toutes tailles. Ces leurres sont connus (distribués fût un temps), ça pêche et le prix n’est pas excessif ! Une tête plombée assortie également.

Revue Nishine Erie 115SD

Posted in Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , on 1 mars 2021 by cannafish

Alors j’ai déjà dû écrire trois articles « sorties pêche » uniquement basés sur ce jerkbait, le Nishine Erie 115SD. Ce n’était pas la vocation de ces articles (à la base je voulais juste raconter des sorties de pêche avec mes potes) mais c’est simplement car ce leurre a fait une vraie, voire énorme différence ces trois sorties là.

Revenons donc plus en détail sur ce leurre.

Déjà, vous le savez peut-être, j’aime les leurres avec une histoire. Et quand leur concepteur a également une histoire (ou dans ce cas un CV) longue comme le bras, ça ne peut que matcher. Alors Nishine, en fait je le connais et vous le connaissez depuis un moment. Le garçon a bossé sur nombre de séries de leurres pour Shimano par exemple. La période Triple Impact par exemple, c’est lui ! Alors vous me direz que Shimano ressort le triple Impact en version modernisée, mais là ma réponse (purement esthétique) est BERK ! Je ne détaillerai pas plus, lui-même ne le faisant que très rarement. En tout cas quand vous regardez la tête d’un Erie 115SD et d’un Shimano Triple Impact de l’époque, dur de ne pas trouver un air de famille (cousins éloignés), quand-même. 🙂

Quelque chose que j’apprécie aussi, c’est le fait que le garçon ne se presse pas pour sortir un leurre. Ça me rappelle T. Namiki avec OSP, enfin au début quoi ! 🙂 Quelques sorties par an donc, mais à chaque fois des trucs incroyables ! Si vous suivez cette aventure sur les réseaux sociaux, vous êtes peut-être comme moi fascinés par le processus de fabrication de chaque leurre. Déjà le garçon est adepte du « hand carving » comprenez de la sculpture à la main. Il fait tout lui même, du prototypage à la gravure du master en cuivre avant d’envoyer pour faire les moules pour les séries moulées. C’est vraiment de l’orfèvrerie et le garçon n’hésite pas à jeter un master ayant pourtant nécessité des dizaines d’heures de travail pour une écaille mal placée (véridique, on l’a encore vu récemment sur le master du lipless qu’il développe). Vous avez dit qu’il est maniaque ? 🙂

Allez revenons au Erie 115SD. 115 mm pour 20,9 g, ça cause et ça se lance fort (et le transfert de masse tungstène renforce ça). SD signifie Shallow Diver, bref il plonge à environ 1m20-1m50 (indiqué 1m80 sur la notice, il faudrait que j’essaie avec une ligne plus fine). Il est équipé de trois hameçons triples de marque Ishikawa (de vraiment super bonne qualité, je pense que mon succès avec ce leurre leurs doit beaucoup : qui s’y frottes’y pique !!!) en taille n°5. Si vous pêchez dans le public vous pouvez passer à deux hameçons (en gardant celui de devant et celui de derrière) et monter d’une taille par exemple (pas forcément pour garder le côté suspending, on y vient). Avec chaque jerk est aussi fourni un lest original Nishine. Et c’est ce lest, modulable, qui permet d’obtenir le côté suspending (ou non). En gros on distingue trois configurations de base (je parle d’avec trois hameçons pour simplifier) : lest entier pour un leurre qui sera légèrement slow sinking (coulant lent), lest enlevé pour un leurre slow floating (légèrement flottant) et lest « ajusté » pour un leurre suspending (densité égale à celle de l’eau donc le leurre reste à sa place dans la colone d’eau). Le lest est donc recoupable (avec une pince coupante) et il suffit d’ajuster sa taille (donc son poids) à la densité que l’on souhaite obtenir. Les trois cas de base nécessitent une précision : un leurre est donné suspending à une température d’eau donnée. Je me souviens des Lucky Craft B’Freeze par exemple, souvent donnés SP pour telle température (de mémoire 12°C). Et bien là c’est à vous d’essayer. Le réglage est assez fin (mais irréversible). Des pochettes de trois lests originaux Nishine sont également disponibles à la vente.

Longueur115 mm
Poids20,9 g
Profondeur de nage1m20-1m80
DensitéAjustable (voir texte)
Nombre de coloris8 (pour le moment)
Prix public (site FTF)21,95 euros
Caractéristiques du Nishine Erie 115 SD

Vous l’aurez compris si vous suivez mon blog, ce leurre est pour moi devenu un classique. D’ailleurs il se fait également une belle réputation aux Etats-Unis comme jerkbait idéal pour les eaux froides. La palette de couleurs n’est pas caractéristique de ce qui est proposé chez nous mais il y a largement de quoi faire. Vous l’avez compris en lisant mes premiers articles, le Natural Perch est juste énorme pour moi en eaux froides et translucides. Il me manquait quelques couleurs pour jouer un peu quand les conditions de luminosité et de turbidité de l’eau changeaient. J’ai trouvé mon bonheur avec Ghost Smelt (typé ablette mais sans brillant), Hologram Smelt (brillant) et Pearl Flash (un blanc mais qui claque vraiment, faisant un véritable halo dans l’eau).

Pour les utiliser au mieux c’est simple. Un classique « jerk » – « jerk » – « pause » (et longue voire très longue pause !). Vous pouvez évidemment tourner autour de cette base pour trouver le rythme qui fonctionne, mais à mon sens, trouver le « bon » rythme est très important pour le bass, mais beaucoup moins pour le brochet… Par contre le côté suspending réglable est pour moi ultra important dans les deux cas. Bref. Essayez, et vous m’en direz des nouvelles !!!

Attention : l’imprimé au dos du packaging concernant l’utilisation du Nishine Original Lest est erroné, les explications étant inversées (il a pensé en japonais et écris en anglais… 🙂 ) ! 😀

Je reviendrai par la suite sur d’autres modèles Nishine, évidemment. La gamme est encore petite mais vraiment en plein essor. Les crankbaits sont déjà bien présents cependant, je pourrai vous en parler (avec retour sinon c’est pas bien intéressant) après l’ouverture de la pêche.

Fermeture 2020/2021 mitigée

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , on 1 février 2021 by cannafish

Tout est dans le titre ! On a passé quelques heures un peu à l’improviste avec les copains sur les bras morts. Qui redeviennent fidèles à leur réputation… Toujours beaucoup de bateaux (et autres engins flottants insolites, pas vrai monsieur Mickaël qu’on avait pas vu depuis 10 ans ! 🙂 ) et peu de poissons. Coco était avec son père sur leur nouveau destrier (Cap 360) et j’avais embarqué « le guide » avec moi sur le JéBoat. Parti complet à l’arrache, j’avais pris deux cannes casting (Adrena 66M et Legit 610MH) pour pêcher au jerk ; et une canne spinning (Adrena 66L) pour pêcher au shad. Deux boites de jerks et une petite poche avec des shads et des TPs. Le guide avait dit qu’on essaierai les perches alors j’avais galéré pour retrouver une sélection de shads et de TPs correctes. Au final quand je le vois arriver il a juste des castings, ça part mal… Bref j’ai même pas fait un lancer (ni un montage) sur cette canne (peut-être c’était une erreur). Bon sinon le Erie 115SD avait l’air partant et comme je veux pas fâcher les volontaires, je l’ai mis en première ligne. Mais j’ai alterné avec des MB Visions OneTen et des OSP Rudra, parce que je veux toujours comprendre et que ce sont de vrais bons jerkbaits aussi. Et bien c’est vite réglé, je prends trois touches et toutes au Erie pour ce jour là. Ces touches se sont produites sous les nuages et la pluie. Les phases de soleil ne donnaient rien (zut). La température de l’eau variait entre 5,5 et 7°C. Je sors le premier poisson, un brochet de 50 cm piqué par un bout de peau sur le triple arrière. Ça donne la tendance… Mais merci les triples ultra piquant de marque Ichikawa (une autre marque qui est dans la sélection « FTF revival ») qui équipent les leurres Nishine… Ensuite je rate lamentablement un brochet de plus de 90 cm (sur une zone où, avec le guide, on se disait justement qu’on faisait jamais rien… les vedettes !!! 🙂 ) et je pense prendre une troisième tape (mais c’était peut-être un morceau de bois). Ah si j’ai un suivi d’un poisson de 50, mais il était à la traine un mètre derrière le leurre.

Le guide prend deux touches (brochet 70 et perche 50, quand-même !!!) au Buster, mais les deux se terminent par des décroches. Coco prend un poisson de 75 qui s’est amusé à décrocher son Pulse Shad pendu dans un arbre (véridique… Quand c’est dur Coco fait l’excentrique ! 😀 ).

Bref les bras morts restent un endroit plutôt dur. On y a cru sur la première sortie après confinement, mais les poissons avaient juste été plus tranquilles que les autres années. RDV est pris en mars ailleurs ou en mai ici ou ailleurs, si on est pas confinés évidement ! En attendant un peu de privé pour les autres espèces, toujours si c’est possible (pitié par les cercles d’un ou de 20 km !!!).

Nishine Erie 115SD du bord aussi

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , on 28 janvier 2021 by cannafish

Après la dure vague de froid j’avais quelques heures disponibles entre 14h et 16h. Le plus dur a été de trouver un plan d’eau non gelé. Ou disons partiellement gelé mais avec pêche autorisée. Je commence donc sur un petit étang à moitié pris par une fine couche de glace mais où la pêche est permise. Le nombre de pêcheurs présents me prouve que peu de spots sont pêchables. J’ai simplement la Legit Design 610MH avec moi et quelques leurres. Je commence au shad à palette puis je passe au crank (Nishine Chippawa RB Slow Float Crankbait) ramené très lentement et enfin au chatter, mais rien n’y fait. Mes deux seuls Erie me font évidemment de l’œil vus leurs résultats sur les dernières sorties, mais j’ai tellement peur de les perdre… En effet je n’aime pas forcément pêcher du bord au jerk. Simplement car le fond remonte (logique) et du coup avec un modèle qui reste à bonne profondeur le risque d’accroc est parfois plus important. Allez je sors le 115SD. Premiers mètres sans rien voir mais en tout cas encore une fois sans retoucher son lestage il est parfait. J’entame le tour et d’un coup un brochet de 60 cm environ sort d’un tas de branche, encore sur une pause. Je redémarre, il gobe le leurre mais le recrache. J’ai été assez surpris. Pendant plus de 30 secondes ensuite il remuait ses mâchoires comme s’il mastiquait en se demandant « bah elle est où la perche ? » Marrant à voir. Je continue et au lancer suivant je fais un brochet de 50-55 cm suivi immédiatement d’un congénère de même taille. Les pêcheurs présents autour du plan d’eau n’en revenaient pas, ils n’avaient rien vu de la journée. 🙂 Désolé pour la première photo par terre, c’est pas le genre de la maison mais ce petit malin est parvenu à entortiller le fluoro dans tous les sens autour de lui et du leurre. En sortant la pince du coup j’ai fait la photo avant de le renvoyer martyriser la blanchaille.

Sortie solo fin décembre 2020

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , on 4 janvier 2021 by cannafish

Encouragé par la sortie précédente, je sors le JéBoat en mode grand froid, avec une canne et quelques leurres. Déjà quel bonheur de naviguer sur ma coque de noix ! Mon bon vieux Yamaha démarre au quart de tour même après 5 mois sans avoir tourné, je prends maintenant plus de 35km/h avec la batterie Lithium de 7kg (et je vais finir par supprimer la 88Ah au plomb qui est encore à l’arrière…). Bon c’est pas vrai, j’avais quelques cannes et encore plus de leurres mais au final je n’ai vraiment utilisé qu’une canne et un leurre ahahah. Donc le combo jerbait avec, en fer de lance de l’attaque, le Nishine Erie 115SD (coming VERY soon!!!). Je suis resté sur l’eau de 11h à 15h (au passage j’ai consommé 4% de ma batterie Lithium LBS !!!!!) et j’ai rentré deux brochets de 60 cm. Cédric et Noé, chacun seul sur leur bateau pour la journée complète, feront respectivement un brochet (50 cm) et deux brochets (50-60 cm). J’ai parlé à quatre autres bateaux et personne n’avait rien fait. Bref, lentement mais sûrement, je valide mes premiers ressentis sur ce 4×4 d’eau froide qu’est le Nishine Erie 115SD (et il me faut d’autres couleurs !!!). Les conditions étaient bien plus difficiles que lors de la sortie précédente : la température de l’eau était quasi identique mais celle de l’air par contre avait bien baissée ! J’ai juste pris un poisson en photo, simplement car il avait une crinelle forte qui trainait de plus de 50 cm en dehors de sa gueule. On en voit la trace d’usure sur son bord de gueule. J’ai coupé au plus profond (je ne voyais même pas l’hameçon) et il est reparti… Il restait un bout de nylon accroché à l’agraphe retenant la crinelle : du 20 centièmes à peine. Il y a encore du boulot d’éducation à faire… 😦

Sortie Noël 2020 / Fishs eat perchs!

Posted in Fishing days, Mode test with tags , on 4 janvier 2021 by cannafish

Report un peu en retard, fêtes et garde d’enfants obligent… 🙂

Malgré un temps passable, nous avons renoué avec le bord de l’eau en cette fin d’année vraiment spéciale. Règles sanitaires respectées donc au final on embarque à 5 sur 3 bateaux pour quelques heures de pêche (10h-16h). Je suis avec Fabien, pour changer ; tandis que Coco et Cédric font équipe et qu’on place fort judicieusement Noé en quarantaine… L’eau est à 6,5°C et vraiment transparente sur certains secteurs, c’est parfait pour ce que je veux faire ! Surtout pas de pêche au leurre souple, just have fun et pour ça c’est jerkbait !!! Avec un leurre que j’ai envie d’essayer depuis longtemps… Son excellente réputation de bon leurre en eaux froides me conforte dans mon choix, je base ma pêche du jour sur le Nishine Erie 115SD (on va en reparler : COMING SOON !!!). Son plus incontestable est un lest additionnel recoupable permettant de s’adapter précisément à la température de l’eau afin de le rendre PARFAITEMENT suspending. Comprenez par là qu’il est simple de lui donner une densité neutre en recoupant le lest en plomb, lui permettant de ne pas remonter lentement vers la surface ni de couler lentement vers le fond. Ma cadence typique d’eau froide est « jerk – jerk – pause » avec une pause de 3 secondes au moins. Et pendant ces 3 secondes (ou plus !) il ne faut pas que le leurre bouge (monte ou descende, en tout cas)… Stratégie gagnante ce jour là puisque je rentre 12 poissons (11 brochets et 1 perche) dont 11 au Nishine 115SD (le 12ème petit bec ayant été pêché par hasard avec un Jackall Revoltage 110). Le démarrage de session étant fabuleux avec le Erie, j’ai essayé d’autres poissons nageurs (Lucky Craft Pointers, Megabass Visions, Duo Realis Jerkbait, Illex Rerange et Squad Minnow, Shimano Bantam Rip Flash 115 FMD), simplement pour essayer de comprendre si c’était la technique ou bien juste le leurre (je vous jure, c’est pas le pêcheur !). Mais aucun ne m’a apporté de touches. Par contre, ne disposant que d’un coloris ultra naturel (Yellow Perch), je n’ai été efficace que dans des eaux ultra claires (sur les secteurs teintés je n’ai rien vu). Chaque fois je n’ai pas ressenti de touche « coup de fusil » mais simplement une lourdeur (sanctionnée) après la pause, au redémarrage quoi. Vraiment incroyable. Et d’autant plus incroyable que la plupart des autres bateaux (on en a compté 5 en plus des 3 nôtres) ne font pas grand chose et même le plus souvent rien du tout ! Heureusement, Fabien rentre sur le soir deux brochets de 60 au Squad Minnow 115 Fire Tiger dans un bras à l’eau bien plus trouble (j’aurai eu un coloris plus flashi ou visible je pense que j’aurai rivalisé) tandis que Coco et Cédric font une perche chacun (Cédric au leurre souple, Nicolas au Bif 78 SP). Quatre poissons ont mérité la photo (78, 62 et 69 cm, plus une perche de 30). Par contre nous avons été très étonnés du nombre de petits (35-50 cm) poissons pris. C’est un effet des confinements sûrement, avec au final peu de leurres se faisant sanctionner au cours de la saison par les petits poissons !?

Matériel utilisé : canne Legit Design 610MH, moulinet Curado 201E7 rempli de FHP 29 centièmes, bas de ligne Varivas 70 Lbs.