FTF 2017 : ma sélection…

Posted in Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , on 21 février 2017 by cannafish

On trouve tout un tas d’informations sur Facebook mais tout le monde ne suit pas ce moyen de communication. Donc je me permet de présenter ici les nouveautés qui m’ont tapé dans l’oeil dans l’offre FTF, opus 2017. Je reviendrai rapidement plus en détails sur certains produits ou gammes.

Déjà vous pouvez retrouver le catalogue « Fluctuat Nec Mergitur » en cliquant sur le lien suivant : Catalogue FTF 2017 ! On y trouve une sélection des produits FTF. Par sélection, je veux dire que tout n’y est pas présenté, en particulier la gamme Reins pour laquelle toutes les références ne sont pas rappelées. Seuls les modèles phares (la famille RockVibe Shad, etc.) et les news sont mises en avant. Dommage pour le Jé Worm -mon bébé- au passage, pourtant chouette exemple de la collaboration FTF / Reins qui dure depuis 2009.

1) Commençons donc par Reins. En fait il y a eu pas mal de news en cours et surtout en fin d’année dernière (Curly Shad 3,5 pouces, Chibisecter et Hanesecter, …) alors pour 2017 on trouve essentiellement le S-Cape Shad dans sa version 4,8 pouces (12,2 cm) qui vient compléter le modèle de 3,5 pouces (89 mm).

scapeshads

Autre nouveauté, le Bubbling Shaker se décline à présent en version 3,5 pouces. Pour ceux qui suivent la compétition BASS USA, cette nouvelle taille a permis à Paul Mueller (sponso Reins USA) de terminer 5ème de la première compétition 2017 (lac Cherokee, 9-12 février).

Ainsi la famille est complétée de belle façon. Certains pourront penser qu’il y a peu de différence entre les modèles 3 ; 3,5 et 4 pouces. Et en fait si… Même s’il s’agit d’homothéties, le modèle 3 pouces est vraiment un leurre fin (il est peu épais car composé de peu de matière) et donc relativement plus rigide que son grand frère, le modèle 4 pouces, qui est bien plus ventru. Cette différence dans le diamètre du leurre, et donc dans la quantité de matière influe directement, de part la morphologie particulière de ce leurre, sur sa souplesse. Le 3 pouces est donc comparativement plus raide que le 4 pouces. Seul hic, le 4 pouces était un poil volumineux pour une perche. Le modèle 3,5 pouces conserve la notion de bonhomie (et donc de souplesse) mais reste de taille modeste pour être avalé facilement par une perche par exemple (d’autant plus simple qu’il est très souple, donc !).

2) Tiemco : c’est une année de développement de la gamme truite avec quatre nouvelles tailles de Sumari (minnow). Je peux aussi ajouter que les têtes plombées Tiemco me manquent toujours (elles ne sont plus produites par Tiemco)… Mais comme FTF a acheté les derniers hameçons, elles vont ressortir ! 🙂 Les excellentes ondulantes Lightning Wobbler sont toujours au catalogue et de bien jolies couleurs étaient venues enrichir la gamme courant 2016. La gamme Sumari (minnows truite) est également présente avec trois modèles (attention,  je ne parle ici que des petites tailles : il y a deux modèles de taille plus importante) : 50 mm en Fast Sinking (4,4 grammes) et 48 et 50 mm en Sinking (respectivement 2,8 et 3 grammes). Le coloris #192 (Green Yamame) est à tomber par terre… Présenté ci-dessous à côté (attention les proportions ne sont pas respectées, j’fais comme je peux…) d’une Lightning Wobbler #307 (Hammered Gold Yamame).

3) Noike… Apparue au catalogue FTF l’année dernière, la gamme Noike est toujours là. En grand fan de la technique du micro-jig, je retiendrai essentiellement trois références : le Kem Kem Shad, le Wild Goby et la Yabby. J’utilisais ces produits avant d’être sponsorisé par FTF/Reins et ce sont vraiment de chouettes trailers de micro jig. En parlant de micro jig, c’est un peu dommage de ne pas voir les micro jigs de la série Kem Kem au catalogue mais il est possible de les obtenir, tout comme leurs têtes plombées. Mais on peut évidemment se consoler avec les nombreux micro-jigs de qualité distribués par FTF (ReinsPlaton, Tiemco PDL Mini Rubber par exemple, voire d’autres…).

Enfin, comment ne pas citer la famille des Wobble Shad, ex Ninja dans les trois tailles… Et ajoutons que pour les amoureux de très très belles cannes, les modèles Noike SEITEN sont également disponibles sur commande.

4) D Style : cette marque représente un vrai dilemme pour moi… Car j’aime et je déteste à la fois… J’aime car elle propose des produits de grande qualité (c’est honnêtement de l’orfèvrerie !) mais je déteste pour un détail : un des produits (le Fuula) a un peu les mêmes caractéristiques que le Jé Worm… Donc bouh !!! 🙂 Plus sérieusement, en regardant la vidéo de promotion du Fuula (sans rien comprendre au japonais, évidemment… 🙂 ) j’ai découvert une autre façon de le monter, à laquelle je n’avais pas pensé pour le Jé Worm. A tester ! Autres innovations, le D-Spiker qui est un spinner vraiment intéressant (malheureusement un poil léger avec uniquement 10,5 et 14 grammes de dispo) tout comme le D-Chatter (un chatterbait dispo en 8, 10 et 12 grammes) muni d’un système anti-accroc vraiment innovant. On retrouve deux micro-jigs (D-Jig et D-Jig Cover) qui ont l’air vraiment bien conçus. Ceux qui connaissent mes boites de micro-jigs se doutent déjà qu’une petite sélection va y atterrir. Et je ne les séparerais pas du trailer de la firme, le D1 2.2 inch ou d’un Shake Shad… Ou encore d’un Fuula ! Voici une vidéo du combo « D-Jig + D1 » et c’est vraiment très propre… Bon et aussi ce que j’aime bien avec Daisuke Aoki, c’est qu’il me rappelle de bons souvenirs avec ses nombreuses vidéos à Kasumigaura (voir mon récit de pêche à Kasumigaura)… 🙂 J’ai hâte de pêcher avec ces produits extrêmement bien pensés pour le bass. Et j’estime qu’ils sont également parfaitement adaptés à la recherche des grosses perches. En bref, tout ce que j’aime !!! 🙂 J’ai hâte aussi d’avoir les leurres souples en mains pour en savoir plus sur leur texture, leur scent, etc.

5) Myran : il s’agit d’une marque suédoise que je connaissais pour utiliser leurs jolies boites à mouches mais ils font également des cuillères tournantes « truite » avec une énorme palette (sic) de coloris ! Ces cuillères sont fabriquées sans plomb (c’est à noter) et certains coloris sont vraiment sublimes. Outre les produits pensés « salmonidés », j’ai repéré quelques petits modèles qui seront également parfaits pour le chevesne…

6) Legit Design : il s’agit d’une série de cannes japonaises de très belle facture. La gamme disponible correspond à une jolie sélection très typée black-bass, en monobrin ou poignée démontable. Le prix public est aux alentours des 400-450 euros si j’ai bien suivi. Sur le papier, j’appréciais les spécifications de la gamme Legit Design avec des cannes techniques à l’action qui cible parfaitement une technique (ou disons un ensemble de techniques nécessitant une action semblable). Quand je les ai eues en main, j’ai été bluffé… Poids, équilibre, sensibilité… Wouhahou !!!

legitvrac

Il y a beaucoup à dire sur cette gamme, alors j’y reviendrai plus largement dans un article dédié, je pense que certaines de ces cannes vont m’accompagner pendant les saisons à venir… En attendant vous pouvez lire l’article de Julien Bunel (la recrue intéressante du mercato hivernal… Welcome on board boy ! 😉 ) à leur sujet.

7) Favorite : voici une gamme de cannes ukrainiennes vraiment très étoffée, couvrant bien la demande française. Il s’agit de cannes deux brins. Un modèle m’a directement tapé dans l’oeil, il s’agit du modèle Arena Stream (pêche truite) que je pense acquérir sans trop tarder (la truite arrivant à grands pas). Ce modèle sort à 150 euros environ. La gamme de cannes casting « Drive » n’est pas présentée au catalogue mais me surprend agréablement. Pour 200 à 250 euros, on a une jolie sélection de modèles qui vont bien. Mon coeur balance entre les Legit et celle-ci. Les Legit sont vraiment sublimes mais il y a un (petit…) écart de prix… La raison l’emportera-t’elle ??? 🙂

7) Svartzonker : voici le gros dossier, pour la fin ! En fait tout le monde a entendu parler de cette marque, d’une façon ou d’une autre. Le charismatique Claes que l’on a pu voir dans Fly versus Jerk (voir par exemple l’épisode 1 de Fly vs Jerk 8) ou encore à la pêche avec Zlatan… Et bien il ne fait pas que des leurres en collaboration avec Abu Garcia (que vous avez peut-être vus en action dans le programme vidéo « Pike Fight »), il a aussi sa propre marque dédiée au brochet, on s’en serait douté… Il propose deux gammes de cannes (la Black Serie qui est assez abordable et la Classic Serie qui est plus qualitative) et des leurres. La famille Mc Rubber bénéficie déjà d’une excellente presse (si récemment vous avez suivi « Pike Fight » : voir par exemple l’épisode 1 de Pike Fight 2016, vous l’aurez retrouvé régulièrement à l’image !) et certains coloris me plaisent vraiment bien (UV Perch, Goldenshiner ou Coward ou le futur trop beau « Burbot »). Le plastique est résistant et vous permettra de prendre de nombreux brochets. Mais la grosse révolution se trouve dans le système d’armature développé par Claes : la gamme « Screw-In » qui mérite vraiment le déplacement, d’autant que vous pourrez bien évidemment l’utiliser sur d’autres références de (gros) leurres souples !

Je résume brièvement le principe de cette armature : il est possible d’acquérir l’armature  (« Stinger Tackle ») et de l’utiliser telle que pour un montage « shallow rig » (pour pêcher dans peu d’eau, par exemple au-dessus des herbiers). Rien de plus simple : on visse le screw dans la tête du leurre puis on pique les deux inserts sous le leurre. Ils servent à maintenir l’armature en place. Enfin on pique une branche du (ou des) triple(s). Mais ça ne s’arrête pas là car il est aussi possible d’associer ce montage avec trois types de plombées. Le « Screw-In Dot » est un insert vissable qui se place sous le leurre et se verrouille en alignant une fente dont il est pourvu sous l’armature du Stinger Tackle. Il permet de stabiliser le leurre (comme la quille d’un bateau, en fait) mais également d’obtenir une descente à plat et assez planante (ce point est discutable car vous pouvez placer l’insert là où vous le souhaitez sous le leurre, ce qui modifiera sa façon de descendre). La Screw-In Head est une tête plombée qui remplace le screw de base et permet de pêcher plus creux. Enfin, la Screw-In Lip est une tête plombée munie d’une bavette. Son but n’est pas de faire nager le leurre plus profond (pour ça, il suffit de plomber plus !) mais de ralentir la nage du leurre (à lest équivalent). J’ajoute que ces systèmes d’attache ne sont pas du tout traumatisants pour le leurre, au contraire.  tandis que le système d’attaque des hameçons leurs permet de s’éjecter du leurre pendant le combat. Du coup le leurre aura tendance à pendre sur le côté du shad et pas dans la gueule du poisson. Le leurre ne sera donc pas abimé et le poisson ne pourra pas prendre appuie sur l’armature pour se dégager. Et le pêcheur dans tout ça ? Et bien il est content car il sort le poisson ! 🙂 Pour moi, cette offre complète et diversifiée de montage « gros leurres » est vraiment une jolie innovation et représente une très jolie surprise au catalogue FTF 2017 !

Rétrospective 2016…

Posted in Fishing days, Mode test, Nautisme with tags , on 25 janvier 2017 by cannafish

Supra rapide la rétrospective pêche de la saison 2016 puisqu’elle se résume en deux sorties…

1) une sortie de 3 heures en boat sur un nouveau secteur avec Fabien pour l’après midi de l’ouverture avec deux pikous chacun à la clé… Pas de photos par contre, on a fait les stars sur ce coup là en espérant faire des poissons décents !? Qui ne sont pas venus… 🙂

2) une sortie en septembre, d’environ 3 heures aussi, avec le Jé Boat qui n’avait pas servi depuis 13 longs mois (« my » winter is coming !?). Fabien était évidemment là avec Eric sur son bateau. J’y ferai plusieurs petites perches en BFS (micro jig Tiemco avec Jé Worm en trailer) et deux chevesnes corrects (40-45 cm) au Reins RockVibe Shad 2 pouces sur la Reins Aji Ringer Pro (même si je l’ai peu utilisé, elle me bluffe celle-là !). Voici la photo d’un des deux :

chevesne1

En fait j’avais repéré une arrivée d’eau puis en passant à côté j’ai vu au SI une grosse concentration de poissons de toutes tailles. J’espérais trouver des grosses perches dans le lot et en fait je sors ces deux chevesnes puis je me fais exploser par un de leurs congénère vraiment balaise.

Le reste de mon temps libre à été consacré aux enfants (avec une naissance en février, qui a changé la vie ! 🙂 ) et aussi aux travaux avec l’agrandissement de la maison… Mais on en voit la fin ! 🙂

Allez, en 2017 j’essaie de sortir trois fois ! 😉 🙂

Petit glane de Seine – septembre 2015

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , on 22 septembre 2015 by cannafish

Nouvelle sortie rapide avec Cédric mais sur son Cabril cette fois-ci. En fait on ne pêche pas vraiment, on cartographie surtout les fonds des biefs que nous pêchons de temps en temps (ben quoi, c’est un alibi comme un autre !). 🙂

Et pour dire vrai, ce report date un peu puisque nous sommes sortis en pré-fishing des manches de Ris Orangis du GN Carla zone nord. J’ai juste attendu que cette date soit passée pour publier. 🙂

Et bref ce coup-ci, en jetant à l’eau des leurres à vocation brochet, je tombe sur un petit glane (1m10-1m20, non mesuré). J’ai cru à un chouette brochet, allez, disons 20 secondes… 🙂

Le petit monsieur avait mangé pas mal de blanchailles et des écrevisses !

WP_20150907_002

Un mot sur le matériel : canne Hookers The WaterWorks, moulinet Shimano Chronarch 201E7. Leurre Fat RVS 6.5 monté sur tête Hookers Critical. Poisson pêché en lancé-ramené. Il était sur la cassure, Cédric avait positionné le bateau idéalement grâce aux cartes LakeMaster pré-rentrées dans le sondeur (Humminbird 998 HD Si) suite à une sortie précédente (pendant laquelle on avait procédé à l’enregistrement de quasiment tout le bief) et au traitement des données (à la maison) avec le logiciel AutoChart Pro.

Désolé pour le fish-grip, mais on n’avait pas d’épuisette et, honnêtement, on ne voulait pas salir la jolie (sic… 😉 ) moquette de Cédric. Le poisson est reparti en pleine forme :

WP_20150907_004

WP_20150907_005

Challenge Carnassiers 2015 Nogent-sur-Seine : résultat !

Posted in Compétition pêche à l'international, Fishing contests, Fishing days with tags , , , , on 14 septembre 2015 by cannafish

Bonjour !

Alors… Déjà je rassure mes lecteurs : je ne suis pas tombé à l’eau samedi !!! 🙂 Mais j’ai tout de même terminé la journée complètement trempé ! 😉

Ensuite, vis-à-vis de l’article précédent sur mon blog (voir ICI), j’avoue être assez content de notre résultat. Je m’en suis tenu à la stratégie évoquée et à la sélection de matériel effectuée. Ça m’a permis de faire du poisson. Notre résultat n’est pas mauvais, avec un peu de réussite ou de chance on aurait pu faire un tout petit peu mieux. Mais bon, 6èmes sur 30 équipages c’est déjà bien ! Et surtout en faisant du poisson !!! 🙂

Niveau pêche, ça n’a pas été autant la fête que prévu. Je pensais naïvement qu’il y aurait beaucoup d’herbiers et que les poissons seraient en trans car jamais pêché mais ça n’a pas été aussi simple que ça. Enfin bon, il y a quand même 10 fois plus de poissons capturés que sur une manche du Défi Nord ou du GN, mais bon on en veut toujours plus ! 😉

Déjà, je dois souligner le travail incroyable réalisé par l’AAPPMA de Nogent-sur-Seine. Obtenir l’autorisation de pêcher le bassin de la centrale, mettre en place deux mises à l’eau vraiment top (passage du gyro-broyeur, etc.) et évidemment tout le boulot de préparation de la date : vraiment c’est un travail colossal qu’Emmanuel, Arnaud et leurs acolytes ont réalisé : et de surcroit extrêmement bien réalisé ! Niveau ambiance c’était encore très sympa mais on sent quand même une évolution par rapport à l’an passé. Certains concurrents en veulent vraiment et ne sont pas trop là pour rigoler. Bon, tant que ça ne concerne qu’une poignée de bateaux, ça ne nous dérange pas. Quand ça sera trop important (et donc pesant), on passera simplement notre tour… Ben oui les gars, c’est pas la coupe du monde : c’est le Challenge Carnassiers de Nogent-sur-Seine ! 😉

Parlons peu, parlons pêche à présent ! Donc les herbiers n’étaient pas très imposants. Un tapis uniforme, ponctué par quelques plages de sable. Par endroits (rares endroits !) il y avait quelques herbiers qui montaient un peu mais rien de vraiment dense. L’eau était extrêmement claire. Et pour finir il y avait beaucoup de bateaux sur l’eau. Honnêtement, 30 bateaux c’était trop. 20 ça aurait été bien. Ou à la rigueur les bateaux tels que mais pas les commissaires avec moteurs thermiques, surtout pour mettre trois minutes à le démarrer pour finalement s’arrêter 20 mètres plus loin… Chapeau au passage au commissaire « écolo » qui a passé la journée sur son kayak, et ceci malgré les averses drues ! Il était efficace dans ses déplacements et discret : vraiment le top ! Et en plus super sympa !

8 heures précises donc, le départ est donné. Pour le moment le ciel est juste couvert mais il n’y a pas de pluie. Quelques furieux s’élancent vite (certains bateaux avaient le moteur électrique avant ainsi que deux moteurs électriques arrières !) tandis qu’on y va molo. On passe le pont sans avoir encore trop pêché, car il y a pas mal de monde en chemin. On commence juste après le pont, en voyant sortir quelques poissons (brochets puis perche de 45 cm). Je pêche au shad à palette et prends régulièrement des petites tapes. Des perches… Je passe rapidement au souple mais je prends beaucoup de non maillées. Fabien passe au jerk et fais également suivre des perches. J’en pique une maillée au G-Tail Saturn 2.5 monté sur tête plombée Hookers 2,5g. On voit encore un ou deux brochets maillés se faire prendre, ça commence à nous peser de ne pas prendre de touche. Finalement je ferre un poisson de 45 sur un Fat RockVibe Shad 4 pouces monté sur jig football. On continue sur la même berge (en évitant les bateaux qui ne savent pas faire une dérive : honnêtement ça m’a quand même bien gonflé toute la journée de me faire couper la route en permanence…) et on rentre encore quelques petits brochets. Fabien pêche au spinner et rentre une perche maillée. Un commissaire la voit et arrive vers nous, on en profite pour mesurer les deux perches. Un peu plus loin je vois un brochet de 60-65 faire demi-tour derrière mon Divinatör puis je prends aussi une perche maillée avec ce même leurre. On va faire un tour vers le fond du plan d’eau et on voit encore quelques poissons (non maillés surtout) se faire prendre. Un équipage statique enchaîne devant nous une surprenante série de un poisson par lancer (petits brochets et petites perches). La pluie et le vent font leur apparition vers 10h30. On reprend l’autre berge, je place le bateau à 15 mètres de la berge pour pouvoir pêcher au shad devant tandis que Fabien pêche plus précisément au jerk la zone frondaisons et cassure. Il nous sort ainsi un brochet de 57 cm. Piqué juste au bord, on a eu chaud. Le temps de mesurer et trois bateaux sont autour de nous… Les averses s’enchainent avec même quelques coups de tonnerre. On poursuit la berge et je prends une première touche mais je ne parviens pas à piquer le poisson. Un peu plus loin, nouvelle touche que je ferre cette fois. Le poisson vient, on le voit (il fait 65 cm environ) mais je le décroche à trois mètres du bateau. Je m’en veux pas mal… On reprend, Fabien pique un poisson de 51 cm au spinner dans une zone peu profonde (et riche en herbiers). Encore une fois, le temps de faire la mesure on dérive un peu et deux bateaux se sont placés là où Fabien a fait le poisson… On repart dans l’autre sens du coup, et c’est à mon tour de faire un brochet, à la lame Tiemco ! 53 cm, piqué sur le bout du museau encore, mais dans le dur cette fois ! Il est midi, soit l’heure de se planquer un peu pour faire le plein de forces. On mange à côté d’un équipage qui a rentré deux beaux brochets. Le classement provisoire est annoncé, on sort 8èmes à la pause avec 2m40 environ. Un peu déçus, on se prépare pour la suite, soit une après-midi pluvieuse…

14h et des brouettes (ben oui, grâce aux indisciplinés incapables d’attendre à un endroit que le départ soit donné, on doit attendre…) on repart. Les furieux partent à nouveau à fond tandis qu’on y va doucement. On ne voit plus du tout de perches, c’est la première information. On ne voit plus de concurrents sortir de poissons non plus, ils commencent à se méfier les cocos… Fabien prend quand même un gros stop sur un shad Fox mais le poisson a gobé le leurre par le travers, laissant simplement de belles traces sur les flancs. On philosophe un peu sur ce poisson (s’il avait attaqué un peu autrement, il se serait piqué ! Bref ça se joue à un poil de c.. hance !, comme souvent ! Mais il faut avouer qu’avec Poupou on n’a jamais le petit coup de pouce du destin qui ferait pencher la balance de notre côté. Enfin bon, tant qu’on s’amuse ça va !) qui nous aurait fait du bien… Le temps pour Fabien de me signaler une zone un peu délaissée par les autres concurrents. On y arrive, on stoppe les moteurs, je lance un Fat RVS 6.5 (monté sur une tête football de 12 grammes) et la châtaigne ne se fait pas attendre… Prudemment, je le ramène. Il est chouette, piqué au coin par le triple voleur. Il rentre dans l’épuisette : 75 cm. Comme vous le voyez, je suis trempé… Et j’ai grand besoin que mon coiffeur sorte de prison… 🙂

FullSizeRender (1) FullSizeRender

On était seuls sur cette zone mais d’un coup quatre bateaux nous entourent. Bref on repart le long de la berge qui a rapporté son premier poisson à Fabien. En route, Fabien fait suivre des perches dont quelques maillées. En fait un banc de fourrage est apparu en surface et elles sont juste en dessous. Je passe au G-Tail Saturn 2.5 sur TP Hookers 2,5g et je rentre une dizaine de perches. Malheureusement seulement deux sont maillés : 25,5 cm chacune ! On termine le concours trempés et sans ajouter d’autre poisson à notre feuille de marque.

Bilan, avec 4 brochets et 5 perches maillées on devrait rester dans le top 10 et peut-être améliorer un peu notre classement car il ne s’est pas fait beaucoup de poissons sur l’après midi. Les places défilent et notre tour arrive : 6èmes avec 3696 points (1 point = 1 mm donc on a 3,7 m de poissons). Un poil déçus tout de même, surtout qu’on termine à moins d’une perche des 5èmes et même des 4èmes qui ont 3950 poins (les vainqueurs de l’an passé, qui avaient d’ailleurs également juste une perche d’avance sur nous en 2014 !). Gene Eddy termine 3ème avec 4289 points, les seconds ont 4290 (avec une grosse matinée où ils ont enchainé deux beaux brochets puis les perches maillées !). Notons que nous terminons donc à 1 brochet maillé, ou 2 perches, des troisièmes et des seconds. Enfin, les vainqueurs ont 5432 points soit l’équivalent de trois brochets de 60 cm d’avance sur nous (quand même).

Une petite photo d’ambiance pour finir… 🙂 On voit le chemin de mise à l’eau, les deux cheminées de la centrale et un Poupou trempé ! 😦

IMG_20150912_181232

Au total il y aura eu 66 brochets et 40 perches de comptabilisés pendant cette journée. Voici le classement détaillé du top 10 pour ceux qui ne l’auraient pas trouvé (je l’ai recopié, c’est possible que j’ai une ou deux erreurs…) :

 classement

Pour proposer une conclusion (surtout suite à l’article concernant la préparation de cette date), j’ai envie de me demander comment aurait-on pu faire mieux !? C’est ce qu’on se demande à chaque fois en fait. Peut-être en rentrant les trois touches de brochets que nous n’avons pas concrétisées. Mais ça reste utopique car, objectivement, on ne peut pas rentrer tous les poissons touchés. En ce qui concerne les brochets on réalise un 4 sur 5 (car je décroche un poisson) et on manque donc deux touches (mais on ne sait pas vraiment si ces deux-là étaient maillés surtout qu’on a quand même sorti beaucoup de brochets non maillés). On peut dire que 80%, c’est pas trop mal. Nous n’avons pas croisé d’autres brochets, ni de grand brochet d’ailleurs. Pourtant il s’en est fait ! Mais ça reste aussi (pas seulement…) une question de chance. On n’a commencé là où on a pu commencer, simplement. Si on avait démarré vingt mètres à côté on aurait peut-être eu la chance, comme pas mal de concurrents (niveau répartition des captures, il y a eu 1 brochet de plus du mètre, 9 entre 90 et 100 cm et 12 entre 80 et 90 cm), de rentrer rapidement un poisson de 80 cm ou plus. Donc ça, je ne pense pas qu’on ait pu changer la donne, surtout sur un plan d’eau inconnu. Le point à améliorer aurait donc pu être notre résultat sur les perches (pourtant c’est sensé être mon point fort…). Alors pour le coup, c’est vrai que je n’ai pas cherché la perche très longtemps dans le concours, le faisant simplement quand nous en avions vu suivre notre leurre ou quand ça sentait fort la perche. On n’a pas vu de jolies mémères. Mais j’ai rentré des perches maillées dès que l’occasion s’est présentée. Seul bémol, en étant à l’avant du bateau je pêche essentiellement au shad, en balayant les 90° de devant (45° de chaque côté de l’axe du bateau). Ma mission est de rentrer les poissons sur lesquels ont pourrait passer. Pas forcément des gros d’ailleurs, du coup j’utilise des shads de taille moyenne : 5 ou 6 pouces pour l’essentiel. Fabien pêche aussi beaucoup au shad (idem voir bien plus gros) mais il alterne un peu plus. Spinner, jerk comme on l’a vu. En tout cas, je ne peux pas trop me mettre à pêcher la perche (en tout cas comme j’aime le faire : c’est-à-dire assez léger et lentement) simplement car nous sommes assez souvent en mouvement (lent, mais mouvement tout de même) afin de couvrir du terrain et, plus simplement, de faire notre dérive correctement. Du coup, on devrait peut-être plus penser à stopper vraiment le bateau (voir à ancrer comme certains). C’est peut-être le prochain axe à expérimenter… 🙂

J’essaierai d’ajouter des photos à l’article dès que les organisateurs les auront diffusées ! Encore merci à eux pour cette journée !!!

Préparation sortie 12 septembre – Nogent-sur-Seine

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , , on 12 septembre 2015 by cannafish

Hello !

Je l’annonçais dans le post précédent, je vais détailler dans cet article la sélection de matériel que je vais prendre sur le JéBoat samedi.

Resituons le contexte pour commencer… Samedi 12 septembre donc, à Nogent-sur-Seine : Challenge Carnassiers organisé par l’AAPPMA locale. On y est avec Fabien donc, sur le JéBoat. J’emploie le présent car j’ai programmé l’article pour qu’il soit publié quand nous aurons juste commencé la partie de pêche. 🙂

Pourquoi le JéBoat (Alumacraft 1236) et pas l’XPress de Fabien ? Simplement car il n’y a pas de vraie mise à l’eau sur ce plan d’eau et on préfère une embarcation légère (qu’on pourra ressortir de l’eau le soir, enfin on l’espère !) même si ça sera forcément moins confortable que l’XPress… Compte tenu de la taille du JéBoat, on ne peut pas prendre une énorme quantité de matériel. Mais vous allez voir : on charge déjà bien la mule… Je vais me limiter à cinq cannes. Peut-être même quatre (deux se ressemblant quand même pas mal…). Comme il y aura une pause plateau repas le midi, je n’exclue pas des réajustements (stratégique !) à la mi-temps.

Pour savoir quelles ensembles prendre, il faut savoir comment est constitué le plan d’eau (profondeurs, présence d’herbiers, couleur de l’eau, exposition aux vents, …) et quels poissons on peut trouver dedans. Et c’est la grosse incertitude. Comme le plan d’eau de la centrale nucléaire n’est jamais pêché, nous ne disposons d’aucune information. Potentiellement, on trouvera aussi bien du brochet que de la perche, du sandre que du silure et même, pourquoi pas, du black-bass ! En tout cas toutes ces espèces sont inscrites comme comptabilisées dans le règlement du challenge. Je prévois donc quelque chose d’assez large (en excluant un peu le sandre : on ne devient pas pêcheur de sandre du jour au lendemain, et je ne le suis pas du tout !). Google Maps m’a donné quelques infos pour la physionomie du plan d’eau. On devine un plan d’eau complètement artificiel à l’eau très claire : on voit même les herbiers en zoomant un peu. Sa profondeur ne doit donc pas être très importante (disons 3 mètres au maximum).

Compte tenu de ces informations ou plutôt suppositions, je peux constituer mon set de cannes :

IMG_20150911_155518

– un (ou deux) canne(s) spinning Light pour la perche. Je pense prendre la Hookers Northern Light et peut-être la Reins Aji Ringer Professional (qui m’a bluffé en deux sorties réalisées). Pourquoi deux cannes typées perche assez semblables ? En fait car je ne sais pas ce que mangeront les perches ! J’en monterai une en drop-shot (la Reins) avec ligne en tresse plus bas de ligne fluoro. La Hookers sera montée avec un fluoro direct. Avec, je pêcherai plutôt en tête plombée. Pourquoi fluoro direct ? Simplement car si j’accroche et que je casse une ligne montée en tresse + bas de ligne, je dois à tous les coups remonter un bas de ligne (ça ne casse pas souvent ailleurs…). L’opération n’est pas difficile mais prend un peu de temps (le temps de sortir la bobine de bas de ligne, de faire le nœud, de coller puis de sortir le petit matériel et de l’installer), disons 2-3 minutes. Et c’est typiquement le genre de chose qu’on n’aime pas faire au bord de l’eau surtout quand le temps nous est compté (et en fait, dès qu’on est au bord de l’eau, le temps est compté !!!). Avec une ligne en fluoro direct, la casse a de fortes chances de se produire au niveau du nœud. Un changement de tête plombée, ça consiste à refaire un nœud, ça prend 20 secondes, et c’est reparti… Sur l’une d’elle il y aura un Shimano Cardiff 1000 (avec tresse 6 Lbs) et sur l’autre un Shimano Twinpower C2000S avec du fluoro donc (Polyvilon FHP 16 centièmes). Si je n’en prends qu’une, je prendrai celle en fluoro direct, vous l’avez déjà compris.

– une canne casting MediumLight-Medium pour leurres durs. Objectifs brochets et perches. J’aime avoir une canne tout venant. Pour passer du crank (max 2m50 de nage), du lipless, du jerkbait moyen. La Powell Max 684 CB ou la Diesel 705 CB Glass feront le job. Elle sera équipée d’un Shimano en taille 51 (ou 1001 si version japonaise) spoolé en Polyvilon FHP 28 centièmes.

– une canne casting MediumHeavy-Heavy pour gratter. Objectifs brochets et petits glanes. Hookers Chronik. Rien de spécial à dire dessus. C’est la canne de base qui passe du shad en linéaire, du spinner. Texan et jig également. Moulinet Curado 201E7 spoolé en tresse. L’autre possibilité est une Powell Endurance (714 CEF) avec un Scorpion 1501 (version japonaise du .

– une canne casting XHeavy pour swimbaits et leurres souples (5, 6 pouces et plus sur têtes plombées). Objectifs glanes et jolis brochets. Je prendrai la Hookers The Waterworks ou la Biwaa The Religion. En fait ça va dépendre de la façon dont je vais vouloir pêcher, ces deux cannes étant assez différentes. Pour moi, la Hookers est plutôt typée swimbaits. Elle est idéale en lancé-ramené, peut propulser des leurres d’environ 80 grammes sans soucis et bénéficie d’une très grosse réserve de puissance. La Biwaa est plus « sensible » (à tous les sens du terme 🙂 ). Même si je m’en sers jusqu’à des Divinatörs de 55 grammes, je l’apprécie vraiment sur la plage 20-35 grammes. Moulinet Shimano Curado 301E7 si je prends la WaterWorks, Chronarch 201E7 si je prends la Biwaa (question d’équilibre perso, dans les deux cas). En fait le choix entre cette canne et l’autre se fera en fonction du fagot de cannes de Fabien, afin que nos sets de cannes soient le plus complémentaires possible. Et si j’ai la fougue, je prendrai ces deux là et je laisserai une spinning… 🙂

Voila pour les cannes. Reste la sélection de leurres. Bon là c’est trop compliqué pour tout énumérer mais je peux tout de même donner les grandes tendances et surtout la façon dont je vais compiler tout ça pour que ça ne prenne pas trop de place… A bord, je vais emmener le kaban Reins et une boite Versus 3080 (la grande). J’aurai aussi une sélection de shads plus importante qui sera sous mes pieds (accessible si besoin mais qui ne gênera pas). Je laisserai le bakan sur la plateforme avant et la boite Versus dans l’emplacement central du bateau, comme ça Fabien aura tout l’arrière et un peu plus de la moité de la place du centre du bateau.

Commençons par la Versus. Tout l’étage du haut sera rempli de leurres durs. Quelques spinners également ainsi que des shads à palette (Divinatörs 22 et 35 grammes). Pour effectuer ma sélection, je fais simplement attention à ne pas prendre de leurres que je ne pourrai pas utiliser sur les cannes que j’ai sélectionnées.

IMG_20150910_171129

L’étage inférieur (partie gauche) sera rempli par 7 Versus 820 : une pour les « outils » de confection de bas de ligne, briquet, super-glue, pince de rechange, etc. ; une pour les micro-jigs ; deux pour des leurres durs à perches ; deux pour des shads Reins (Fat RockVibeShad 4, 5 et 6.5 ; Fat Bubbling Shad) montés ou non montés et une dernière pour des jigs (Tiemco articulés essentiellement, en 7 et 10 grammes avec un petit stock d’AX Craw comme trailer). La partie droite de la 3080 sera remplie de tout plein de bazar. Mais ordonné, tout de même. J’y ai quelques French Box de Hookers remplies de shads plus petits (RVS 3 et 3.5, proto S-Cape Shad 3.8, …), de cuillères Tiemco (Lightning Wobbler dans des grammages supérieurs à 7 grammes).

IMG_20150910_170419

Vous l’avez peut-être remarqué, je n’ai pas encore mentionné beaucoup de matériel à perches. En fait je place tout le petit matériel à perches dans le bakan Reins. Une boite Reins remplie de leurres souples (si je devais retenir trois références ça serait RockVibe Shad 2 pouces, G-Tail Saturn 2,5 pouces et JéWorm) plus des French Box pour le petit matériel drop-shot, les cuillères à jiger, le petit matériel texan ultra-light, une boite proto Reins double étage pour différentes têtes plombées. J’y aurai aussi une boite avec les 3-4 shads (à brochet) que j’utilise le plus souvent (le « kit de survie pour île déserte ») qui sera sortie en permanence. Et du matériel « en vrac » directement en pochettes comme les hameçons drop-shot Hookers, les Hookers Finess JigHead (je me sers pour le moment d’un assortiment de grammages : 2g, 2,5g, 3g et 3,5g, en coloris Pearl White et Camo). Les pinces, lunettes, casquette, ciseaux et toise sont également dans le bakan mais seront sortis pour la partie de pêche.

(Désolé pour la photo, j’ai « juste » oublié de la faire… 🙂 )

Enfin, la partie nautisme : le JéBoat a été allégé du moteur thermique et de la nourrice étant donné que la date se fait uniquement au moteur électrique. Les sondeurs sont également interdits (du coup je vais même enlever les supports RAM). J’aurai une batterie à l’avant du bateau (pour le moteur avant) et une batterie à l’arrière (pour le moteur arrière que Fabien est sensé avoir amené… 🙂 ). Je prendrai une batterie de rechange (celle utilisée d’ordinaire pour les sondeurs et les pompes de cale et de vivier). Nous ne nous servirons à priori pas du vivier (les commissaires seront sur l’eau pour mesurer) afin de ne pas nous alourdir avec 100 litres d’eau (surtout en prévision de la sortie du bateau le soir…). Le sac de pesée du Défi servira à accueillir les hypothétiques poissons temporairement (le temps de croiser un bateau commissaire). L’épuisette (j’ai un modèle Pafex avec une large ouverture, aux mailles enduites de nylon pour ne pas blesser les poissons ni emmêler les montages) sera posée sur mon siège bicyclette. Fabien (le pauvre…) n’aura quand-à-lui pas de siège (si on le place, ça créé un point « fixe » dans le bateau et c’est un peu plus casse figure pour moi. Or on sait que je n’ai pas besoin de ça… 🙂 ). Niveau sécurité, on va à l’essentiel : deux gilets de sauvetage, une écope, des pansements, une rame, des cordes et une ancre. Vous remarquez que je ne parle pas de sondeurs. En effet, même si vraiment tout le monde possède un sondeur de nos jours, l’organisation a préféré les interdire. Même si ça ne nous enchante pas vraiment de nous passer de notre chère électronique embarquée, on accepte la règle !

Bon et bien voilà. Je crois avoir vraiment tout dit… On verra samedi si j’ai eu quelques bonnes idées. Je vous raconte ça la semaine prochaine, c’est promis ! 😉

Challenge Carnassiers 2015 et centrale nucléaire !

Posted in Compétition pêche à l'international, Fishing contests, Fishing days with tags , , , , , on 9 septembre 2015 by cannafish

Bonjour !
Juste un mot pour vous dire que samedi (12 septembre 2015) Fabien et moi nous serons présents au Challenge Carnassiers 2015 de Nogent-sur-Seine, opus 2015. Après une expérience très sympathique en 2014 (vous pouvez relire le report : https://cannafish.wordpress.com/2014/09/23/challenge-carnassiers-nogent-sur-seine-20-septembre-2014-resultat/), nous avons décidé de nous inscrire à nouveau.

Par contre changement de plan d’eau, en effet cette année nous pêcherons le plan d’eau de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Âmes sensibles s’abstenir !!! Perso ça me fait bien délirer ! Surtout avec une mise à l’eau avenue Henri Becquerel… 🙂

CentraleNogent

Sur la vue du ciel ci-dessus on voit la centrale, les cheminées d’où sortent les panaches de fumée et le plan d’eau (en banane au sud de la centrale). Notons que ce lac est d’ordinaire complètement interdit à la pêche. Reste à savoir si les poissons présents seront mordeurs… Réponse en début de semaine prochaine !

Mais en attendant, je vous prépare pour vendredi soir ou plutôt samedi matin (on va pas tout dire aux concurrents… 🙂 ) un petit report avec la préparation de mon matériel pour cette sortie (plus généralement que pour un concours). D’après les discussions que j’ai eu la chance d’avoir avec certains des lecteurs du blog, la préparation (le pourquoi du comment on fait tel ou tel choix) du matériel les intéresse tout autant (voir plus !) que les prises enregistrées. Donc je vais laisser glisser mes réflexions sur une page du blog. Et on verra la semaine prochaine si mes choix ont été pertinents ! 🙂

Ptit pike du bord avec Cédric

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , on 8 septembre 2015 by cannafish

Report rapide sur une sortie tout aussi rapide avec Cédric qui me promène sur ses spots (merci encore pour les promenades ! 🙂 ). Pour moi l’occasion de pêcher un peu… Et avec la WaterWorks, en faisant rouler un peu de Fat RockVibe Shad. Une pêche rapide, du bord : et si c’était enfin le retour aux plaisirs simples !

Attaque éclair au raz de la berge, poisson dropé (pas d’autre choix) et photo non cadrée : cool !!! 🙂

OTCE2

Canne : Hookers The Waterworks,

Moulinet : Shimano Curado 301E7.

Tresse TUF (50 Lbs je pense). Bas de ligne Varivas 70 Lbs.

Leurre : Fat RockVibe Shad 6,5 pouces #318 monté sur TP.