Archive pour Shimano Adrena

Fermeture 2020/2021 mitigée

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , on 1 février 2021 by cannafish

Tout est dans le titre ! On a passé quelques heures un peu à l’improviste avec les copains sur les bras morts. Qui redeviennent fidèles à leur réputation… Toujours beaucoup de bateaux (et autres engins flottants insolites, pas vrai monsieur Mickaël qu’on avait pas vu depuis 10 ans ! 🙂 ) et peu de poissons. Coco était avec son père sur leur nouveau destrier (Cap 360) et j’avais embarqué « le guide » avec moi sur le JéBoat. Parti complet à l’arrache, j’avais pris deux cannes casting (Adrena 66M et Legit 610MH) pour pêcher au jerk ; et une canne spinning (Adrena 66L) pour pêcher au shad. Deux boites de jerks et une petite poche avec des shads et des TPs. Le guide avait dit qu’on essaierai les perches alors j’avais galéré pour retrouver une sélection de shads et de TPs correctes. Au final quand je le vois arriver il a juste des castings, ça part mal… Bref j’ai même pas fait un lancer (ni un montage) sur cette canne (peut-être c’était une erreur). Bon sinon le Erie 115SD avait l’air partant et comme je veux pas fâcher les volontaires, je l’ai mis en première ligne. Mais j’ai alterné avec des MB Visions OneTen et des OSP Rudra, parce que je veux toujours comprendre et que ce sont de vrais bons jerkbaits aussi. Et bien c’est vite réglé, je prends trois touches et toutes au Erie pour ce jour là. Ces touches se sont produites sous les nuages et la pluie. Les phases de soleil ne donnaient rien (zut). La température de l’eau variait entre 5,5 et 7°C. Je sors le premier poisson, un brochet de 50 cm piqué par un bout de peau sur le triple arrière. Ça donne la tendance… Mais merci les triples ultra piquant de marque Ichikawa (une autre marque qui est dans la sélection « FTF revival ») qui équipent les leurres Nishine… Ensuite je rate lamentablement un brochet de plus de 90 cm (sur une zone où, avec le guide, on se disait justement qu’on faisait jamais rien… les vedettes !!! 🙂 ) et je pense prendre une troisième tape (mais c’était peut-être un morceau de bois). Ah si j’ai un suivi d’un poisson de 50, mais il était à la traine un mètre derrière le leurre.

Le guide prend deux touches (brochet 70 et perche 50, quand-même !!!) au Buster, mais les deux se terminent par des décroches. Coco prend un poisson de 75 qui s’est amusé à décrocher son Pulse Shad pendu dans un arbre (véridique… Quand c’est dur Coco fait l’excentrique ! 😀 ).

Bref les bras morts restent un endroit plutôt dur. On y a cru sur la première sortie après confinement, mais les poissons avaient juste été plus tranquilles que les autres années. RDV est pris en mars ailleurs ou en mai ici ou ailleurs, si on est pas confinés évidement ! En attendant un peu de privé pour les autres espèces, toujours si c’est possible (pitié par les cercles d’un ou de 20 km !!!).

Résumé sorties bateau Landes

Posted in Fishing days, Nautisme with tags , , , on 27 août 2020 by cannafish

Je vais résumer en deux articles nos sorties pendant les vacances dans les Landes. J’avais pour la première fois emmené le bateau et c’était un plaisir de pouvoir enfin sortir un peu avec mon fils (qui a bien aimé la navigation et le sondeur) et aussi de faire quelques promenades en famille.
Niveau pêche, je me suis volontairement restreint à quelques sorties très ciblées. Simplement car j’y étais pendant une vague de canicule et que je ne voulais pas faire courir de risques inconsidérés à mes possibles captures. Donc des sorties rapides, matin très tôt ou soir très tard et sur des espèces plutôt solides (perches et black-bass). Au final en bateau j’ai recherché les perches. Ma sélection de cannes (casting uniquement, je cherchais pas la perche de 25…) pour les rechercher : Legit Design 66ML, 73ML et Shimano Adrena 66M le tout équipé de Curado/Scorpion/Core remplis de fluoro ou tresse. Voici une sélection de photos (le plus souvent j’étais seul sur le bateau et je n’ai fait aucune photo… Et par principe je ne diffuse pas les photos des enfants). Sur le séjour, toutes mes captures avaient une taille comprise entre 37 et 42 cm. Plutôt sympa ça. Je remercie Benoit pour les quelques moments partagés ensemble, pour nos trouvailles et délires… 🙂

J’ai fait quelques black-bass également mais rien de plus de 40 donc pas super drôle. Par contre la population est vraiment très largement répartie et il est possible d’en rencontrer vraiment partout sur le lac, et ça c’est top !

Un rapide mot sur la nouvelle batterie (LBS) 100Ah 12V : tout juste époustouflante. En une douzaine d’heures de pêche j’avais consommé environ 35% de sa capacité. J’étais un peu stressé au sujet de cet investissement, et bien c’est du passé !!! Je pense sans soucis pouvoir pêcher deux jours complets avec une batterie bien chargée au départ. Je referai un article plus détaillé rapidement.

Du changement chez Shimano !

Posted in Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 juillet 2020 by cannafish

Mes lecteurs le savent, je suis un pro Shimano de la première heure et je « souffrais » vraiment de la façon dont ce matériel était travaillé en France. Je me souviens encore, il y a 15 ans je pense, dans un sombre magasin de pêche du Val de Marne, de ma rencontre avec le commercial IDF. On parlait moulinets casting en eau douce, Shimano proposait uniquement le Curado Bantam (old school, le vert, j’en ai encore !) et je tentais d’expliquer au monsieur que son concurrent le plus sérieux, Daiwa, proposait une offre plus vaste avec par exemple des moulinets plus légers comme le Pixy. Réponse du concerné : « perso ce qui m’intéresse c’est de vendre des gros moulinets casting pour la mer, ça rapporte plus ». Bon déjà je n’en suis même pas sûr, que ça rapporte plus, et aussi tu as du te tromper de zone puisqu’on est en IDF (mais ta zone est assez vaste, peut-être). Bref j’étais un peu blasé de cet état d’esprit. Mais les temps changent et maintenant Shimano est travaillé correctement et aussi « en direct » via Shimano France, ceci ayant débuté le 1er juillet. Pas de révolution dans le référencement de cette année charnière mais on peut espérer deux choses : en premier la facilité de trouver les produits au catalogue (auparavant, en France, on ne bénéficiait que d’une petite partie du catalogue Europe) et en second un service SAV enfin digne du numéro 1 mondial du moulinet. Je n’en dis pas beaucoup plus mais des personnes ont été embauchées exclusivement pour travailler sur ce secteur SAV qui était clairement délaissé ces dernières années. Des formules d’entretien de moulinets seront également proposées (vous savez le genre de prestations proposées par quelques particuliers à l’heure actuelle). Certains préfèrent laisser leur voiture chez le concessionnaire pour la révision ; et bien maintenant ça sera la même chose pour vos moulinets.

Bref passons maintenant à la gamme 2020. Je parlerai dans ces lignes uniquement du matériel que je me verrai bien utiliser (ou que j’utilise déjà).

Commençons par les moulinets.

Niveau moulinets spinning, vous le savez je suis fan de la taille C2000S pour les pêches de carnassiers en spinning (au delà je passe en casting), qui présente pour moi plusieurs avantages, à savoir un poids très léger (c’est un bâti de taille 1000 avec une bobine en taille 2000) avec une bobine shallow permettant de ne pas mettre de backing ou de sacrifier 200 m de mono-filament pour être rempli correctement. Avantage de la bobine en taille 2000, un diamètre plus important que celle de la taille 1000 et donc moins de soucis en enroulant du fluorocarbone fin. Trois modèles sont au catalogue : le Vanquish pour commencer (145 grammes, 11+1 roulements, 70 cm par tour de manivelle et 430 euros), le Twinpower (180 g, 9+1 roulements, 70 cm par tour de manivelle et 370 euros) et enfin le Soares BB (200 grammes, 5+1 et 57 cm, pour 180 euros). A noter un nouveau modèle, le Vanford qui doit remplacer les Ci4+ mais on en sait pas encore beaucoup sur ce moulinet.

Niveau moulinets casting à présent, on a plusieurs gammes et différentes utilisations via un panel de ratios pour certains modèles. Pour du gros leurres (sans rentrer dans le détail) on retrouve l’indémodable Calcutta Conquest (profil rond) en taille 301 (330 g, 12+1, 84 cm) pour 470 euros ainsi qu’un profil bas le Trank 301 (330 g, 5+1, deux ratios 5.8:1 et 7.6:1 pour respectivement 75 et 100 cm par tour de manivelle) pour 270 euros. Pour des pêches moins lourdes, on a le Bantam MGL 151 disponible en trois ratios (6.2:1 pour 66 cm, 7.1:1 pour 76 cm et 8.1:1 pour 86 cm par tour de manivelle), 5+1 roulements, environ 220 grammes pour 350 euros. Ensuite le Curado DC 151, 220 grammes également, 6+1 roulements, trois ratios (6.2:1 pour 66 cm, 7.4:1 pour 76 cm et 8.5:1 pour 86 cm par tour de manivelle) pour 260 euros et le Curado 201K (trois ratios aussi : 5.0:1 pour 53 cm, 6.2:1 pour 66 cm et 7.4:1 pour 79 cm par tour de manivelle), 215 g, 6+1 roulements pour 180 euros. Je ne suis pas trop sûr des infos « ratio » car le descriptif est en désaccord avec le tableau sur le PDF du catalogue. Comme le descriptif ressemble fort à celui du Curado DC, j’ai tendance à croire le tableau. J’ai toujours mes Curado séries E qui sont, à mon avis, le meilleur modèle que Shimano ait sorti en Curado, mais avec celui-ci on est extrêmement proche en terme de poids, ergonomie et équilibre. Seul bémol, la couleur noire que certains puristes ne peuvent tolérer pour un Curado (mais c’est déjà mieux que le I !!!). Perso ça passe, je le trouve même assez class et il pourrait venir compléter ma gamme. En effet, le hic avec le E c’est qu’il n’était proposé qu’en un seul ratio (7.0:1) en 201 (alors qu’en 200 il y avait également un 5.0:1) et c’est pour ça que j’avais (et utilise encore) des Scorpions XT (même modèle, mais version japonaise avec ratio de 6.3:1 et rouge !!!). Bref un moulinet qui, je pense, peux servir plusieurs années (comme mes E7) donc un investissement extrêmement valable (le E7 sortait un peu plus cher de mémoire).

Au point de vue des cannes, plusieurs gammes peuvent nous intéresser. J’ai retenu uniquement dans ma sélection des cannes monobrins ou à poignée démontable. Le haut de gamme est représenté via la gamme Poison Adrena. Attention ce sont les Adrena directement par Shimano, mais Shimano réalise également une gamme « Poison Adrena » en collaboration avec Jackall avec de très petites différences, en particulier sur les tailles. On a pu trouver ces cannes en 2018 et 2019 via Fish Connection (via Plus Fishing donc, indirectement, qui importe Jackall en Europe). En 2021, ces cannes en collaboration avec Jackall seront dénommées « Poison Ultima ». J’ai retenu deux cannes spinning 64UL (2-7g, 85g) et 67ML (4-12g, 92g) et quatre cannes casting : 63M (7-21g, 95g) ou 610M (7-21g, 105g), 66MH (10-30g, 102g) et 72H (poignée démontable, 12-42g, 122g). Toutes les cannes de la série Adrena sont proposées à 300 euros pièce. Ensuite on trouve la série Expride avec une spinning qui va bien (65UL, 2-10g, 92g) et trois castings : une canne bait-finesse, la 64LBF (3,5-10g, 100g), une 66M (7-21g, 112g) et une 73XH (poignée démontable, 14-56g, 132g). Les cannes Expride sont proposées au tarif de 235 euros. La gamme Zodias (175 euros) est également intéressante et j’y ai retenu trois cannes casting : la 68LBF, encore une bait-finess (4-12g, 97g), une 610M (7-21g, 110g) et une 72H (14-42g, 127g). Ensuite les Sustain avec deux spinning, la 61L (3-14g, 85g) et la 63ML (7-21g, 92g) et trois casting : 63M (14-35g), 70H (21-56g mais elle peut prendre vraiment moins ! pour un poids de 115g) et 72XXH (56-135g, 160g). Je possède ces deux dernières comme vous l’avez vu dans les derniers articles et elles me bluffent. Prix public 150 à 175 euros. Enfin trois cannes de la gamme Yasei : la Perch (poignée démontable, 195L, 3-12g, 87g pour 125€), la dropshot (poignée démontable, 210ML, 5-18g, 96g pour 145€= et la Crankbait dont je parlais dans le dernier Culture Fish où je suis apparu (220M, deux brins, 8-24g, 110g pour 140 euros).

Joli black-bass capturé à l’aide de la Shimano Sustain 70H

Mais Shimano, et c’est aussi l’information importante, c’est aussi du leurre et ils n’ont jamais été proposés en France ‘de mémoire). On a un avant-gout cette année avec des modèles truites (par exemple deux petits jerkbaits minnows : Cardiff Pinspot 50S à 15€ ou Foletta 50 à 12€ ou encore une série de petites cuillères ondulantes typées Area) et une gamme Bantam (perche/brochet/black-bass) déjà assez étoffée (crankbaits MacBeth 50 et 63 pour 15/16€, lipless crankbait Rattlin Sur-vibe 14g pourb 16€, crankbaits Kozac SR et MR pour 14€ et Pablo Shad 59SP pour 15€). La gamme nipponne est encore plus développée avec par exemple la résurection du fameux « Triple Impact » relooké pour l’occasion. Des poppers, des Flat Crankbaits, c’est tentant tout ça !!!

On trouve aussi, entre autres, des lunettes comme les Curado (jaunes) pour 30€, Yasei (grises ou bleues) pour 35€ ou Purist (ambrée) pour 43€. Perso j’apprécie d’avoir un assortiment, simplement pour adapter la couleur des verres à la luminosité. Ces prix « réduits » permettent d’avoir deux ou trois paires.

Bon voilà je pense avoir fait le tour de ce qui peut intéresser mes homologues pêcheurs aux leurres. Il me tarde d’utiliser certains de ces produits !!!

Culture Fish n°113, Jé is back !

Posted in anims, Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , , , , , on 11 mai 2020 by cannafish

Hello mes 9 ou 10 lecteurs (en fait c’est les mêmes qui regardent Crultrure Fish !) !

A la (gentille) demande du père Stéphane, j’ai rempilé pour une intervention dans Culture Fish. Ça m’a fait plaisir de le faire même si c’était bien plus drôle quand Stéphane me donnait la réplique… Le pot de colle de chat a tout fait pour me faire marrer (et ça a un peu fonctionné) mais c’est quand-même pas pareil ! La question de Stéphane : en gros où j’irai pour l’ouverture et quels seraient les deux premiers leurres que je lancerai. Bon, vous le remarquez puisque je suis en train d’écrire, il pleut et surtout je suis encore et toujours à la maison avec les enfants, donc au final je n’ai pas encore eu la chance de faire de pêche d’ouverture… On espère l’accalmie dans l’après-midi !!!

Stéphane demandait donc deux leurres mais c’est impossible pour moi de n’en choisir que deux ahahah. J’ai répondu de façon honnête. Déjà, j’aimerai faire mon ouverture avec mon fils sur le bateau et mes potes sur leurs bateaux (restrictions de déconfinement obligent). Les bras morts de Seine semble un bon compromis, enfin si on peut naviguer bien sûr (j’écris ces lignes dans la nuit du 10 au 11 mai et on ne le sait toujours pas clairement !!!).

Je vous colle la vidéo du numéro 113 de Culture Fish où on retrouve également les excellents Thomas Vogels et Gaël Even (tous deux de la maison Illex) :

J’ai été assez clair dans mon discours (enfin, à part quelques inévitables défauts de prononciation) mais je vous liste également les ensembles dans le fil du texte ci-dessous, en collant les liens pêcheur.com (je n’ai pas d’actions mais c’est ce que Stéphane a fait car c’est son employeur ; et c’est un peu ma façon de respecter son travail. Libre à chacun de chercher ailleurs et en particulier chez son détaillant dans ces périodes compliquées !!!) :

– ensemble spinning UL/L pour la perche et le chevesne. J’ai privilégié un combo Shimano Diaflash et moulinet Shimano Cardiff avec fluoro fin en direct (plus simple à gérer en cas de casse qu’un ensemble tresse – bas de ligne). Je fais le choix de ce type de canne car elle est assez longue et est équipée d’un scion plein pour moins décrocher les poissons. Comme je l’avais expliqué dans mes premiers articles sur le « rock-fishing de perches », le scion plein permet d’absorber les coups de têtes de perches et ainsi de ne pas déchirer les fines membranes qui constitue leur bouche. Niveau leurres, si je devais en lancer un en premier ça serait un Reins RockVibe Shad en 2 ou 3 pouces avec, pour commencer, une tête plombée associée (Meba Meet Jig Head en, respectivement, 1,8g ou 2,6g, qui ont la même section que le leurre. Selon l’humeur des poissons, il est possible de passer en drop-shot (mais je pense que c’est trop tôt en saison de pêcher comme ça) ou en texas ultra light (balle de 2,6g et petit hameçon texan, typiquement un n°6 sur le 2 pouces et un n°2 sur le 3 pouces ça doit aller, mais ça dépend de la marque) pour aller chercher les poissons dans les herbiers ou les racines.

– ensemble casting ML/M pour perches et brochets. Typiquement mon ensemble de base qui permet de pêcher au crank et lipless (tout ça pas trop lourd) et battre du terrain. C’est vraiment ce que j’aurai envie de faire en premier pour une ouverture. Lancer, ramener, chercher des sensations. Il est possible d’utiliser aussi des leurres métalliques, de surface et jerkbaits avec cet ensemble. Une Shimano Yasei Crankbait est un choix raisonnable compte tenu de son prix et de ses caractéristiques. Elle peut être complétée par un Shimano Curado (le DC représente même une alternative « enfin » assez abordable). Perso je pars sur un fluoro en corps de ligne (26-28 centièmes, Parallelium Polyvilon FHP) et j’ajoute un bas de ligne en fluoro 60 centièmes (Varivas). Niveau leurres, j’ai parlé de crankbaits et j’ai illustré mes propos avec la série de OSP Blitz. En gros un SR (Shallow Runner), un MR (Medium Runner) et un DR (Deep Runner) qui permettent de pêcher dans des profondeurs de, en gros, 1m, 2m et 3m (gros résumé…) ce qui est parfait pour les différentes configurations du spot que j’ai décrit. Cette série est quasi silencieuse, et si je veux faire un peu plus de bruit, j’ai proposé le nouveau Illex Block Ripper 48 MR qui en plus dispose de coloris comme j’apprécie beaucoup (écrevisse et perche). Ce que je disais dans la vidéo c’est qu’en jouant sur trois modèles pour la profondeur, déclinés chacun en deux sonorités (silencieux vs bruiteurs) et ensuite deux coloris par modèle, c’est vraiment optimum. Ça représente quand même une douzaine de crankbaits donc disons 100 à 250 euros selon les références que vous choisissez, mais c’est une base vraiment polyvalente et util(isabl)e vraiment partout. Pour être complet, j’ajouterai quand même un ou deux « square bill » (crankbaits à bavette carrée) à la sélection. On ajoute encore deux ou trois lipless dans les 10-15 grammes qui passent également bien dans ces secteurs et aussi très facilement sur cette canne. Un Illex TN60 reste un classique. J’ai aussi envie une grosse envie d’essayer leur variante « Trigon », j’y reviendrai prochainement dans un article. J’ai aussi parlé d’un spinner compact (permettant de pêcher un peu différentes profondeurs simplement en le laissant couler et en le ramenant plus ou moins vite) et pour moi la base c’est le OSP High Pitcher. J’ai enfin mentionné un leurre Megabass (en écorchant son nom… 🙂 ) le Dark Sleeper. Il s’agit d’une sorte de micro swimbait à plombée interne dont l’hameçon simple est dissimulé dans la dorsale du leurre, bref c’est une tête plombée cachée dans un leurre souple : simple et efficace. Mon fils adore ce leurre rien que pour son aspect visuel et je pense qu’il va le lancer souvent, celui-là (je l’ai choisi en 7g pour lui).

– ensemble Heavy. On ne peut pas aller sur un spot relativement riche en brochets sans un ensemble dédié. Mon choix est ici une canne Shimano Adrena 72H associée à un Curado (des familles, l’actuel Shimano Curado K par exemple. Perso j’utilise encore des E7 et j’ai encore des plus anciens…). Tresse (TUF) et bas de ligne en pure fluoro 100 centièmes (perso je prends de la Varivas). Si l’eau est trouble je relie directement la tresse au bas de ligne (pas la peine de trop finasser…), si elle est claire j’ajoute une tête de ligne d’une longueur de canne et demi en 35-40 centièmes (Trilène de Berkley). Niveau leurre, j’ai parlé de celui que j’utilise à chaque sortie (vraiment), le Berkley Hollow Belly en 6 pouces que je monte sur une tête plombée Berkley à laquelle j’ajoute un hameçon chance et une palette ou pas, selon. J’aurai aussi pu ajouter un Biwaa Divinatör en 35 grammes. Je parle aussi de jig pour pêcher dans le cover et je m’excuse car ce discours n’est peut-être pas clair (car anglais), je m’en suis rendu compte en regardant la vidéo. Je voulais parler de pêche dans des milieux encombrés. J’ai utilisé des années les jigs articulés Tiemco mais en leurs reprochant tout de même la faiblesse de l’ensemble « hameçon+anneau brisé ». Comme je l’expliquais dans un article dédié, le Deps Slip Head Jig est une excellent produit, à associer à un trailer au plastique plutôt solide (pour les brochets pas la peine d’utiliser un trailer trop technique) qui résistera à de très nombreux lancers.

Voilà. J’ai essayé de résumer mon intervention dans ce numéro de Culture Fish en expliquant un peu plus en détails le pourquoi du comment. Je pense que je n’étais pas intervenu dans CF depuis 70 numéros ou un truc comme ça… 🙂

Pour finir, et comme on sait que je n’ai pas ma langue dans ma poche, je me permettrai un commentaire sur les autres intervenants. J’ai vraiment apprécié la sélection de Gaël et Thomas. On sent les gars qui vendent leurs produits, ce qui est normal (et ils ne s’en cachent pas) mais ils ont vraiment réfléchi et travaillé sur ces produits. D’ailleurs les références qu’ils ont présentées font parti de ma sélection truite (sauf le Tricoroll Ryushin 53 SHW que je n’ai pas encore trouvé). Pour les YouTubeurs présents, je reste malgré tout sur ma position prise dans un récent article. Les conseils sponsorisés ne me dérangent pas dans le cas de nos amis d’Illex car ils sont clairement affichés, mais avec les influenceurs ça me chiffonne vraiment. Ces avis sont encore une fois pauvres, ne vous y trompez pas. Si une chaussette (ou une saucisse-bait !) prenait des poissons et si on donnait des chaussettes à ces gars, ils vous diraient qu’ils pêchent avec ça (la saucisse-bait en ferait, elle, des poissons…). Clairement sur ce coup on avait un duo Delalande et un solo Babylon (leurres mêmes pas débalés, tu parles d’un retour d’expérience…). Je n’ai pas changé d’avis en une semaine et je trouve toujours navrant de donner du temps (précieux même en temps de confinement) à des gens comme ça. Stéphane tu me déçois !!! 🙂 Et en même temps je te sais malin et tu dois penser pouvoir reconquérir les followers de ces influenceurs en les intégrant dans ton programme et en les laissant en faire la promotion. Je choisis une voie parallèle et complémentaire à celle de Stéphane, en essayant de proposer à nouveau des contenus riches en informations et en explications. 😉

En attendant, je suis assez fier de ma sélection car d’une part elle est objective et authentique et, d’autre part, ce sont quasiment tous (je ne peux pas dire « tous » car il y a une ou deux nouveautés dans le tas) des produits que j’utilise (je ne parle pas de « test » dans mes propos…) depuis des années, qui m’ont tous apporté du poisson et que je n’ai aucun soucis à les conseiller car ils feront prendre du poisson ! Ça aussi c’est dit ! 🙂