Résultat FFPS Dolmen 14 mai 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days with tags , , , , , , , , on 16 mai 2017 by cannafish

Retour sur le concours FFPS qui se déroulait sur le plan d’eau de Mézières Ecluzelles (28) le week-end dernier.

Samedi Cédric concourrait seul et malheureusement il n’arrive pas à trouver la pêche.

CedricSamediDolmen2

CedricSamediDolmen

Visiblement certains équipages ont bien tourné puisque 40 poissons (dont une perche) ont été capturés par les 22 équipes présentes. La paire Mantoux/Detry réalise sa troisième manche parfaite en remportant la victoire haut la main (comme les deux premières dates de Moisson). Ils font mesurer 9 poissons cette fois-ci (pour ne garder que les 6 plus longs). L’équipe Seguin père et fils est encore sur le podium (idem, comme à Moisson)…

Dimanche donc je me joins à Cédric sur son Cabril. J’ai apporté peu de modifications à mon matériel depuis Moisson (retrouvez le CR) mis à part une canne Svartzonker et une Legit… La Svartzonker : en fait c’est un modèle qui va être distribué et que m’a prêté Ludovic de FTF (merci !!!) pour l’occasion : une Black Serie « The Downsize », comprenez par là une canne casting qui couvre la plage 30-90 grammes (chez SZ c’est quasi de la pêche finesse ça… 🙂 ). J’ai des Mc Rubber, Mc Rubber Tail et Mc Rubber Shad, tout ça dans des tailles allant de 17 à 23 cm et ils passent tous sans soucis sur cette canne.

IMG_20170516_215214.jpg

J’ai pêché entre deux et trois heures avec cette canne et j’en ai vraiment apprécié l’action. Je pense me l’acheter par la suite surtout que la série Black est proposée à un tarif vraiment très correct (celle-ci est vendu 80 euros environ). Malheureusement je n’ai pas eu de touche sur ces gros souples alors je ne peux pas encore me prononcer sur son comportement lors d’un combat.

Fred m’a également prêté (merci !!!) sa canne Legit Design WSC73ML et je m’en suis servi, comme prévu, de canne « allround » (chatter, spinner, lame, crank, lipless). Il me tarde vraiment d’avoir la mienne (commandée) tellement mes premières impressions sont bonnes !!!

Au final on a beaucoup cherché et peu trouvé. Il s’est fait moins de poissons (26 brochets) que le samedi et on s’en sort pas trop mal avec deux brochets qui nous valent une 6ème place. La victoire est remporté par Seguin père et fils avec 4 poissons. Suivent les incontournables Mantoux/Detry avec 3 poissons. Ces deux équipes ont été ultra régulières sur les deux premiers weekends FFPS avec 4 podiums sur 4 possibles… Je ne pense pas me tromper en disant qu’on connait donc déjà 2 des 3 ou 4 qualifiés de la zone Nord Est pour la finale Challenger bateau… (précision : le nombre de qualifiés pour la finale se calcule au prorata du nombre de participants de chaque zone : typiquement 3 pour la zone nord est)

Retour sur notre pêche : j’ai pas mal cherché au gros leurres mais malheureusement sans prendre de tape. Au final je prends un premier poisson vers 12h30 sur une lame Tiemco Metal Sonic en 14 grammes, coloris 02 (Black and Gold). Les commissaires arrivent immédiatement, il fait 71 cm…

WP_20170514_001

Il a été pris en posant la lame sur le fond et en la redécollant tranquillement (sorte de yoyo à distance), sur une zone avec seulement quelques herbiers (naissants) éparses. En fait on était en transition (on avançait à l’électrique) entre deux zones qui bénéficiaient d’un tapis herbeux plus uniforme quand je l’ai pris. La lame me permettait en lançant fort droit devant le bateau de continuer à pêcher même pendant le trajet… En plus vent dans le dos, assez simple toute cette histoire… Perte de contact lors de la redescente de la lame, poids alors que je remonte, ferrage : pendu le cochon ! On a pas mal continué à pêcher sur cette zone mais sans parvenir à doubler la mise. Même si ce poisson est encourageant, il ne nous permet pas de définir un pattern à proprement parler… :/

On a donc continué à chercher. Autant une zone qu’un leurre en fait. Un petit tour en bordure sur la berge au vent pour ne pas avoir de regrets puis retour sur la plaine eau. Du chatter, du spinner, encore et toujours du shad, du jerk, de la lame, du lipless et du crank… Mais rien. Enfin si de multiples accrochages car le plan d’eau est ensemencé régulièrement en racines ! 🙂

Le second poisson sera capturé vers 14h environ sur un crank Tiemco Fat Pepper Jr. En fait le tapis d’herbes n’était nulle part vraiment épais (10 cm environ). Du coup n’importe quel leurre passait sans réel soucis. Fatigué de promener du shad de toutes tailles et encouragé par le brochet pris sur une pêche active, j’ai décidé de continuer à balayer du terrain (en pratiquant une sorte de junk fishing en arrosant de chaque côté du bateau) et le crank me paraissait le leurre le plus adapté compte tenu du nombre important d’obstacles sur certaines zones. J’ai surtout beaucoup joué sur la taille de la bavette pour que mon leurre vienne taper le haut des herbiers naissants mais sans s’y plonger. Dès que je sentais les herbes je ralentissais légèrement ma récupération et je faisais de mon mieux pour l’ajuster afin de toujours sentir l’herbier mais sans plus. Et quand par chance je tapais une branche ou une racine, la bavette reprenait son rôle classique de déflecteur. Et en cas de découverte d’obstacle j’essayais de refaire un lancer similaire (le bateau ayant bougé, ça me changeait aussi l’angle d’attaque)… Et du coup on s’est pas mal servi du décroche leurre de Cédric !!! 🙂 J’ai donc essayé de changer de leurre fréquemment (typiquement la profondeur allait de 1m30 à 2m50 donc les références typiques étaient Strike King 3XD, Bandit 300, Lucky Craft CB200, … Et Tiemco Diving Pepper et Fat Pepper Jr donc !!! On aperçoit ma boite ouverte (preuve que je changeais beaucoup…) sur la photo ci-dessous, manque de bol c’est le côté « grands plongeurs » qu’on voit !!! 🙂 ) pour m’adapter à la profondeur qui était assez variable. Et un second brochet de 71 cm est venu récompenser ces efforts ! Sur un cas d’école comme je l’espérais en plus : je sens une racine dans la canne et 1 mètre plus loin c’est coffré. Le coquin devait être planqué dedans et n’a pas aimé être réveillé…

WP_20170514_002.jpg

Un petit récapitulatif avec une photo des 2 leurres et je me rends compte en la prenant que leurs profils étaient très similaires. Même taille et coloris semblable…

IMG_20170516_214940.jpg

Bon et bien voilà pour cette date. On aurait vraiment aimé que Cédric rentre un poisson (ce qui nous aurait pu nous valoir un podium) mais ça n’était pas pour cette fois. En effet il n’enregistre qu’une petite touche sur un Fat Rock Vibe Shad 5 pouces. De mon côté je n’ai pas trop de regrets car je ne prends que ces deux sacoches et je ramène les deux fautifs à la toise. Mon seul regret est de ne pas avoir été là le samedi où ça avait l’air de vouloir rire un poil plus. Mais bon j’avais passé une bonne journée avec les enfants, et on ne peut pas tout avoir ! 😉

On remercie encore les organisateurs (ça fait plaisir d’avoir revu Christophe Maffezzoni notre chef de Carna Dream 91) ainsi que les autres compétiteurs ! Même si on aimerait bien en savoir plus sur cette ultra domination de début de saison… Pourtant il parait que j’ai tout tenté, y compris de laisser pousser la barbe comme Gene Eddy !!! 😉
Pour la suite de la compétition FFPS, c’est à Ris Orangis que ça se passe, les 1er et 2 juillet. Cédric y sera seul car le même weekend je serai engagé avec Fabien sur la manche de Parentis du Circuit BASS. Mais je suis sûr que la chance qui le fuit depuis le début de saison va faire son retour d’ici là ! Allez mon pote on y croit, on lâche rien !!! 😉 🙂

Legit Design : ma sélection perso

Posted in Fishing days, Mode test with tags , , , , , , , , , , , , on 25 avril 2017 by cannafish

J’avais parlé rapidement des cannes Legit Design dans un article sur les news FTF 2017. Voici l’occasion de vous présenter plus précisément la gamme et de faire un premier point sur quelques références qui me semblent vraiment sympathiques (choix qui n’engage que moi !). J’ai attendu un peu avant de sortir cet article car je voulais avoir les produits en mains. Maintenant que les premières bêtes de course sont au chaud à la maison, on peut commencer à causer légitimement. 🙂

legitvrac

Parlons déjà de l’histoire de la marque et de la technologie employée pour réaliser ces petits bijoux. Les fondateurs de cette marque sont ITAKA HIROFUMI et ONIKATA TAKESHI. Ces noms ne vous disent probablement rien et c’est bien naturel. 🙂 Mais ce qu’il faut en retenir, c’est juste que ces deux gars savent de quoi ils causent en matière de cannes à pêche, simplement car ils ont officié de nombreuses années chez de grands producteurs mondiaux (j’avais déniché les noms de ces marques mais c’est confidentiel il parait, les grands groupes n’aiment pas laisser savoir que leurs top-designers se sont fait la malle… 🙂 ). Leur gamme de cannes se nomme « Wild Side ». Perso j’aime bien, c’est vendeur comme nom… 8) GRRRRR (tentative de rugissement) !!!!! En tout il y a (pour le moment car ces jolies petites bêtes racées poussent vite et bien…) 24 modèles (5 modèles spinning et 19 modèles casting) allant du Bait Finess au big bait, divisés en 6 séries. Le process de fabrication est basée sur l’emploi de fibre d’aramide en renforcement d’un blank traditionnel (carbone-fibre). Il faut quand même rappeler (car les vendeurs vous font croire ce qu’ils veulent) qu’un blank uniquement composé de carbone serait simplement trop cassant. Pour pallier à ça, un pourcentage de fibre (variable : moins il y en a et plus la canne est « performante » donc chère : les « tops » ont 95¨% de carbone par exemple) est incorporé lors du process de fabrication. Mais revenons à l’aramide : ce matériau ne vous évoque probablement rien, mais le nom d’un de ses proches cousins, le kevlar, vous parle déjà plus (on va y arriver… Vous comprenez vite, mais faut vous expliquer longtemps… 😉 ). Utilisé pour de nombreuses applications où la robustesse est nécessaire (gilets pare-balles, disques de freins, applications aéronautiques, …), il est ici employé en renforcement afin d’accroitre la robustesse des cannes. Quand j’ai lu ça la première fois, j’ai pensé naïvement à des cannes plus raisonnantes que d’ordinaire (car intégrant un matériau très résistant) et, je l’avoue, à des poids plus importants… Mais il n’en est rien : ces cannes sont très fines et vraiment tactiles (pour les modèles qui doivent l’être !) et elles sont surtout de vrais poids plumes ! Un élément est bluffant au premier coup d’œil, il s’agit de la finesse des blanks ! Vous pouvez vous en rendre compte en regardant les deux tableaux placés en fin d’article qui regroupent l’ensemble des caractéristiques (détaillées comme rarement !) de ces superbes cannes. Revenons à nos moutons. Car même si elles sont ultra fines, ces cannes sont super sensitives et surtout très solides grâce au kevlar. Attention, elles sont toutes légèrement sous-évaluées, en particulier au niveau de l’action. Quand il est renseigné MF pour Moderate Fast, il s’agit en fait d’une jolie action Fast. Les actions MS (pour Moderate Slow) sont un peu plus réalistes. Le reste de leur composition est du très classique pour des cannes haut de gamme : porte moulinet Fuji et anneaux Fuji K-Guide. Revenons au poids de l’ensemble : on tourne autour de 100-110 grammes la canne (selon le modèle) avec un minimum à environ 80 grammes pour certaines cannes spinning et un maximum à 150 grammes pour la 7 pieds 2 H+… J’ajoute qu’il s’agit de cannes très bien réfléchies et en particulier chacune pour une technique bien précise (ou un ensemble de techniques nécessitant es spécifications identiques). La gamme Wild Side est constituée uniquement de cannes monobrin ou à talon démontable. Je ne vais pas tout détailler ici (pour ça, à nouveau je vous rappelle que vous pouvez consulter les deux tableaux en fin d’article ou le catalogue FTF ! 🙂 ) mais simplement présenter rapidement ici les cinq modèles (il y a six séries et j’y ai pioché les références qui me plaisaient le plus !) qui m’ont tapé dans l’œil.

Ma canne Bait Finess 2017 sera une Legit Design ! Honnêtement le modèle développé par FTF (Hookers The Haze) était vraiment top. Mais les aléas de la vie sont ce qu’ils sont ; et pour le moment elle n’est plus disponible. Chez Legit Design, trois modèles sont proposés et je vais prendre (je ne l’ai pas encore) la WSC610L+ qui mesure 2m08 pour un poids de 104 grammes. D’action Moderate Fast, elle permet de pêcher avec des leurres de 3,5 à 11 grammes. Bon, c’est presque du ML ça ! Ça sera à priori ma canne spéciale micro-jig, texas light, neko-rig, etc. Comme toute canne BFS, elle est idéale pour black-bass et perche. Je m’imagine déjà pitcher un D-Jig de 2 grammes le long des palplanches… 🙂

Comme canne spinning, c’est la WSC69L+ qui a ma préférence : 2m06 pour 90g (poids plume !), prenant des leurres de 2 à 9 grammes. Action Moderate Fast. Je suis un peu moins fan du design des cannes spinning que celui des cannes casting : l’ajout du morceau de liège au dessus du porte moulinet donne un côté rétro à l’ensemble (à mon goût !). J’avais aussi peur de perdre en efficacité pour la détection de touches : comme j’aime poser mon index sur le blank pour mieux ressentir les touches, il ne fallait pas que le liège soit à l’endroit où je pose l’index. Et bien ouf ils ont super bien calculé leur histoire les designers nippons : mon index vient pile sur le blank, c’est-à-dire ni sur le liège ni sur l’accroche-leurre (ça je ne l’avais pas encore dit : les modèles spinning en sont pourvus).  🙂 Avec cette canne, j’utiliserai les micro-jigs (1,8 à 3,5 grammes ; au delà c’est sur une canne casting), les leurres souples sur tête plombée (disons jusqu’à 5 grammes) ou montés en weightless (y compris les insectes flottants), le drop-shot et au besoin les petits poissons nageurs. Cette canne est parfaite pour black-bass, perche et chevesne. Mes premières impressions sont que c’est une excellente lanceuse (distance ET précision !). Moulinet associé : Shimano Cardiff C2000S ou Rarenium C2000S. Tresse plus bas de ligne fluorocarbone. Après contrairement à ce que certains de mes confrères pro-staff FTF ont annoncé sur leurs blogs, je n’utiliserai pas cette canne pour la truite. Non pas qu’elle ne convienne pas, mais c’est juste que c’est un petit bijou et que je n’ai pas trop envie de la casser en deux en me vautrant dans les ronces ou sur des rochers ultra glissants (car c’est bien ça, la pêche de la truite !!! 🙂 ).

Ensuite vient une canne casting d’action « rapide » pour des applications comme le texas, les jigs et même les spinnerbaits. Adepte des cannes de 7 pieds pour ce genre d’applications, je pensais me tourner vers la série dédié au lac Biwaa (cannes fast de 7 pieds 2) mais j’ai trouvé un très joli produit dans la gamme standard : la WSC610M (2m08 pour 100g, puissance 5 à 18g, action Moderate Fast). Certes un peu plus courte que la WSC72M de la série Biwaa, elle est (donc) légèrement plus maniable (talon un peu plus court). Cannes black-bass, perche, brochet. Je viens d’y coller un Curado 201E7 à celle-là (oui c’est pas neuf comme moulin, mais je ne suis toujours pas convaincu qu’il y ait eu beaucoup mieux depuis…) voire même le petit 51E7 si je veux la rendre ultra maniable (mais il manquerait un peu de ratio, des fois qu’il y en ait besoin…). Par la suite, je prendrai peut-être une canne plus puissante comme la WSC72MH ou WSC72H (ou équivalents en série classique). J’ai testé cette canne (avec un Scorpion 1501 XT rempli de FHP) lors d’un sortie en privé, en float-tube et avec des leurres de 7 à 10 grammes (Tiemco BFS jig 5 et 7g avec trailer) et c’était vraiment pas mal… 🙂 Test en mars avec un coup du chapeau, à savoir trois espèces dans la même session : sandre de 65 cm environ sur BFS jig 7g avec AX Craw, brochet de 55 cm sur BFS jig 5g avec Kick Ringer 4 pouces et bass de 40 cm avec BFS jig 5g avec Maxi Jé Worm en trailer.

IMG_20170421_121305

WP_20170421_005

WP_20170421_007

IMG_20170421_151350

Quelques détails sur la pêche au passage : ces poissons ont été pris le long de la digue dans environ 2m-2m50 d’eau, uniquement sur une partie à l’ombre (en gros sur un linéaire de 15 m de berge). Je pitchais en bordure puis je laissais descendre tranquillement. A chaque fois je me suis fait intercepté quand le leurre arrivait sur la partie plate du fond (après la pente). La proximité d’un banc de fourrage (gardons et rotengles de 10 cm environ) ne devait pas être pour rien à la présence de tous ces carnassiers… Je perds un autre brochet sur coupe directe (le propriétaire ne m’avait pas informé de la présence de tant de brochets…).

Ma canne de base « leurres durs » sera une all-round (pas simple à trouver ça… ah ben si : chez Legit Design !!!) : la WSC73ML (de la gamme Biwaa Special : 2m20 pour 136g, puissance 5 à 14g, action Moderate Slow) qui permet d’utiliser des crankbaits medium à deep runners (type Tiemco Magnum Pepper ou Lucky Craft CB 350). Mais je pense qu’elle pourra également passer sans sourciller du spinnerbait, du chatterbait, etc. Elle me rappelle une vieille canne Lucky Craft que j’adorais : la 66M « Cranking » qui pouvait faire pas mal de boulot. Cannes black-bass, perche, brochet. Moulinet associé : Shimano Scorpion 1501 XT. Je ne l’ai pas encore car elle a connu un franc succès auprès du pro-staff FTF mais je l’ai eu longuement en mains et elle me plait vraiment. Ajout : une nouveauté 2017 pourra peut-être également me satisfaire : la série « Glass » (fibre de verre). J’apprécie beaucoup les cannes fibres et avec une de ces cannes je pourrai très certainement utiliser des crankbaits plus plongeurs qu’avec la WSC73ML. Mais reste à voir la longueur de poignée (parfaite sur la WSC73ML avec 27 cm) : souvent les cannes fibres ont une poignée vraiment courte et perso ça me gêne 1) pour appuyer au mieux mes lancers et 2) la sensation est désagréable avec un leurre qui fait vraiment vibrer la canne comme un vrai deep crankbait.

Ma seconde canne « leurres durs » est un fleuret : la WSC62ML (1m87 pour 95g, puissance 3,5 à 14g, action Moderate Slow) qui sert pour les topwaters, les shallow cranks et les petis metal vibs, très maniable aussi (série Short Concept). Au début mon choix se portait sur la WSC66ML mais elle est un poil plus puissante que la WSC62ML (la WSC66ML recouvrait donc un peu trop la gamme de puissance de la WSC73ML qui est l’un de mes coups de cœur) et aussi plus longue (pour le coup j’ai envie d’une canne légère et extrêmement maniable). Canne fine « plaisir » pour chevesnes, perches, bass. Moulinet : Shimano Scorpion 1001 XT. Lors d’une sortie test en Float, elle m’a permis de sécher deux brochets de 55-60 cm (LC Clutch) plus un bass de 40 cm (Yellow Magic Popper).

IMG_20170421_124517

IMG_20170421_132436

IMG_20170421_132550IMG_20170421_125935

Nouvelle explication : j’ai pris ces trois poissons sur la même zone que celle décrite précédemment. Le Clutch est un leurre qui ne descend pas énormément mais je le lançais en bordure et il était intercepté à environ 10 mètres de la berge (je dirai qu’il plonge à 1m et il était gobé dans une profondeur d’environ 2m50 par des poissons que j’imagine suspendus dans la couche d’eau). Le bass c’est un peu différent : sur la même zone il y avait un arbre noyé dont une branche remontait isolée en surface à 10-12m de la berge. J’ai posé délicatement le popper (coloris imitation grenouille) à quelques cm de cette branche, laissé l’onde se propager puis j’ai poppé délicatement… Grenouille coffrée ! Cas d’école cette histoire… 🙂

Je n’ai pas parlé de certaines séries, comme par exemples les cannes « Frog Game » (cannes dédiées à la pêche avec des imitations de grenouille) simplement car je ne pratique pas suffisamment souvent ce type de pêche (malheureusement…) pour avoir une canne spécifique. Mais je pourrai tout de même promener une Basirisky avec une autre canne ! 🙂 Idem pour la série « Short Concept » : des cannes courtes permettant de gagner en précision sur les lancers à courte distance. Le concept me plait mais il faudrait vraiment essayer pour se rendre compte du gain apporté par cette série par rapport à une canne de longueur classique.

Pour pallier à ces manquements dans mon texte, je préfère synthétiser l’ensemble de la gamme dans un tableau qui sera plus intéressants que de longs discours. Attention j’ai réalisé ces tableaux en prenant comme sources le catalogue Legit Design 2016 ainsi que leur site Internet. En effet il y a malheureusement eu un gros bug dans le catalogue FTF 2017. Mais je ne suis pas non plus à l’abri d’erreurs… Et j’ajoute que la colonne « utilisation » est une appréciation très personnelle basée uniquement sur les spécifications « papier » des cannes (c’est en quelque sort un premier avis « théorique » que je nuancerai probablement quand j’aurai plus pêché avec ces cannes ! 🙂 ).

Je ferai probablement des mises à jour car de nouveaux modèles arrivent au compte goutte… Fred m’a ainsi fait remarqué récemment deux nouvelles spinning : Mid Strolling (WSS64UL) et Power Finess (WSS-ST63ML)…

Cannes casting :

LegitDesign_Casting

Cannes spinning :

LegitDesign_Spinning

Voila, j’espère vous avoir donné envie de prendre ces cannes en mains pour vous faire vous même votre avis ! Ce sont honnêtement de superbes produits, extrêmement bien finis et équilibrés ; et avec des actions aux petits oignons ! Des petits bijoux à soigner précautionneusement mais à utiliser sans modération… 🙂

Résultat FFPS Moisson 15 avril 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme with tags , , , , on 18 avril 2017 by cannafish

Cédric m’avait abandonné pour cette première date FFPS de notre équipe avec comme mission d’essayer de rentrer dans les points. Il m’avait donné la zone et m’avait dit de pêcher au crank… Bon ben j’ai fait ça. Enfin pas que, mais c’est ça qui a marché (un peu).

PikeMoisson2017

Bilan un brochet de 60 cm. Pris au [discontinued] Diving Pepper de chez Tiemco. J’ai pris beaucoup de non maillés. Mais toutes les touches se sont produites au leurre dur : crank donc, et spinner (Tiemco Blade Master) pour ma part. Au leurre souple je n’ai absolument pas eu de touche ni même de suivi. C’est pas lourd quand même… Je n’ai pas vu d’autre poisson maillé (je veux dire que je n’ai pas vu de suivi et que je n’ai pas raté de touche).

En tout le samedi il y avait 25 équipes au départ et il s’est fait 26 poissons (par 12 équipes). Le dimanche il restait 20 équipes au départ (certains, comme moi, ne pouvaient faire les deux jours) et il s’est fait 13 poissons (par 8 équipes). C’est vraiment pas lourd…

Double maxi félicitations à Gene Eddy et Julien qui gagnent les deux fois (3 poissons le samedi dont le big fish, un métré puis 4 poissons le dimanche dont le big fish encore : donc quadruple félicitations !!!) ainsi qu’à la paire Seguin père et fils qui font podium et podium !

Merci à tous les bénévoles des Boucles de Seine, menés de main de maitre par Régis, ainsi qu’aux représentants FFPS.

Pour la suite de la FFPS, RDV mi-mai dans le 28… A priori j’y ferai le dimanche cette fois, mais Cédric fera les deux jours !!! 🙂

FFPS Moisson 2017

Posted in Fishing contests, Fishing days, Nautisme, revue de presse on 14 avril 2017 by cannafish

Allez on reprend la compétition… En fait je voulais juste faire le circuit BASS cette année (c’est une autre histoire, qui débutera en juillet avec Fabien Tournelle) mais Cédric Michaud m’a tellement supplié (et je parle même pas du salaire mirobolant qu’il me propose : ses « fameux » sandwichs au pain-de-mie… 🙂 ) que j’ai finis par céder. Et donc je ferai quelques dates FFPS Challenger à ses côté, dans la zone Nord. J’ai donc fait ma visite médicale (avec un médecin complaisant, faut l’avouer…) et pris ma licence dans le club « Carnadream 91 » pas trop loin de chez moi.

Demain (samedi 15 avril 2017) aura lieu la première date, à Moisson (78).

FFPS_Moisson2017

On connait un peu ce plan d’eau car on y a fait des dates Défi Nord ces dernières années. Je/nous n’y ai/avons jamais brillé (je l’ai fait avec Fabien Girard puis seul puis avec Fabien Tournelle et donc à nouveau seul cette année car )… Manque de chance mon super binôme m’abandonne pour cette première date mais j’ai décidé de faire face seul. Je ne ferai que le samedi simplement car mon ami landais Benoit Claverie (« Fishing Landes » ou encore « Fish in glandes » 😀 ) passe chez moi la nuit de samedi à dimanche avant de s’envoler vers un pays plus chaud. 🙂 Le JéBoat reprend donc du service et ouf il est étanche et même assuré ! Il a fallu changer le câble de levage du moteur avant qui a lâché et j’ai passé un coup d’aspirateur car les chats s’étaient fait bien plaisir à dormir sur la moquette. J’espère que les batteries (qui datent un peu) tiendront la journée. Mais bon je n’ai pas prévu de courir partout… 🙂 Autre bémol j’ai une main en vrac suite à une mauvaise « manipulation » de skis (ils se sont juste vengés). 🙂 J’ai donc essayé d’alléger le bateau et surtout la remorque est équipée pour mettre rapidement à l’eau grâce aux sangles BoatBuckle et à la rampe de feux étanches. Les batteries sont sanglées dans le bateau donc il n’y a pas de manœuvre sur place. Faudra juste ajouter le moteur électrique arrière en arrivant, déposer le fagot de cannes et les boites (ça, ça prend du temps car j’en prends toujours trop…). Ah oui et les sondeurs. 🙂

Niveau matos aussi il y a de l’évolution puisque cette année je bénéficie de nouveaux produits (en plus des produits Reins, Tiemco et FTF) : Svartzonker (leurres souples, montures) et Legit Design (nouvelle série de cannes) entre autres. Avec ma main je ne pêcherai pas avec de trop gros leurres (par là je veux dire soit lourds, soit qui tirent fort) mais bon, ça me fera juste du bien d’être sur l’eau après une longue disette. Cette année j’espère y revenir plus souvent et retrouver des sensations et du plaisir !

J’étrennerai vraiment mes nouvelles Legit Design. Je n’ai pas encore totalement la panoplie qui me fait rêver (il faut un peu de temps pour se procurer ses jolies cannes…) mais j’ai déjà récupéré la spinning WSC69L+ (drop, micro-jig) et une casting WSC610M (spinner, jig, shad). J’ai aussi une casting WSC62ML que je destine avant tout aux pêches de surface (quand je disais que je voulais me faire plaisir cette année !) mais que je risque de prendre pour mettre un coup de lame (pour les perches) par exemple. Si des compétiteurs qui lisent ces lignes veulent voir ces nouvelles cannes, on peut se parler avant le départ. A priori on aura du temps, la mise à l’eau débute à 7h30 et on pêche à 10h !!! Et je m’excuse par avance auprès des organisateurs (Régis) mais il est probable que je ne puisse pas tout à fait rester jusqu’à la fin (17h) car je dois rentrer ouvrir aux amis landais. Et boire un coup aussi. 🙂 Revenons à la pêche : le reste de mon set sera plus classique avec la Biwaa et des Powells. Niveau leurres, j’ai récupéré quelques Svartzonker Mc Rubber, Mc Rubber Shad et Mc Rubber Tail dans des tailles de 21-23 cm avec aussi un peu de terminal tackle pour les monter. Le Reins S-Cape Shad sera présent également, en 3,5 et surtout 4,8 pouces (nouveauté 2017 qui sortira dans les mois à venir). Ce shad m’intéresse car il est capable de nager même à très petite vitesse de récupération. Je ne m’en suis pas encore servi alors je vais peut-être tâtonner un peu pour trouver le montage optimal mais j’ai quand même ma petite idée… 🙂 J’aurai aussi de l’ultra classique avec des Fat RockVibe Shad 4 et 5 pouces, du Bubbling Shad et Cie. En leurres durs ; quelques jerks, des lames et des cranks (Tiemco). Et puis des poppers (je blague, c’est juste pour voir ceux qui suivent…). J’aurai également un peu de matériel perche (vraiment au cas où car on n’a jamais cartonné les perches sur cette date) mais je ne pense pas qu’elles soient actives car elles seront probablement juste en train de frayer. Rien pour les sandres, je présume qu’ils ne seront pas comptabilisés car en pleine fraie.

Pour résumer j’axe ma pêche sur les brochets et si un glane passe par là je ne suis pas contre… Voir une perche ! 🙂 Les conditions n’ont pas l’air trop mauvaises le samedi avec un temps couvert voir pluvieux. Les seuls soucis sont le démarrage tardif et le nombre de bateaux (le plan d’eau est annoncé pour 120 hectares et on peut attendre 25-30 bateaux pour cette date !).

Bon ben il n’y a plus qu’à ! 🙂

Sortie 1ère catégorie… Ah non sortie réservoir !!!

Posted in Fishing days, fly Fishing with tags , on 21 mars 2017 by cannafish

Retour sur un lundi mal démarré… On se pointe avec Cédric sur des cours d’eau de première catégorie mais pas de bol (et mauvaises informations…) elles sont fermées (affichage au bord de l’eau). Le temps de vérifier à chaque pont que la législation est homogène (et elle l’est…) il est déjà 11 heures. Plan de repli… Réservoir ! Ça nous fait un peu de route mais bon c’est ça ou rien. Direction le parcours « le Danica » (on aurait pu aller à Eclimont mais comme on connait déjà…) près de Dordives. Seul hic : je n’ai pas mes cannes à mouche mais Cédric est prêt à ce qu’on alterne sur sa canne. Heureusement le propriétaire (super sympa au passage !!!) me prête une canne (pas top mais mieux que rien ! 🙂 ). Les lancers n’étaient pas forcément simples avec, le moulinet n’avait plus de frein mais bon c’était vraiment vraiment mieux que rien ! 🙂 Je lui achète 3 lots de 5 mouches (nymphes, streamers et sèches) à 6 euros le lot afin de ne pas vider la boite de Cédric, et en avant. Vous l’avez compris, Cédric a pris sa canne, lui !!! 🙂

On commence sur la rivière en nymphe (Pheasant Tail pour moi) mais le début est délicat, on ne parvient pas à décider les poissons vus. En fait je ne sais pas du tout pêcher en NAV et je pense que j’ai raté 2 truites et 2 petits blancs. Cédric persévère tandis que je passe voir sur le plan d’eau. Et instantanément je repère une jolie brème en train de picorer je ne sais quoi sur le fond et dans les végétaux. Ni une ni deux je lui pose la Pheasant Tail sur son chemin et tandis que la nymphe lui descend devant le bec, elle se redresse et la gobe. Ferrage bridage en avant dans l’épuisette. 🙂

IMG_20170320_123224

Je me marre un bon moment quand même. Depuis le temps que je leurs répète, aux copains, que le renouveau de la pêche aux leurres et à la mouche passe par la capture de TOUS les poissons disponibles !!! Démonstration… 😉 8)

Bon c’est pas tout ça mais le vent se lève. On galère à lancer sur la rivière, donc je décide de décaler sur une partie de l’étang qui sera mieux exposée et qui me permettra de lancer facilement (surtout avec ma canne de prêt). Je fais donc le tour et me focalise sur les deux petites îles. Comme on ne voit aucun poisson avec le vent qui frise l’eau et le manque de soleil, je passe au streamer afin de prospecter quand même un peu. Il y a un coloris olive de Damsel qui devrait faire le boulot car l’eau est assez claire. Directement j’ai un suivi d’un gros poisson, concrétisé au lancer suivant par un plus petit. Cédric est loin alors je prends une pseudo photo dans l’eau.

IMG_20170320_130358

Le poisson est correct : une bonne quarantaine de cm. Lancer suivant, je me fais exploser par un missile de 60 cm. Je change donc pour un autre streamer en marabou, légèrement rosé. En faisant quelques faux lancers pour ressortir ma soie, j’aperçois une Aqua Bonita… J’en ai souvent vu à Eclimont mais jamais capturé. Je lui pose un mètre devant puis commence à animer. Elle bouge lentement, j’accélère… Elle suit et s’agace, elle gobe le streamer et je ferre. C’est simple en fait. 🙂

WP_20170320_003On continue en redescendant le plan d’eau. J’enchaîne 3-4 poissons avec le même streamer, ainsi qu’un petit bass…

WP_20170320_005WP_20170320_004

IMG_20170320_141353IMG_20170320_132526

Cédric y va aussi de sa torpille après quelques ratés :

IMG_20170320_144311.jpg

Il reste une petite demi heure et j’ai envie d’essayer autre chose. Retour en nymphe avec une oreille de lièvre cette fois. Passage sur la rivière sans succès et j’attaque le bassin amont. J’y prendrai trois truites en quelques minutes (perdant l’oreille de lièvre et devant repasser à la Pheasant Tail). Il est l’heure, on repart vers la voiture mais en passant le long de la rivière je ne peux m’empêcher de lancer sur une fario au niveau du parking. Elle est placée le long d’un herbier dans le courant, je pose la nymphe un peu en amont légèrement plus court. La truite se décale sur la nymphe, l’engame, je ferre et elle vient nous saluer… Je tiens à signaler que je suis assez heureux de cette prise en NAV dans un petit courant ! Une première pour moi…

WP_20170320_006

Allez hop il est vraiment l’heure de rendre la canne et de rentrer. On était assez déçus de ne pas pouvoir respecter notre plan initial (pêche aux leurres dans le public) mais on a découvert un chouette réservoir qui nous a sauvé la mise et fait passé un moment sympa. Les conditions météos n’étaient pas propices aux gobages mais on reviendra. En particulier j’aurai mon matos habituel, ça ira mieux. Et mes fourmis aussi !!! 🙂

FTF 2017 : ma sélection…

Posted in Fishing days, Mode test, revue de presse with tags , , , , , , , , , on 21 février 2017 by cannafish

On trouve tout un tas d’informations sur Facebook mais tout le monde ne suit pas ce moyen de communication. Donc je me permet de présenter ici les nouveautés qui m’ont tapé dans l’oeil dans l’offre FTF, opus 2017. Je reviendrai rapidement plus en détails sur certains produits ou gammes.

Déjà vous pouvez retrouver le catalogue « Fluctuat Nec Mergitur » en cliquant sur le lien suivant : Catalogue FTF 2017 ! On y trouve une sélection des produits FTF. Par sélection, je veux dire que tout n’y est pas présenté, en particulier la gamme Reins pour laquelle toutes les références ne sont pas rappelées. Seuls les modèles phares (la famille RockVibe Shad, etc.) et les news sont mises en avant. Dommage pour le Jé Worm -mon bébé- au passage, pourtant chouette exemple de la collaboration FTF / Reins qui dure depuis 2009.

1) Commençons donc par Reins. En fait il y a eu pas mal de news en cours et surtout en fin d’année dernière (Curly Shad 3,5 pouces, Chibisecter et Hanesecter, …) alors pour 2017 on trouve essentiellement le S-Cape Shad dans sa version 4,8 pouces (12,2 cm) qui vient compléter le modèle de 3,5 pouces (89 mm).

scapeshads

Autre nouveauté, le Bubbling Shaker se décline à présent en version 3,5 pouces. Pour ceux qui suivent la compétition BASS USA, cette nouvelle taille a permis à Paul Mueller (sponso Reins USA) de terminer 5ème de la première compétition 2017 (lac Cherokee, 9-12 février).

Ainsi la famille est complétée de belle façon. Certains pourront penser qu’il y a peu de différence entre les modèles 3 ; 3,5 et 4 pouces. Et en fait si… Même s’il s’agit d’homothéties, le modèle 3 pouces est vraiment un leurre fin (il est peu épais car composé de peu de matière) et donc relativement plus rigide que son grand frère, le modèle 4 pouces, qui est bien plus ventru. Cette différence dans le diamètre du leurre, et donc dans la quantité de matière influe directement, de part la morphologie particulière de ce leurre, sur sa souplesse. Le 3 pouces est donc comparativement plus raide que le 4 pouces. Seul hic, le 4 pouces était un poil volumineux pour une perche. Le modèle 3,5 pouces conserve la notion de bonhomie (et donc de souplesse) mais reste de taille modeste pour être avalé facilement par une perche par exemple (d’autant plus simple qu’il est très souple, donc !).

2) Tiemco : c’est une année de développement de la gamme truite avec quatre nouvelles tailles de Sumari (minnow). Je peux aussi ajouter que les têtes plombées Tiemco me manquent toujours (elles ne sont plus produites par Tiemco)… Mais comme FTF a acheté les derniers hameçons, elles vont ressortir ! 🙂 Les excellentes ondulantes Lightning Wobbler sont toujours au catalogue et de bien jolies couleurs étaient venues enrichir la gamme courant 2016. La gamme Sumari (minnows truite) est également présente avec trois modèles (attention,  je ne parle ici que des petites tailles : il y a deux modèles de taille plus importante) : 50 mm en Fast Sinking (4,4 grammes) et 48 et 50 mm en Sinking (respectivement 2,8 et 3 grammes). Le coloris #192 (Green Yamame) est à tomber par terre… Présenté ci-dessous à côté (attention les proportions ne sont pas respectées, j’fais comme je peux…) d’une Lightning Wobbler #307 (Hammered Gold Yamame).

3) Noike… Apparue au catalogue FTF l’année dernière, la gamme Noike est toujours là. En grand fan de la technique du micro-jig, je retiendrai essentiellement trois références : le Kem Kem Shad, le Wild Goby et la Yabby. J’utilisais ces produits avant d’être sponsorisé par FTF/Reins et ce sont vraiment de chouettes trailers de micro jig. En parlant de micro jig, c’est un peu dommage de ne pas voir les micro jigs de la série Kem Kem au catalogue mais il est possible de les obtenir, tout comme leurs têtes plombées. Mais on peut évidemment se consoler avec les nombreux micro-jigs de qualité distribués par FTF (ReinsPlaton, Tiemco PDL Mini Rubber par exemple, voire d’autres…).

Enfin, comment ne pas citer la famille des Wobble Shad, ex Ninja dans les trois tailles… Et ajoutons que pour les amoureux de très très belles cannes, les modèles Noike SEITEN sont également disponibles sur commande.

4) D Style : cette marque représente un vrai dilemme pour moi… Car j’aime et je déteste à la fois… J’aime car elle propose des produits de grande qualité (c’est honnêtement de l’orfèvrerie !) mais je déteste pour un détail : un des produits (le Fuula) a un peu les mêmes caractéristiques que le Jé Worm… Donc bouh !!! 🙂 Plus sérieusement, en regardant la vidéo de promotion du Fuula (sans rien comprendre au japonais, évidemment… 🙂 ) j’ai découvert une autre façon de le monter, à laquelle je n’avais pas pensé pour le Jé Worm. A tester ! Autres innovations, le D-Spiker qui est un spinner vraiment intéressant (malheureusement un poil léger avec uniquement 10,5 et 14 grammes de dispo) tout comme le D-Chatter (un chatterbait dispo en 8, 10 et 12 grammes) muni d’un système anti-accroc vraiment innovant. On retrouve deux micro-jigs (D-Jig et D-Jig Cover) qui ont l’air vraiment bien conçus. Ceux qui connaissent mes boites de micro-jigs se doutent déjà qu’une petite sélection va y atterrir. Et je ne les séparerais pas du trailer de la firme, le D1 2.2 inch ou d’un Shake Shad… Ou encore d’un Fuula ! Voici une vidéo du combo « D-Jig + D1 » et c’est vraiment très propre… Bon et aussi ce que j’aime bien avec Daisuke Aoki, c’est qu’il me rappelle de bons souvenirs avec ses nombreuses vidéos à Kasumigaura (voir mon récit de pêche à Kasumigaura)… 🙂 J’ai hâte de pêcher avec ces produits extrêmement bien pensés pour le bass. Et j’estime qu’ils sont également parfaitement adaptés à la recherche des grosses perches. En bref, tout ce que j’aime !!! 🙂 J’ai hâte aussi d’avoir les leurres souples en mains pour en savoir plus sur leur texture, leur scent, etc.

5) Myran : il s’agit d’une marque suédoise que je connaissais pour utiliser leurs jolies boites à mouches mais ils font également des cuillères tournantes « truite » avec une énorme palette (sic) de coloris ! Ces cuillères sont fabriquées sans plomb (c’est à noter) et certains coloris sont vraiment sublimes. Outre les produits pensés « salmonidés », j’ai repéré quelques petits modèles qui seront également parfaits pour le chevesne…

6) Legit Design : il s’agit d’une série de cannes japonaises de très belle facture. La gamme disponible correspond à une jolie sélection très typée black-bass, en monobrin ou poignée démontable. Le prix public est aux alentours des 400-450 euros si j’ai bien suivi. Sur le papier, j’appréciais les spécifications de la gamme Legit Design avec des cannes techniques à l’action qui cible parfaitement une technique (ou disons un ensemble de techniques nécessitant une action semblable). Quand je les ai eues en main, j’ai été bluffé… Poids, équilibre, sensibilité… Wouhahou !!!

legitvrac

Il y a beaucoup à dire sur cette gamme, alors j’y reviendrai plus largement dans un article dédié, je pense que certaines de ces cannes vont m’accompagner pendant les saisons à venir… En attendant vous pouvez lire l’article de Julien Bunel (la recrue intéressante du mercato hivernal… Welcome on board boy ! 😉 ) à leur sujet.

7) Favorite : voici une gamme de cannes ukrainiennes vraiment très étoffée, couvrant bien la demande française. Il s’agit de cannes deux brins. Un modèle m’a directement tapé dans l’oeil, il s’agit du modèle Arena Stream (pêche truite) que je pense acquérir sans trop tarder (la truite arrivant à grands pas). Ce modèle sort à 150 euros environ. La gamme de cannes casting « Drive » n’est pas présentée au catalogue mais me surprend agréablement. Pour 200 à 250 euros, on a une jolie sélection de modèles qui vont bien. Mon coeur balance entre les Legit et celle-ci. Les Legit sont vraiment sublimes mais il y a un (petit…) écart de prix… La raison l’emportera-t’elle ??? 🙂

7) Svartzonker : voici le gros dossier, pour la fin ! En fait tout le monde a entendu parler de cette marque, d’une façon ou d’une autre. Le charismatique Claes que l’on a pu voir dans Fly versus Jerk (voir par exemple l’épisode 1 de Fly vs Jerk 8) ou encore à la pêche avec Zlatan… Et bien il ne fait pas que des leurres en collaboration avec Abu Garcia (que vous avez peut-être vus en action dans le programme vidéo « Pike Fight »), il a aussi sa propre marque dédiée au brochet, on s’en serait douté… Il propose deux gammes de cannes (la Black Serie qui est assez abordable et la Classic Serie qui est plus qualitative) et des leurres. La famille Mc Rubber bénéficie déjà d’une excellente presse (si récemment vous avez suivi « Pike Fight » : voir par exemple l’épisode 1 de Pike Fight 2016, vous l’aurez retrouvé régulièrement à l’image !) et certains coloris me plaisent vraiment bien (UV Perch, Goldenshiner ou Coward ou le futur trop beau « Burbot »). Le plastique est résistant et vous permettra de prendre de nombreux brochets. Mais la grosse révolution se trouve dans le système d’armature développé par Claes : la gamme « Screw-In » qui mérite vraiment le déplacement, d’autant que vous pourrez bien évidemment l’utiliser sur d’autres références de (gros) leurres souples !

Je résume brièvement le principe de cette armature : il est possible d’acquérir l’armature  (« Stinger Tackle ») et de l’utiliser telle que pour un montage « shallow rig » (pour pêcher dans peu d’eau, par exemple au-dessus des herbiers). Rien de plus simple : on visse le screw dans la tête du leurre puis on pique les deux inserts sous le leurre. Ils servent à maintenir l’armature en place. Enfin on pique une branche du (ou des) triple(s). Mais ça ne s’arrête pas là car il est aussi possible d’associer ce montage avec trois types de plombées. Le « Screw-In Dot » est un insert vissable qui se place sous le leurre et se verrouille en alignant une fente dont il est pourvu sous l’armature du Stinger Tackle. Il permet de stabiliser le leurre (comme la quille d’un bateau, en fait) mais également d’obtenir une descente à plat et assez planante (ce point est discutable car vous pouvez placer l’insert là où vous le souhaitez sous le leurre, ce qui modifiera sa façon de descendre). La Screw-In Head est une tête plombée qui remplace le screw de base et permet de pêcher plus creux. Enfin, la Screw-In Lip est une tête plombée munie d’une bavette. Son but n’est pas de faire nager le leurre plus profond (pour ça, il suffit de plomber plus !) mais de ralentir la nage du leurre (à lest équivalent). J’ajoute que ces systèmes d’attache ne sont pas du tout traumatisants pour le leurre, au contraire.  tandis que le système d’attaque des hameçons leurs permet de s’éjecter du leurre pendant le combat. Du coup le leurre aura tendance à pendre sur le côté du shad et pas dans la gueule du poisson. Le leurre ne sera donc pas abimé et le poisson ne pourra pas prendre appuie sur l’armature pour se dégager. Et le pêcheur dans tout ça ? Et bien il est content car il sort le poisson ! 🙂 Pour moi, cette offre complète et diversifiée de montage « gros leurres » est vraiment une jolie innovation et représente une très jolie surprise au catalogue FTF 2017 !

Rétrospective 2016…

Posted in Fishing days, Mode test, Nautisme with tags , on 25 janvier 2017 by cannafish

Supra rapide la rétrospective pêche de la saison 2016 puisqu’elle se résume en deux sorties…

1) une sortie de 3 heures en boat sur un nouveau secteur avec Fabien pour l’après midi de l’ouverture avec deux pikous chacun à la clé… Pas de photos par contre, on a fait les stars sur ce coup là en espérant faire des poissons décents !? Qui ne sont pas venus… 🙂

2) une sortie en septembre, d’environ 3 heures aussi, avec le Jé Boat qui n’avait pas servi depuis 13 longs mois (« my » winter is coming !?). Fabien était évidemment là avec Eric sur son bateau. J’y ferai plusieurs petites perches en BFS (micro jig Tiemco avec Jé Worm en trailer) et deux chevesnes corrects (40-45 cm) au Reins RockVibe Shad 2 pouces sur la Reins Aji Ringer Pro (même si je l’ai peu utilisé, elle me bluffe celle-là !). Voici la photo d’un des deux :

chevesne1

En fait j’avais repéré une arrivée d’eau puis en passant à côté j’ai vu au SI une grosse concentration de poissons de toutes tailles. J’espérais trouver des grosses perches dans le lot et en fait je sors ces deux chevesnes puis je me fais exploser par un de leurs congénère vraiment balaise.

Le reste de mon temps libre à été consacré aux enfants (avec une naissance en février, qui a changé la vie ! 🙂 ) et aussi aux travaux avec l’agrandissement de la maison… Mais on en voit la fin ! 🙂

Allez, en 2017 j’essaie de sortir trois fois ! 😉 🙂